Mon passage au homemade et ma CB qui flambe !

Ce qui m'a séduite quand je me suis lancée dans le homemade, c'est bien entendu le fait de n'utiliser que des produits naturels, donc respectueux de l'environnement, et de ma santé. Mais j'avoue sans conteste que l'argument d'un porte-monnaie moins sollicité  y était aussi pour quelque chose. Non pas que je dépensais des milles et des cents quand j'utilisais des produits conventionnels, rappelons, je me cantonnais au strict mini, mais disons que dès qu'il y a une occas' de moins dépenser, je suis la première sur les rangs. Pingre moi ? Nan... économe.

Cosmétiques homemade, est-ce vraiment moins cher ?

Ma toute première commande de produits naturels date du 8 mars 2014 et j'en ai eu pour 88,14 euros. En un clic, j'avais dépensé l'équivalant de mon budget-cosmétique annuel (enfin j'pense). J'avais pris des huiles essentielles et végétales, des hydrolats, des argiles, une base lavante, un peu de matos pour faire mes mélanges et contenir mes petites tambouilles.

Cosmétiques homemade, est-ce vraiment moins cher ?

En août de la même année, seconde commande, 77,75 euros. A nouveau, huiles essentielles et végétales, base lavante, poudres végétales, et surtout à ce moment là, des actifs. Phyto'liss, Maca Vital, Fucocert, visiblement, je n'avais pas encore trouvé le must-have pour mes cheveux que je n'arrivais définitivement pas à dompter. J'étais en pleine phase de transition, et je cherchais le meilleur combo possible pour me réconcilier avec mes longueurs. En vain sans doute, puisqu'aujourd'hui, je n'utilise quasiment jamais d'actifs. Il m'en reste quelques-uns qui atterrissent parfois dans mes masques histoire de les liquider. Mais pour moi, ces trucs ne sont vraiment pas indispensables.

Cosmétiques homemade, est-ce vraiment moins cher ?

Septembre, 61,15 euros par la fenêtre. Encore et toujours des huiles et des hydrolats pour agrandir ma "collection", mais à ce moment-là, j'étais surtout à fond dans tout ce qui était henné et coloration végétale. Je faisais mes petits mélanges pour obtenir un joli brun chocolat. J'ai fini par y arriver, mais pas du premier coup...

Novembre, 142,10 euros mais ça compte pas vraiment. J'avais certes commandé des petites choses pour ma pomme, mais le gros de cette commande était pour fabriquer quelques tambouilles et offrir des box à la famille pour Noël. Ce qui s'est soldé par un semi-échec. Mes réalisations n'étaient pas à la hauteur de mes espérances, je les jugeais pas assez bien pour les offrir. Ma mère en était ravie même si la présentation laissait à désirer. Elle trouvait qu'un cadeau fait à quatre mains (Pépé était de la partie) avait plus de valeur qu'un truc acheté dans un magasin.

Cosmétiques homemade, est-ce vraiment moins cher ?

Cette année-là, j'ai énormément dépensé de pognon (à mon sens). Et encore, là je ne relate que mes commandes passées depuis mon canapé pour lesquelles j'ai encore l'historique, mais il y a eu aussi les achats en magasins dont je ne me souviens plus. J'ai beaucoup dépensé. Beaucoup plus que lorsque j'utilisais des produits conventionnels. Trop. Un comble pour une meuf qui ne prenait pas vraiment soin d'elle jusque-là et qui s'était mise au naturel pour justement faire des économies entre autres !

La nouveauté

Je crois que la première explication au craquage du slip de ma carte bleue cette année là a été tout bonnement l'attrait de la nouveauté. Le choix des possibles, ne plus savoir où donner de la tête, être attirée par ces huiles, ces hydrolats qui donnent tous autant envie les uns que les autres. Les tester les uns après les autres jusqu'à trouver le Graal absolu !

A l'époque, j'étais à donf', mais avec le recul, je me dis que j'aurais pu éviter bon nombre d'achats. C'est bien simple : quand j'avais envie de tester un nouveau truc, je le commandais sans pouvoir m'empêcher d'ajouter systématiquement quelques huiles et hydrolats supplémentaires histoire que la commande soit assez conséquente pour ne pas me taper les frais de port. Oui, je suis un pigeon.

Je me suis retrouvée avec trop d'ingrédients qui avaient au final pour la plupart les mêmes vertus. Mes problèmes tournaient sensiblement autour de la même rengaine: éradiquer le bouton / me laver le cul / avoir de beaux cheveux lisses et domptés à souhait.

Quand je regarde aujourd'hui l'historique de mes commandes, je vois que très peu de choses ont été rachetées, très peu sont devenues mes coups de cœur à la vie à la mort. Le shikakaï en fait parti. Lui, je l'ai jamais lâché. Mais je crois qu'il va bien falloir, étant donné que je me lance dans une nouvelle aventure capillaire dont je te reparlerai sans doute à l'occas'.. L'huile essentielle de Tea Tree aussi. J'ai fini par acheter une big bouteille, qui va me durer un paquet de temps je crois.

Je suis pas entrain de te pousser et te dire, vas y, achète et tu verras bien ce qui te convient le mieux, bien au contraire, si tu vois qu'un truc te va, ne t'en détourne pas pour tester autre chose, conserve-le bien précieusement. Même si le shikakaï a été une réelle révélation pour ma tignasse, je n'ai pas pu m'empêcher d'acheter d'autres poudres végétales. Pour tester, et parce que ce genre de produit me plait. Mais aucune ne m'a aussi bien convenu que le shikakaï, du coup, elles me restent sur les bras.

Cosmétiques homemade, est-ce vraiment moins cher ?

La passion du homemade, mais pas que !

Le problème c'est que l'attrait de la nouveauté s'est transformé en véritable passion. Ce blog en atteste d'ailleurs. Au début, je ne faisais pas des trucs de fous. Juste des petits gommages ici et là, des sérums à base d'huiles en tout genre, des masques visage et capillaire, des dentifrices, en clair, des recettes express' que tu consommes sur le champ.

Il a fallu un certain temps avant que je me lance dans les émulsions, la confection de crèmes et de trucs un peu plus funky comme les shampoings solides. Disons que j'en étais pas encore là, et l'idée de faire des trucs "compliqués" me rebutait d'avance. J'aime pas les prises de tête Sauf que. C'était pas si compliqué que ça finalement.

Petit à petit, des nouveaux ingrédients ont fait leur apparition dans mon placard à tambouille : tensioactifs liquides et solides, émulsifiants, gommes, conservateurs... Je crois que c'est quand même grâce à mon partenariat avec Mycosmetik, que j'ai pu aller plus loin. En effet, ce sont eux qui m'ont envoyé le kit pour faire une crème anti-âge. Je balisais un peu d'ailleurs, j'avais peur de me louper. Je me suis lancée, et c'était parti !

J'ai conscience de tambouiller des choses qui ne sont pas spécialement indispensables. Pour exemple, j'ai récemment fait un contour des yeux (que je te partagerai bientôt). Même si cette recette nécessite peu d'ingrédients, je sais qu'elle n'est pas indispensable. Une goutte d'huile de Callophyle suffirait à décongestionner mes cernes. Mais qu'est-ce que tu veux. Le plaisir de cuisiner mes cosmétiques, de tester des trucs, de foutre un dawa' pas possible dans ma cuisine, et de faire nettoyer Pépé, ça n'a pas de prix !

Paradoxalement, je me suis vachement calmée quant à mes dépenses. Je liquide mes stocks tout doucement, je fais mes recettes en fonction de ce que j'ai déjà, et ça va très bien comme ça. Et quand je vois par moments, sur des groupes Facebook, certaines poster des photos de tout leur attirail, je me dis que je suis une gamine à côté et que je ne suis pas si cramée que ça finalement ! Je suis raisonnable on va dire.

Je maintiens que le homemade, une fois maîtrisé reste beaucoup moins onéreux et plus efficace. Perso, je crois que je suis arrivée "au bout" dans le sens où j'ai trouvé mes routines cutanées et capillaires. J'ai trouvé mes recettes basiques, de crèmes, sérums, shampoings, masques qui me conviennent parfaitement, et je peux les refaire à l'infini à moindre coût.

Le fait est qu'à côté, j'aime tester des nouveaux trucs, donc potentiellement des ingrédients dont je n'ai pas vraiment besoin. Faut le voir comme une passion avant tout. Certains kiffent la cuisine et élargiront leur stock d'épices et d'aromates, d'autres seront attirés par le scrapbooking et dépenseront dans du papier crépon, cartonné, ciseaux crantés, colle and co, bref, tu piges l'idée.

Depuis la création de ce blog, j'ai aussi les à-côtés. Photographier mes recettes, en faire parfois des vidéos donc, du montage, rédiger et faire plein de fautes d'ortho, tout ça me plait beaucoup aussi. J'ai vraiment du mal à concevoir une recette sans pouvoir te la partager surtout quand je sais qu'elle dépote. Je ne tambouille pas pour le blog, ni pour toi à la base (sympa la meuf), mais finalement, le partage est la suite logique des choses. Mon petit côté militant sans doute "vas-y, toi aussi tu peux t'y mettre c'est pas compliqué !".

Mon conseil

Tout ça pour dire que si tu conçois la tambouille comme un mode de vie, une nécessité sans forcément en faire ta passion première, vas-y mollo, t'éparpille pas. Une ou deux huiles végétales, un ou deux hydrolats, une argile, une base lavante, éventuellement du gel d'aloe vera et des huiles essentielles, et tu seras déjà bien équipée ! Parce que n'oublie pas que ta cuisine regorge elle aussi de pépites en tout genre !

Commentaires

Julie

Ahahah je vois totalement le truc… J’ai eu un peu cette situation en voulant passer au zéro déchet et au naturel!! Mais j’ai vite vu le truc. Du coup j’ai réfléchi à mes achats et je vide tout ce que j’ai chez moi avant de racheter quoi que ce soit maintenant 😀

Bonne journée

nasserasb

je me suis retrouvée dans tous les points que tu as évoqués .. malheureusement pour mon porte- monnaie! Tout comme toi , mes premiers achats remontent à deux- trois ans et je voulais egalement tout tester à chaque fois : 30 euros par là, 50 par-ci , et encore 80 euros le mois d’après …et le tout avec une extrême régularité : inconsciemment , je dépensais tous les mois à la même période ,en pensant que c’était une dépense exceptionnelle pour me préparer à la grosse dépense trimestrielle lol . j’ai testé tous les actifs cheveux et poudres indiennes possible , tous les hydrolats et huiles végétales pour peau mixte , de nombreuses huiles essentielles … J’avais parfois du mal à déterminer quels actifs avaient reelement fait de l’effet sur ma tignasse tant j’en mettais dans mes préparations …! Aujourd’hui je me soigne ( surtout parce que j’ai testé 70 % du magasin je pense ) mais cette frénésie consommatrice me hante à chaque fois que j’entre dans ce magasin , dans lequel j’arrive à me convaincre que tous les produits soigneusement disposés me seront fortement utiles :  » bon OK pas pour maintenant , mais peut être dans un mois ou dans qq annnées pour prévenir les rides … ou sinon ça servira à ma mère ( laquelle se moque totalement de l’utilisation ou non de produits naturels dans ses cosmétiques  » me dis-je à chaque fois , alors que je n’avais prévu d’acheter que de l’extrait de concombre . Puis, j’ai l’impression de moins me faire arnaquer que lorsque j’allais chez sephora ou autre avec cette idée naïve que parce que c’est naturel , le géant aromazone se soucierait également de notre bien être et apaiserait également nos frustrations et autres névroses de consommatrice modernes à coup d’huiles essentielles et poudres indiennes, parce que EUX nous veulent du bien , et qu’après tout il sont d’une telle transparence sur la confection de leur produits , qu’ils seraient impossible qu’il aient taillé une politique de communication tout aussi insidieuse que d’autres géants cracra de la cosmétique, pour nous pousser à acheter encore et encore … loin de là l’idée dire du mal de az comme on a pu le voir des fois car ma peau se porte beaucoup mieux depuis que je suis passée au naturel mais me limiter à qq produits me feraient aussi le plus grand bien ! Et puis ton blog très instructif ne m’aident pas non plus dans ma quête hin ! 😉
Nasserasb

cécile

Merci pour cet article qui alerte bien.
Quand je me suis lancée ( il Ya plus d' »un an ) dans le home made j’étais pareil que toi.
Puis petit à petit, je me suis fixée un peu comme des régles:
Du multi-usage, que je trouve dans mon quartier, sans frais de port, ni emballage supplémentaire, et surtout faire simple avec ce que j’ai.
J’avoue que deux ou trois sites l’on aidé:
– la slow cosmétique de Julien kaibeck, surtout le dernier guide, qui listes 1à ingrédients à avoir ( sur les 1à, j’ai allez 7, et ils me servent à beaucoup de choses), on sait où l’on va, c’est minimaliste et du coup économique.
Le deuxième, c’est le tien et tes fiches tambouille, qui résument bien qu’on peut faire simple, sans se ruiner. C’est d’ailleurs pour ça que je les ai imprimée et regrouper dans un classeur ( ma deuxième bible)
Le troisième, c’est un blond, une brune, où elle fait un comparatif huile cosmétique et alimentaire , et finalement ça revient moins cher d’acheter en rayon alimentaire en bio.
Et sinon il Ya la chaine hou tube d’Alès boucher, qui donne ses trucs cosmétiques qu’avec ce qu’on a dans ses placards.
Conclusion, je m’en sors pas si mal, mon budgets cosmétqiue n’est pas faramineux, j’ai aussi des produits qui durent.
Pour résumer: faire simple, s’informer de ce qui correspond le mieux à nos besoins( cf slow cosmétique: j’ai opté pour l’huile de Coco, qui me convient grés bien à tout point de vue, et pour mecs besoins) .
Après on peut toujours tester, de mon coté j’essaye de suivre « mecs régles »

Stéphanie MEZERAI

Coucou , oui c’est vrai qu’au début on s’emballe un peu. Quand on commence dans le « fait-maison » je pense qu’il faut faire une liste de ses besoins et recouper les recettes pour voir finalement les ingrédients « couteaux-suisse » et là on fait de réelles économies. Pour ma part pas de crèmes élaborées, je reste très très simple : huiles essentielles, huiles végétales, hydrolats, aloé vera, et quelques poudre de plantes. Perso ça me va très bien 🙂
Merci pour tes petits billets pleins de peps !

Ricolleau

Votre article est très intéressant et je me retrouverai facilement dedans si je tentais l expérience à 100% . Je suis restée raisonnable grâce au livre de Julien et pour être honnête je me suis rendu compte que j avais besoin de très peu de produit pour faire le tour de mes besoins
Votre expérience est très utile
Merci

Sun

Ahahah j’aime ton article mémé ! J’ai failli tombé dans le panneau moi aussi quand jai voulu passer au naturel pour mes tifs. Pour l’éviter j’ai fait une liste de tout ce qui me faisait envie, puis jai cherché pour chacune qu’elles etaient leurs propriétés et les synergies. Ensuite jai supprimé celles qui faisaient « doublon » & celles que j’avais deja a la maison. Ensuite quand je voyais une recette tambouille je me disais toujours  » ok si j’achète tous les ingredients est ce qu’ils me seront utile pour autre chose ? » Si la réponse est non je supprime. Il y a toujours moyens de trouver la même recette « allégée » et tout aussi efficace ! Au final budget coiffure : 30€ et je pense que ca va me durer toute l’année car jai une grande partie qu’on trouve quasi en permanence dans ma cuisine. Et meme que je peux utiliser en cosmétique. Combo parfait !

Mémé

Je vois que tu t’es organisée dès le départ ! J’ai justement fait cette erreur : acheter des trucs qui ne m’ont servi qu’à une seule chose ! Aujourd’hui, je recherche systématiquement du multi-usages, et c’est pas bien compliqué à trouver ^^

Antony

Bonjour.
Merci pour cet article, ce point de vue qui nous fait revenir à l’essentiel des préoccupations.
Je suis un homme qui fabrique ses produits d’hygiène. Ma première motivation est de mettre en contact avec ma peau des composés sains, pas dangereux et en nombre limité. Je pense que c’est l’essence même de la « cosméto maison ».
Or, la dérive consumériste est en effet très pernicieuse et j’y suis désormais très vigilant. Client du géant A..R..Z depuis plusieurs années, j’ai vu leur gamme exploser et leur marketing devenir très efficace. Je m’y suis fait avoir aussi.
Un ami, chercheur en économie, m’a ouvert les yeux en me rappelant que le SEUL but d’une société commerciale était de faire du PROFIT. Pas de faire le bien de ses clients. Cela ne fait pas exception pour notre géant A..R..Z !
Donc, comme l’écrit Cécile, j’ai commencé à regarder autour de moi, dans mon quartier, des produits simples, parfois alimentaires.
Au sujet des HE, j’ai passé quelques mois à lire des thèses de pharmacie issues de différents pays, par simple curiosité. Au final, pas plus d’une vingtaine d’HE ont prouvé une efficacité médicale (antiseptique, neurologique, dermato, etc.). Alors, lorsque notre géant A..R..Z nous vante les mérites d’un nouveau produit (très cher bien sûr et venant de très loin) mais censé être quasiment miraculeux, j’ai vraiment l’impression de me retrouvé devant une pub L’Oréal ! Cela n’a plus de sens.

D’ailleurs, cela revient à chercher quel sens nous donnons au home-made ? Qu’est-ce que nous y recherchons vraiment ?

Merci pour ton article. Bravo.
http://site.antonyweb.net/

Ma coach grano

Coucou j’aime beaucoup ton article, c’est une belle prise de conscience que tu as réalisé la, cela demontre que fabriquer toi même tes produits (belle passion !) t’as fait ouvrir les yeux sur l’emprise que la société consumériste à outrance avait sur toi ; le « je dois tout essayer et tout posséder pour être sûre de ne rien manquer de vraiment génial « ! Le marketing n’est pas en reste même dans le monde écolo hélas ! C’est super je trouve que ce rapprochement du « fait maison » t’aies permis d’en prendre conscience et que tu fasses profiter de ton expérience et de tes « erreurs » aux autres ! Effectivement, avec tout le contenu d’une cuisine, les frais sont moindres quand on veut réaliser ses produits si on achète déjà de l’alimentation de qualité, c’est un cercle bienveillant je dirais 🙂 les petits extras, c’est vraiment du luxe, il est toujours intéressant de tester de nouveaux produits, ici au Québec il y a du vrac dans les boutiques cela permet de se procurer de toutes petites quantités de produits que l’on veut essayer, ça doit exister en France aussi j’imagine, après je suppose que tu peux toujours retrouver preneurs/ preneuses sur les groupes Facebook ou les sites de petites annonces pour les produits que tu as en trop ? 🙂 bises!

So

Ahah, le seul titre m’a suffi pour comprendre…
Moi ça va, je n’ai fait « que » 5 sauts chez aroma-zone (ouf, jsuis parisienne), qui vont de 11 à 31€… Et aïe, ça m’a forcée à compter… Total : environ 100€. Bon ça va, c’était aussi « la folie du début », et là je n’ai plus besoin de grand-chose…Et je ne devrais peut-être pas dire ça, mais parfois on n’a besoin que de 3 gouttes d’une HE, alors au lieu de l’acheter, il y a les testeurs (bah non, c’est pas du vol, je TESTE 3 gouttes!!!)… Mais ça reste entre nous, hein :p.
Je n’avais pas fabriqué le gel moussant finalement, je l’ai acheté chez mademoiselle bio, ça me revenait moins cher. Je crois que ma peau ne l’aime pas trop. Enfin, elle a chauffé le premier jour, plus maintenant, mais bon, ce n’est pas ce qu’elle préfère, je crois. Et pourtant la vendeuse m’a dit que c’était plus doux que le gel, bla…bla. Ah oui, et le dentifrice a tourné à un goût bizarre 🙁 Bisous, Mémé!

valerie jamain

J’aurais pu écrire cet article !! Effectivement il faut investir 30 euros d’ingrédients pour réaliser 30 ml pour 1, 50 €…… et puis on tombe sur une autre recette mais il manque un actif, une HE alors on saisi l’occasion pour refaire une petite commande vite fait et très vite le placard déborde …… je fais mes cosmétiques depuis un an , j’adore ça, cela me convient parfaitement mais effectivement si je fais la note…….tout à fait d’accord sur le fait de se cantonner aux produits basiques et routine simple…..

Laurie

Je comprend tout à fait. J’ai commencé le naturel sur mes cheveux avec ce qu’il y a dans ma cuisine (huile, miel, yaourt). J’ai pas mis longtemps pour me lancer à faire des crèmes visage (pour le jour nickel mais j’ai pas encore trouvé mon Graal pour la nuit). Pour moi le contour des yeux est un indispensable, je n’en mettais pas quand j’utilisé des choses du commerce mais j’avais déjà un gros problème de dessèchement.
Je commande environ tous les 6 mois sur AZ pour refaire du stock et pour de nouvelles recettes, ma prochaine est en mai pour fabriquer un déodorant (ta recette anti pousse) et un stimulateur de bronzage, complètement superflu mais je suis un cachet d’aspirine.

Mémé

Salut Laurie !
Pour la nuit, perso, j’utilise juste une HV seule, et la peau est repulpée le lendemain !
Concernant ton stimulateur de bronzage tu vas opter pour quoi ? Je pensais proposer une recette prochainement là-dessus, finalement, un macérat de carotte tout simple suffit, il ne faut pas grand chose ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *