Mon avis sur la méthode Konmari

methode Konmari

Parce que mieux vaut tard que jamais, je reviens enfin te donner mon avis sur la méthode Konmari ! En janvier dernier, je te parlais du bouquin que Pépé m'avait offert pour Noël, "La magie du rangement" de Marie Kondo. Je l'avais lu en deux temps trois mouvements, pleine d'espoir, pensant que ce truc allait réellement révolutionner ma vie ! Clairement, ce livre te promet à toi, bordélique de haut vol, que ta maison sera dorénavant ordonnée, ce, sur le long terme, et que tu n'auras plus rien à envier à Bree Vandekampf !

Si tu veux te faire une idée de ce à quoi ressemble cette fameuse méthode Konmari, dite, "révolutionnaire", je t'invite à lire mon billet sur le sujet.

Au début, j'ai vraiment voulu faire les choses bien, du coup, chaque fois que j'opérais un changement dans la baraque, je le notais consciencieusement dans mon petit carnet. Mais de fil en aiguilles et surtout dans le feu de l'action, j'ai délaissé complètement mes notes (ajoute à ça un manque de rigueur naturel) du coup, je vais tenter de me remémorer au mieux de ce que j'ai fait exactement, sans trop te saouler de détails.

Pour te planter le décor, depuis qu'on a emménagé dans cet appart' avec Pépé, on ne s'en est jamais vraiment occupé côté rangement optimal, organisation et déco. Je crois que le dernier carton de notre emménagement a été déballé plus d'un an après notre arrivée. On avait plein de trucs inutiles qu'on stockait où on pouvait parce qu'on ne voulait pas jeter, et qu'on arrivait pas à les vendre non plus. C'était le bordel ambiant constant. 

La première étape de la méthode Konmari consiste à JETER. Et JETER est réellement mon point faible. Je suis très très très (très) conservatrice. Je garde tout, "au cas où" ça puisse servir une autre fois, ou pour autre chose.
JETER, selon un ordre bien précis : d'abord les vêtements, puis les livres, les objets divers et enfin les objets qui ont une  valeur sentimentale.

Ce que j'ai jeté, rangé et acheté

Ce que j'ai fait en premier, c'est de m'occuper de mes tiroirs où était stocké mon linge de bain (la meuf, on lui dit "les vêtements en premier", elle pense direct à ses serviettes de bain quoi... logique). Tiroirs qui, avons-le, dégueulaient complètement, il était de plus en plus compliqué de les fermer. J'avais des serviettes délavées récupérées à l'époque chez ma mère quand je suis partie de la maison, d'autres, qui avaient fait les frais d'un henné mal rincé, ajouté à celles de Pépé qu'il avait quand il vivait dans son chez lui, en meilleur état car neuves ! Ce jour-là j'ai viré 2 gants, 5 petites serviettes pour les mains et 1 grande serviette qui ne ressemblait vraiment plus à rien. J'ai gardé une grande serviette tâchée "au cas où" j'aurais dans l'idée de me recolorer les cheveux, évitant ainsi d'en foirer une autre, et deux petites serviettes complètement moches et rêches, parce qu'elles appartenaient à ma grand-mère et que je les ai toujours connues. La méthode stipule que les objets à valeur sentimentale se gèrent à la fin, on fait comment quand on voit des sentiments partout sérieu' ? 

A ce niveau là déjà, j'ai fait du tri, mais j'aurai vraiment pu faire mieux, en ne gardant par exemple, que les serviettes les plus nickelles (celles de Pépé). Ca commençait bien.

Ensuite, je me suis attelée au tiroir juste au dessus, celui où était stocké des objets divers et variés dont je ne savais vraiment pas trop quoi foutre. Une chose en entraînant une autre, j'ai complètement zappé l'ordre indiqué par le livre. Dans ce tiroir, il y avait vraiment de tout et pas mal de n'importe quoi. J'ai retrouvé tous mes téléphones portables que j'avais eu depuis mes 14 ans. Je les ai pris un à un et chacun m'a rappelé des souvenirs, une période de ma vie, bref, comme si le passé me revenait en pleine gueule (des sentiments partout j'te dis), avec quand même une once de lucidité en me demandant pourquoi, je les avais tous gardés ? J'en ai viré quelques uns, j'en ai gardé certains. Là encore, échec. Si j'avais suivi le truc à la lettre, je les aurais tous dégagés. Vu que je ne m'en sortais vraiment pas avec ce tiroir rempli de babioles, j'ai repris les choses dans l'ordre. La méthode Konmari dit qu'il faut d'ABORD s'occuper des fringues, c'est donc ce que j'ai fait.

Je me suis munis d'un sac poubelle pour pouvoir les jeter directement  sans avoir à y revenir. J'ai jeté pas mal de trucs et j'étais assez fière de moi. Même les "ah ça, je le mets jamais mais un jour peut-être", je les ai virés. J'ai dû balancer prêt de quatre gros sacs dans les bennes de collectes et quelques paires de chaussures, et les trucs vraiment fracassés ont finis à la poubelle. Là encore, échec, j'étais censée JETER, pas DONNER.

J'ai suivi la méthode Konmari pour tout ce qui concerne le rangement des chaussettes, et des t-shirts de Pépé, à savoir tout ranger à la verticale. Ça prend moins de place. Avant, ses t-shirts étaient sur des cintres dans la penderie, ce qui finalement prenait plus de place qu'autre chose il est vrai. Le fait d'avoir une tâche supplémentaire qui est de plier chaque t-shirt un à un n'est pas si dérangeante que ça finalement, je m'y suis faite, et c'est aussi plus pratique pour Pépé pour avoir une visibilité sur sa panoplie.  

methode Konmari

Le reste du processus s'est vraiment fait à la va-comme-j'te-pousse. J'ai mis le clic-clac défoncé  que seul le chat utilisait, en vente sur le bon coin. C'était le canapé que j'avais acheté une misère chez Confo quand je suis venue m'installer à Strasbourg. On l'avait gardé "au cas où" on recevrait des amis pour dormir. C'est arrivé peut-être trois fois dans l'année, nos hôtes s'étaient payés un mal de dos, et ma sœur s'était même cassée la gueule une nuit parce qu'il avait malencontreusement basculé. Deux jours après avoir mis l'annonce en ligne, une petite jeunette est venue le récupérer avec son père. J'avoue que ça m'a fait mal au cœur. Mais quel gain de place ! Je te passe tous les détails, mais on s'est également débarrassé du bureau bancale qui datait de mes années collèges (oui oui...), pour en prendre un autre plus confort, et surtout plus grand, pour y mettre un ordinateur. Aujourd'hui, j'ai une pièce qui ressemble vraiment à un bureau !

On a acheté un meuble pour ranger nos godasses dans l'entrée, ce qui ne nous empêche pas (surtout moi), de laisser traîner plusieurs paires ici et là. On a mal jaugé, le meuble est trop petit. 

On a également fait de la place dans le salon, on a acheté un vrai meuble télé, et j'ai dû virer bon nombre de mes bibelots. Je ne les ai pas jetés, je les ai... rangés ailleurs (cachés quoi).

On a déplacé des meubles, réagencé la cuisine, bref, je t'explique pas le chantier.

Au final, j'ai quand même réussi à jeter assez ce qui a permit de gagner de la place et de ranger d'autres trucs qui n'avaient jusqu'ici, aucune place attitrée justement. 

Pour l'auteure, le processus doit se faire rapidement et d'une seule traite. Échec total parce que j'ai mis des semaines à ce que mon appart' ressemble à quelque chose de présentable. Pour tout te dire, il n'est toujours pas impeccable, il y a encore du bordel qui traîne. Je crois que c'est dans ma nature profonde, c'est pas ma faute (comment se dédouaner sans culpabiliser, appelez Mémé).

Mon avis sur la méthode Konmari

Je crois que cette méthode Konmari à la noix de coco ne me convient pas tout bonnement. Déjà quand j'ai lu le bouquin, il y a certains points qui ont fait tilt.
Quand Marie Kondo te dis JETER, elle veut bien dire JETER. T'as pas le "droit" de vendre ou de donner à quelqu'un à qui ça pourrait profiter sous prétexte qu'il ne s'agirait là que de "déplacer" les choses inutiles chez quelqu'un d'autre. Je regrette, mais il m'est juste impossible de JETER un truc qui fonctionne encore, en bon état et qui potentiellement pourrait servir à quelqu'un d'autre. Et pour ce qui est des allers et retours à la déchetterie, ça elle en parle pas la Dame hein.
Tout ça pour dire que oui, grâce à la méthode Konmari j'ai jeté des trucs, oui Pépé a fait des allers et retours à la déchetterie, mais le plus gros a quand même été vendu et surtout donné. 

methode Konmari methode Konmari

Elle te dit de JETER les choses que tu gardais jusqu'ici "au cas où". J'avais beaucoup de "au cas où" chez moi. Mais j'ai joué le jeu (à part pour la serviette teinté de henné hein). Du coup j'ai donné (ouais ben désolée), mes classeurs, mes pochettes plastiques et autre fournitures aux petits frères de Pépé qui sont encore au lycée. J'ai tout donné et bien figure-toi qu'aujourd'hui, un classeur, j'en aurais bien besoin pour y mettre mes recettes cosmétiques, mes notes, mes trucs et mes machins. Alors quoi, je rachète maintenant ? C'est ça le délire ? 

Sachant que je suis de base plutôt dans un délire "recyclage", laisse tomber la grêle quoi.

Elle y va également très fort sur tout ce qui concerne les objets qui ont une valeur sentimentale. Pour elle, les cadeaux, les DIY faits par ton lardon à l'école pour la fête des mères, les poèmes et autres, faut bazarder. Et ça... Ça je comprends pas. Enfin, je comprends sans comprendre en fait. Son délire c'est d'aller de l'avant et de ne pas vivre dans le passé, certes, mais pour une conservatrice comme moi, qui voit des souvenirs partout même dans ses anciens téléphones portables, imagine le bordel... J'ai un carton dans lequel il y a des cartes postales qui datent de Mathusalem, des lettres que m'envoyaient mes parents quand j'étais en colo, des feuilles volantes avec des petits mots laissés par les copines au collège, j'ai même retrouvé tous mes agendas de l'époque (eux je les ai jetés par contre, ils puaient). C'est vrai que je ne vais jamais fouiller dans ce carton, mais savoir que ces choses sont là me rassure. Si j'avais suivi la méthode à la lettre, j'aurais dû tout dégager, mais je n'y arrive pas, c'est plus fort que moi. 

Quand elle te dit de RANGER, par type d'objet, là encore, il n'y a pas de logique pour moi. Par exemple, elle préconise de mettre tous les objets d'un même type au même endroit. Genre les appareils électriques. Alors je suis désolée, mais coller mon appareil à gaufres au même endroit que mon Lumea, (tiens d'ailleurs, faudrait que je te parle de ce truc à l'occas'), c'est chose impossible. Selon moi, l'un reste dans la cuisine, et l'autre dans la salle de bain, un point c'est tout !

Peut-être que dans quelques mois, un an, ou à l'occasion d'un déménagement je ferais à nouveau un tri et que je me débarrasserais de nouvelles choses, peut-être qu'il me faut du temps, sachant qu'aujourd'hui, je n'accumule plus grand chose, mais quoi qu'il en soit, même si sur le papier la méthode Konmari n'est pas déconnante et tient la route, la mettre en pratique est un réel tour de force. Il y a même eu des moments où je me suis payée des maux de crâne épouvantables et de grands moments de solitude. C'est pas si anodin de faire ça, finalement.

Ceci étant, lire ce bouquin et tester la méthode Konmari nous a permis avec Pépé de nous bouger le cul au niveau de notre installation dans cet appartement. Le fait de faire du tri (parce qu'on en a fait quand même, mine de rien) de réagencer les pièces, d'acheter des nouveaux meubles (c'est pas le but de la méthode de "racheter" mais bon, on est plus à un échec près), fait qu'on a aujourd'hui un chez nous un peu plus "confort" et qui ressemble à quelque chose, même s'il y a encore du boulot (et qu'on est toujours aussi bordéliques finalement) !

Avec le recul, je crois que le seul truc que j'ai fait correctement a été de ranger les t-shirt de Pépé à la verticale et d'arrêter de mettre nos chaussettes en boule.

Bref, si jamais tu es adepte de la chose et que pour toi, "il n'y a que ça de vrai", n'hésite pas à mettre ton grain de sel et nous donner ton avis sur la méthode Konmari ! C'est toujours enrichissant d'avoir plusieurs avis ! 

je commande

Commentaires

Laurine

il m’a bien fait rire ton article ! je m’y suis bien retrouvé 😀

En fait, ce bouquin m’a surtout donné l’élan de me bouger le .. et de trier/ranger. Le reste, je n’adhère pas. En fait, ça ne colle pas à notre mode de vie, rien que le fait de jeter au lieu de donner, ça m’a un peu mise en colère. Elle avait l’air tellement fière de dire « untel a jeté X sacs poubelles de tel ou tel chose »… Ce qui me dérange également c’est de promouvoir le « tu jettes si tu t’en sers pas, au pire tu rachèteras ».. heu, ouais, nan, de un , j’suis pas crésus, et puis jeter quelque chose en bon état pour le racheter plus tard est un non sens 😮

La seule chose que j’ai apprécié, c’est son rapport avec les cadeaux. ça ne m’a pas enlevé la culpabilité de me débarrasser de certains cadeaux, mais le fait qu’elle rappelle qu’un cadeau c’est une preuve d’affection et que lorsqu’il a été offert, il a fait son job, j’ai trouvé ça intéressant 🙂

Enfin, pour les objets électroniques au même endroit, je pense qu’elle voulait parler des câbles, des chargeurs… bon, je l’ai lu y a un moment maintenant et j’suis peut être à côté de la plaque 😉

Voilà, merci pour ton article qui m’a fait sourire 😉

Mémé

Salut Laurine,

On est sur la même longueur d’onde ! 🙂 Je t’invite à lire le commentaire de Saho, tu verras que finalement, tout n’est pas si catégorique que ça et que la traduction du livre en français laisse à désirer !
Moi aussi ça m’a donné l’envie de me bouger sur l’instant, m’enfin, aujourd’hui, tu verrais l’état de ma casba lol… Je vais m’interesser peut-être à d’autres méthodes pour voir. Il y a la méthode « lady » je ne sais plus trop quoi, bref, je trouverai ^^

Laurine

C’est ce que je me disais aussi, que ça devait être lié à la culture aussi. J’ai appris plus tard que les Japonais étaient très respectueux des objets, donc ce livre a une autre dimension qu’on voit les choses de cette manière.

ma maison c’est pareil actuellement 😉 en plein déménagement en plus, j’espère que dans le nouveau logement ça sera différent 😀
La méthode flylady? ça m’intrigue aussi 😉

Mémé

Yes c’est ça ! FlyLady ! Je ne connais pas du tout les bases du concept, je vais voir si je trouve un bouquin qui en parle à la médiathèque tiens.

Saho

Hello Mémé!

Concernant cette méthode, je me demande pourquoi ils l’ont traduite en langue étrangère.
Je viens de finir le livre en japonais, et autant il me parle beaucoup (parler, sentir et remercier les objets c’est qqch qui est assez encrée dans la culture, que je fais déjà naturellement), autant je comprends que ça ne parle pas du tout en Occident et que ca soit difficile à appliquer… Alors que c’est le cœur de la méthode!
Il y a une tonne d’autres livres plus pratiques (exemples de rangements concrets) qui correspondrait mieux aux attentes des occidentaux…
Bref, je n’ai pas lu la version française donc je ne sais pas comment c’est traduit, mais ca ne m’étonne pas que les gens soient sceptiques en le lisant.

Et concernant la règle de jeter, et non donner, dans la version jap elle dit qu’on peut donner si une personne en a besoin et qu’elle l’utilisera. Donc tu n’as rien fait faux à mon avis 😀
En plus au japon le recyclage est bien avancé, et le tri des déchet fait partie de la vie de tous les jours (tout le monde a au moins deux poubelles, une pour tout ce qui brûle, une autre pour ce qui ne brûle pas. Sans compter les autres tris qu’ils font), donc quand elle dit jeter, ça ne veut pas dire tout dans le même sac 🙂

J’ai déjà lu d’autre articles concernant ce livre qui ne correspond pas à ce que j’ai compris du livre en japonais, du coup je crois que j’essaierai de le lire en français pour voir la différence!

Merci pour ton retour et tous tes autres articles, j’adore les lire!
Bonne continuation:)

Mémé

Coucou Saho,

Un grand merci pour ton intervention super interessante ! Effectivement, tout est aussi une question de culture je pense. J’imagine qu’il faut être imprégné des uses et coutumes au Japon (que je ne connais pas du tout). Mais là visiblement, tu nous dis qu’il y a une différence au niveau des idées relatées (donner à quelqu’un qui en a besoin au lieu de jeter, ce qui est juste logique pour moi), et ça, je ne comprends pas bien pourquoi ils ont fait ça ! Idem, concernant le fait qu’ils soient super vigilents sur le tri sélectif, je ne le savais pas, ce qui remet donc « un peu » en question m’a remarque sur le fait que d’un point de vue écologie, sa méthode laisse à désirer !
Quand j’ai lu le livre sa méthode m’a semblé vraiment pas mal, sensée, et j’avais hâte de m’y mettre. Comme quoi, entre la théorie et la pratique parfois, il y a un gap !
Merci en tout cas de nous avoir éclairé, et pour tes gentils compliments !
A bientôt ^^

FanActuel

Ah, je me retrouve un peu dans l’incapacité à appliquer à la lettre la méthode. Plutôt que me répéter, je te donne le lien vers mon article sur KonMari: https://fjva.wordpress.com/2016/06/15/la-methode-konmari-la-magie-du-rangement/
Et au fait, je ne sais pas si on a lu la même version, mais elle parle (brièvement) de donner. C’est juste qu’elle parle plus de cas où les gens donnent des trucs alors que ça va juste encombrer qqn d’autre, au lieu de lui servir.
Aussi, si tu lis mes autres articles sur ce que j’appelle le syndrome du hamster (qui consiste à tout stocker), tu verras que personnellement il m’a fallu un long cheminement mental pour arriver à me détacher plus du sentimentalo-matériel. Je pense que tu en es au tout début (car ce que tu décris c’est moi il y a 5 ans quand je voulais trier…). Mais ça va ou ça peut changer. Mais c’est clair que du coup, commencer avec cette méthode c’est juste pas possible pour des hamsters!

Cécile

Je n’ai aussi pas adhéré totalement . Déjà j’avoue j’ai lu le livre en pdf ( on me l’avait envoyé) car je me voyais pas l’acheter , quand je l’ai feuilleté en librairie rien m’a interpellé .
Bref après lecture , je me suis retrouvé comme toi, j’ai voulu désencombrer sans jeter. Parceque moi , jeter pour jeter, je trouve ça un du gâchis et que ça va de paire avec la surconsommation et en plus dans une démarche zéro déchet , je préfère donner une deuxième vie aux objets.
Et puis ben ça fait pas de mal de garder quelques souvenirs : j’ai des objets en bois fait par mon père qui n’est plus de ce monde , alors jeter non!
Et si en plus on fait des heureux de donner , ben on donne du sens .
Bref, j’ai donc fait du tri mais moindre. Et puis passer ma journée à ça , ben ça m’enchante pas! Il y a sûrement plus intéressant à faire que passer sa journée à ranger ( c’est mon point de vue), les relations humaines et les échanges m’apportent plus.
Donc pas lev temps de trier sans cesse. J’ai fait petit à petit.
J’ai finalement aussi garder que la méthode de rangement.
J’avais testé finalités méthodes sans succès aussi.
Je pense qu’il fait trouver sa propre solution qui correspond à ses habitudes.
De mon côté , c’est tri régulier au fur à mesure , parfois je mets de côté et si au bout d’un mois je n’utilise toujours pas c’est don.
Pour le rangement , un peu chaque jours, à deux le week end. J’ai désencombrer pas mal au fur à mesure.
Et finalement je m’en porte pas mal.

So'

Bonjour

Ce n’est pas la première fois que je lis un article qui reproche le fait de jeter (ce n’est pas dans ma façon de faire) et, en lisant, je me faisais tout un dialogue entre moi et une de mes amies qui voulait des trucs et moi qui lui répondait « mais non, je peux pas… l’auteur dit qu’il faut tout balancer » et je ne parle pas non plus de la surconsommation et le fait de racheter un objet que « oh mince ! je l’ai plus, c’est vrai… je l’ai bazardé »… (perso, j’achète beaucoup d’occasion)

Je me demandais aussi quel était l’impact au niveau écologie de tout ces sacs poubelles jetés pour nous désencombrer… c’est pas compatible avec l’idée du « je débarrasse chez moi mais je jette tout à la déchetterie parce que je ne veux pas encombrer l’espace de quelqu’un d’autre », ouais… et la Terre alors, c’est quoi au juste ? ben, notre maison commune !
Au plaisir de vous lire encore 🙂

Audy

Haha ! Le  » non je peux pas, l’auteur dit qu’il faut tout jeter » ça me renvoi à la remarque que j’avais fait à une de mes soeurs en lui parlant de cette méthode que je tentais d’appliquer et que je trouvais géniale (notez l’utilisation du passé lol)
Je lui disais que c’était limite sectaire, puisque tout comme toi, je me sentais  »obligée » de faire tout comme elle disait… Bizarre non ??

sabrina

coucou,
j’ai moi même mis en pratique cette méthode et tu peux voir le résultat si tu passe sur mon blog.
Je trouve que c’est une méthode pas mal. mais il me reste encore des choses à faire et je le mettrais bientôt dans un article.

Kakou

Dans l’idée c’est pas mal l’idée de faire du tri car on amasse trop de choses futiles voire inutiles mais je me refuse à jeter des choses qui pourraient servir à des gens dans le besoin … Du coup, même pas envie de lire ce livre !
Bizzzzz

naima

Bonjour,
alors je suis en plein dedans et je trouve cette méthode géniale. Bien sûr c’est pas encore nickel chez moi…Mais la différence est énorme. Je ne comprends pas ce que tu lui reproches avec le fait de jeter. Elle dit simplement qu’il ne faut pas refourguer nos trucs à nos connaissances en les faisant culpabiliser car sinon on jette ou parce que ça vaut cher. Par contre, rien ne nous empêche de vendre ou de donner à des associations car il ne s’agit pas là d’encombrer les gens. Pareil,quand elle dit de jeter, au pire tu rachètes, elle parle d’objets dont tu ne t’es pas servi depuis 1 siècle. Donc si tu arrives à jeter ou donner 150 objets et que tu doives en racheter, ça en vaut la peine. Car payer un truc, n’est rien à but de la liberté que tu auras. Bref, ton article est sympa. J’aime beaucoup ton style mais je trouve que tu fais des procès d’intentions qui n’ont pas lieu d’être. A mon avis, tu devrais réessayer dans un an. C’était p-ê trop d’Un coup.

Mémé

Coucou Naïma,

Je ne pense pas faire des procès d’intention, je relate juste ce que j’ai compris du livre, et certains procédés vont à l’encontre de mon mode de vie, c’est tout 🙂 Je suis conservatrice de base, j’ai tendance à garder des trucs « au cas où » ça peut servir, et donner une seconde vie à certains objets quand c’est possible. J’ai essayé de me faire violence, de jeter des choses dont je ne me servait plus depuis des années, pour au final en avoir besoin quelques semaine après ! Et ça franchement, je ne vois vraiment pas l’utilité. En gros j’ai jeter, pour racheter, pour reconsommer derrière. Pour ce qui est de virer les souvenirs, les cadeaux, là par contre, j’avoue, gros blocage, même si j’ai bien conscience que les souvenirs sont dans la tête ^^.
Je ne dis pas que cette méthode est complètement pourrie, son livre a fait du bruit, c’est un best-seller, je dis juste qu’elle ne me convient pas « à moi ». J’encourage les gens à tester et à se faire leur propre idée 🙂

virginie

Zut, quand j’ai vu l’intro de ton article je me suis dit que peut-être il y avait un espoir que ma maison ressemble enfin à qqch d’autre qu’une déchetterie (j’exagère pas beaucoup, entre les affaires des 3 gamins qui traînent partout, les miennes et celles de mon mari aussi (même si lui ne l’admet jamais!) et le fait que je sois le même genre de conservatrice que toi, on a quasi toujours l’impression qu’un ouragan est passé dans la maison)….oh déception en lisant la suite! mais au moins je ne perdrai pas du temps à lire ce bouquin, merci à toi 🙂

Mémé

Coucou Virginie !

Tu sais, il ne s’agit que de mon retour d’expérience, peut-être que la méthode fonctionnera sur toi ^^, sait-on jamais 🙂

Catherine giordi

Bonjour mémé,

ton article tombe bien car j’ai pleins de choses entassées chez moi et dans mon garage qui date depuis mon adolescence, comme des chaussures, des vêtements, des bibelots, ces choses que je me dit « au cas où », j’ai vraiment decider de m’en séparer car ça m’encombre plus qu’autre chose, je suis comme toi dotée d’un côté très très conservatrices, je profite que ma nièce vienne chez moi pour faire un méga tri, je vais d’abord essayer de les vendre sinon je donnerai à la famille ou au secours catholique car je suis vraiment dans un esprit récup’ et recyclage, pour moi jeter non, sachant que d’autres sont dans le besoin et que cela pourrait leur être profitable, faut quand même être solidaire.
Je te souhaite une bonne journée et un excellent week-end.

Mawie

Je voulais lire ce bouquin justement! pour l’instant je suis en train de lire « l’art de la simplicité » et je fais le même constat sur pas mal de point : il y a des choses bien trop radicales pour moi!
voila 1 an que j’essaye de réduire mes déchets du coup j’ai tendance à ne pas vouloir jeter. je préfère vendre ou donner. j’ai du mal avec les bouquins qui disent « il faut faire comme ça et pas autrement » ça me met un peu en rogne. Je préfère faire le tri et faire à ma sauce. Je suis un peu déçue du coup par la méthode konmari. j’espérai que ça serait plus soft que celui que je lis :/ mais bon avec tous les ptits trucs que je pioche dans toutes ces méthodes j’ai quand même pas mal bougé les choses dans mon appart et on y voit plus clair ça fait du bien! et surtout ça m’a aidé à me débarrasser de choses qui me rappelaient pas forcément de bonnes époques, ça secoue un peu mais après on se sent mieux!

Mémé

Coucou Mawie,

J’ai lu aussi « l’art de la simplicité ». Ce genre d’ouvrage est pas mal pour se mettre un coup de pied au derche, mais après, je pense qu’il faut en prendre et en laisser, adapter à sa sauce ! Je trouve que ça remet quand même pas mal les idées en place sur le fait qu’on accumule certaines choses inutiles. Mine de rien, même si Konmari ne me convient pas à 100%, j’ai quand même fait pas mal de tri, réagencé, et rangé autrement. C’est encore le bordel, mais bon, je crois que c’est dans ma nature profonde lol…

Anne

Moi aussi, j’essaie d’alléger. Je ne sais plus si c’est dans son bouquin que j’ai lu que garder des objets enfermés, c’était triste aussi pour ces objets (quand on est comme moi attaché à leur histoire…) et qu’il valait mieux les donner pour qu’ils vivent vraiment ailleurs. J’aime bien cette idée. Donc je donne à qui peut en avoir besoin ou a à Emmaus aussi. C’est long quand même 😉

Mémé

Oui maintenant que t’en parles, je me souviens aussi de cette histoire de faire vivre les objets ailleurs. C’est vrai que c’est intéressant, mais que veux-tu, pour certains d’entre eux, c’est vraiment plus fort que moi, je ne veux pas m’en séparer 🙁

Isölia

Oh oui un article sur le lumea 🙂 j’hésite à m’en prendre un ^_^

Mémé

A voir oui, je ne sais pas encore si je vais en parler, je risque de m’attirer les foudres sur le côté non naturel et potentiellement dangereux de la chose (je n’ai cela dit jamais eu de soucis avec pour l’instant). Quoiqu’il en soit, j’dis ça j’dis rien, mais je en pourrais plus m’en passer. Je vais réfléchir à tout ça ^^.

Mawie

Par contre je me souviens d’un moment dans l’art de la simplicité où elle explique qu’un objet est déjà un déchet à partir du moment où il est inutile dans le sens où on ne s’en sert pas. ça m’a déculpabilisé de jeter certaines choses! je pense que je lirai quand même celui de konmari un de ces quatre pour voir ce que je peux en tirer!

Mémé

Oui voilà, lis-le si tu en as l’occasion et fais-toi ton opinion, comme dit, tout n’est pas « à jeter » dans cette méthode ^^ 🙂

Nadette

bonjour, sympa ton article cependant tu n’a pas retenu qu il faut garder les objets qui te font plaisir donc les objets qui te plaisent tu peux les garder , comme ceux de ton papa .tu es absolument pas obligée de tout virer ; de plus si tu ne veux pas jeter et donner Marie ne t’en voudra pas faut pas tout prendre au pied de la lettre
au plaisir de te lire

Dominique

merci pour cet article.
Pour ce qui est de dire « au pire on rachète », j’avais déjà lu ce conseil je ne sais où et ça m’a aidé … car je ne l’ai pas suivi à la lettre car clairement si je donne un truc (oui donne, prout pour jeter lol) et que j’en ai besoin quelques semaines après je vais très mal le vivre ! Donc voilà comment j’ai adapté cette idée : je me pose les questions suivantes : 1/ est ce que cet objet peut être vendu et à quel tarif ? 2/ si j’en ai besoin dans quelques temps, est ce que je peux le racheter facilement d’occasion et à quel tarif ? 3/ qu’est ce que ça me coute de le garder ? (en argent, en espace, en fatigue morale) => avec ses réponses, je décide ou pas de garder. Les objets facile à racheter d’occasion par cher, en général je les donne/vend car le stockage me coute trop cher par rapport à 3 euros pour racheter d’occasion. Par contre je garde souvent les articles difficiles à trouver d’occasion car racheter neuf alors que j’en ai un : non ! ça m’a aidé à virer … et à garder lol !

Julie

Je ne comprends pas le principe de vouloir appliquer une methode de desencombrement où le principe de base est de se débarrasser d objets… quand on ne veut pas s en debarrasser.
Ce serait comme acheter un livre sur l escalade…alors qu on a un vertige dingue.
Ce que peu de gens comprennent c est que le desencombrement n est pas une methode qui vous dit comment ranger ou plier une culotte.
C est un vrai travail psy moral et autre d introspection intérieure. Ca secoue la dedans. Faut etre pret a se remettre en question a s inspecter a se connaitre.
Ce n est pas un mode d emploi sur le ménage.
Donc il faut etre pret et au final si on a pas compris le concept on ne peut pas aboutir. Mais chaque pas est important.
Et le fau debat de jeter est un quiproquo.
Moi j adore le quatre quart. Ce serait bien peut etre d en manger moins.mais je refuse de tester une methode pour ne plus en manger. Ce serait un echec et j en suis totalement consciente. Et cette conscience la j en suis fiere. Accepter ce qu on est est le premier pas vers le changement.
Bisous

Mémé

Coucou Julie,

Je ne suis pas si catégorique que toi. Biensure qu’on comprend bien que faire du tri demande un gros travail du soi, et je pense que c’est pas mal de le lire pour avoir une méthode bien tracée qui nous dit quoi faire exactement pas à pas, quand vraiment on est au bout du rouleau et qu’on ne s’en sort plus ! Ca n’a pas été mon choix que d’acheter ce livre, c’est Pépé qui me l’a offert, tout en sachant qu’on avait tout les deux un réel problème d’accumulation. Disons que ça remet les idées en place et que ça nous a permis mine de rien de dégager pas mal de truc inutiles. Mais pas complètement. Ce livre te dit quoi faire, expose un peu la dimension psycho du truc, mais peut-être pas assez pour moi peut-être. Comme évoqué dans le billet, j’ai dû me faire violence à certains moments, je me suis d’ailleurs payé de sacrés maux de tête tellement ça m’a remué.
Mais comme évoqué, ce livre m’a aidé même si je n’ai pas fait les choses « à la lettre » parce que je pense qu’il est dans ma nature de garder, au cas où ça puisse servir, et ça sert toujours à un moment ou à un autre. Je suis comme ça, et c’est aussi mon choix que de ne pas en changer, même s’il y a eu quelques améliorations !

Emy Jolie

Coucou ! J’étais curieuse de lire ton avis sur ce livre. j’en ai beaucoup entendu parler mais je me demandais vraiment ce que ça valais. Et puis je suis trop bordélique pour ce genre de choses..
Et nos vêtements sont dans un dressing et pas dans des tiroirs donc même le pliage serait foutu avec nous xD
Bisous !

Mémé

Hey ! Arf, on est jamais trop bordélique pour faire quelques efforts ! Disons que la lecture de ce bouquin te permet de te pousser au train. Pour ton dressing, tu peux ajouter des boites / panières ^^.

Bisous bisous

Fleurs de Cotons

Bonsoir Mémé.
Toujours aussi rigolote!!! 😀 J’ai découvert ce bouquin sur ton blog, et je t’avais demandé s’il était remboursé si la méthode échouait? mdrrr Bon cela étant, je l’ai bien acheté, mais pour le moment il est bien rangé dans le fond d’un tiroir, en attendant que j’ai un peu de temps à m’y consacrer!!!! 😉
Ça me parait une super bonne idée l’histoire de ranger à la verticale…..mais je n’ai qu’une pauvre vieille armoire de mon arrière-grand-mère! Comment je fais? Je ne vois qu’une solution: acheter des grandes panières!
Perso, les colliers de nouilles, petits poèmes de la fête des mamans et autres boîtes à bijoux avec les boîtes de camembert recyclées, je ne peux VRAIMENT PAS les bazarder! C’est carrément IMPOSSIBLE! Et j’ai 4 enfants…. ça en fait des souvenirs! 😉
Bon allez, merci pour tes comptes rendus, tes vécus et autres astuces!
Belle soirée.
Gaëlle

Mémé

Coucou Gaëlle ! Oui je confirme, si tu as une armoire, tu peux ajouter de jolis paniers, m’enfin, ceci implique de devoir les sortir pour avoir une visibilité sur ta panoplie pour un peu que tu en ranges ne serait-ce qu’à la hauteur de tes yeux (je sais pas si c’est bien clair mon affaire là lol).
J’ai pas d’enfants, mais j’imagine le supplice que ce serait que de jeter leur cadeaux (sans doute immondes, certes), mais fait de leur petites mains !
A bientôt !!!

Linette

il est compliqué d’être conservateur si l’on ne possède pas une grande maison avec un immense grenier. Avec la vie urbaine et le prix du mètre carré il convient d’être un peu minimaliste ! Je ne me suis pas encombrée au départ par manque de moyen financier également par choix esthétique, j’aime la déco de mon intérieur et le « plus » m’étouffe. Faire le ménage m’ennuie il faut donc trouver un moyen terme, élégant et pratique sans prise de tête. Un peu d’ordre autour de moi m’aide à être sereine donc le moins est le mieux. Je ne suis pas un anachorète sur son piton, j’aime recevoir mes amis dans une maison chaleureuse. Je pratique cette « philosophie » depuis + de 50ans (je suis une mamie). Bon désencombrement -dans la joie! –

Karine

Coucou Mémé,
Etant une bordélique maladive, J’ai attaqué la méthode flylady il y a quelques semaines, en m’inscrivant sur le forum français et perso ça me convient mieux que la méthode Konmarie. Dans les grandes lignes, le départ se fait sur deux mois. le premier mois, tu attaques par 15 minutes de désencombrement par jours. Et à partir du deuxième mois, les routines ménage commencent et chaque jour s’ajoute une nouvelle étape. Après je le fais aussi à ma petite sauce car genre faire une lessive chaque jour (vivant en immeuble j’ai accès a la buanderie 1j/semaine) et qu’en général, j’ ai trois voir grand max 4 lessives sur la semaine, je trouve ça superflue. je pense pas qu’il faille tout prendre au pied de la lettre non plus car c’est « très culture américaine » mais ça me permet d’avoir plus de méthode et une ligne directive et finalemment je passe beaucoup moins de temps à faire mon ménage vu que ma maison est mieux rangée à la base

Mémé

Ralala faut vraiment que je regarde ça de plus prêt ! Merci pour ton retour. As-tu lien vers le forum stp ? Merci ^^

Elise

Je suis en train de tester la méthode et c’est super intéressant de voir comment chacun y réagit. Comme toi je me suis attaquée aux serviettes et linge de maison en premier haha.

Après je suis bien d’accord, il y a des choses sur lesquelles je trouve la méthode KonMari trop radicale. Il y a des objets que, certes je n’utilise pas, mais qui ont une trop grande valeur sentimentale pour que je m’en débarrasse.

Après je le vois plus comme l’électrochoc qui m’a permise de me lancer dans le rangement ^^

Je ne me suis pas encore attaquées au rangement des vêtements à la verticale, mais je trouve que c’est une bonne idée ! En revanche comme j’ai une penderie avec de grandes étagères j’ai vite peur que tout tombe :/

Mémé

Coucou Elise et merci pour ton témoignage !

J’ai encore plus de recul maintenant pour dire que je n’applique finalement pas cette méthode, mise à part pour le rangement à la vertical des fringues, et encore, pas toutes ! Mais comme tu l’as dit, ça m’a aussi permis de me donner un coup de boost pour faire du tri chez moi ! Pour le reste, je suis, et resterai je pense, toujours aussi bordélique ^^.

Lutine

Coucou !
J’ai bien lu ton article. Je pense que jeter c’est le mal sachant qu’on est dans un monde plein de polution et de personne n’ayant rien. Donc il y a beaucoup de choses que je ne jette pas moi non plus, et puis parce que j’ai besoin d’argent aussi je revends des trucs, on est pas cresus…
Donc je ne prends pas tout a la lettre, mais ca fait reflechir et je vois que tu as tout de meme fait du chemin et qu’il y a un avant et un apres… Alors Bravo !
Sinon je prends en photo les trucs que j’ai pas vraiment envie de jeter, ca prends moins de place sur un disque dur 😀

chardin sandra

coucou alors moi je viens de finir le livre je vais peut etre l’adapter mais pareil que pour beaucoup je me vois pas jeter des choses qui fonctionne ou qui peuvent encore servir donc pour moi ca sera soit au vide grenier soit donner 😉 par contre je me pose la question du pliage des vêtements mais dans mon cas il va me falloir acheter des contenant pas tres hauts pour servir de tiroir que je glisserai dans l’armoire car je n’ai pas du tout la place pour mettre des commode partout dans ma chambre 😉
sinon pareil j’adhere pas a il faut trouver une sensation de joie pour garder un objet ou alors je la comprend pas 😉 parce que j’aurai aucune joie en prenant mes caseroles et assiettes dans mes mains mais pourtant j’en ai bien besoin et cette reflexion fonctionne aussi pour une paire de chaussette par exemple .
Conclusion y a des choses a prendre et d’autre a faire a notre manière

Mémé

C’est tout à fait ça ! Il y a des astuces, à prendre, d’autres à laisser, ou à adapter, le tout est de trouver ce qui nous convient le plus 🙂

Lise

Je ne suis pas sûre de ce que tu as écris, ou plutôt ça me parait éloignés de ce que je lis et relis actuelle puisque je suis en plein tri et en pleine lecture.
Alors certes il y a des aspects comme le fait de considérer chaque objet qui peuvent être présentés comme un peu musique, presque comme entrer en communion… L’auteure parle de « dialogue interieur » notamment. Je suis tout à fait d’accord avec le fait que certaines parties sont très éloignées de notre culture occidentale.
Cependant je trouve ta critique un peu lapidaire et pleines de raccourcies ce qui est dommage. Moi même je suis bricoleur et adepte du recyclage et du « on-va-garder-ça,-on-sait-jamais!-ça-pourrait-servir! » et je sais d’avance que je ne vais pas bazarder toute ma papeterie ou ma récup de bricolage parce que cette chère madale a décidé qu’elle le ferait. Par contre, moi qui ai tendance a tout stocker, je revise ma façon d’acheter sous prétexte que le prix est cassée par exemple…
Je trouve que la méthode aide aussi à se déculpabiliser de se séparer d’un cadeau qui ne plaît pas, d’un achat ridicule qu’on regrette etc. Le but n’est pas de se rendre triste en voyant régulièrement traîner pour se rappeler qu’on est sacrément ingrate ou que c’était vraiment un achat compulsif à la con. Le fait de se séparer correctement de l’objet et de savoir piurquoinpermet aussi de ne plus refaire le même achat irréfléchi. Et d’ailleurs elle n’interdit pas de donner, mais elle met en garde qu’il ne faut justement pas se déculpabiliser de virer des choses encore en état en faisant peser ça sur le bazar qui traîner ensuite chez les autres 🙂 mais il y a suffisamment d’associations pour les vêtements, livres, meubles… pour éviter qu’ils pourrissent chez ‘nous et retrouvent une utilité pour quelqu’un

Estelle

Je n’ai pas lu tout l’article, mais du début de ce que j’ai lu, il me semble qu’il y a un détail que tu as loupé, qui fait que tu n’accroche pas à la méthode. Quand elle dit de jeter, elle donne une technique, à savoir: Il faut prendre chaque objet dans ses mains et se poser la question « est-ce que cette chose m’apporte de la joie? » exemple, « est-ce que ce classeur m’apporte de la joie? » « Oui car je pourrais ranger mes recettes cosméto dedans, au lieu de les voir trainer dans mon bureau ». « est-ce que cette poubelle m’apporte de la joie? » « oui car sans elle mes déchets traineraient dans la maison. » « est-ce que ce collier de nouilles que m’a fait mon fils quand il avait 3 ans m’apporte de la joie? » « Oui car c’est le premier cadeau de fête des mères qu’il m’a fait » « est-ce que cette chaussette trouée m’apporte de la joie? » « non car mes doigts de pieds passent dans le trou et c’est désagréable. » etc… Je pense qu’il est vraiment important de vraiment prendre les objets dans ses mains et de se poser la question au fond de soi, pour chaque objet, chaque paire de chaussette, chaque lire chaque machin, c’est ça qui décide de jeter ou non. Il faut vraiment se mettre en lien avec ses émotions, et non avec sa raison pour que ça marche, c’est se reconnecter à soi, à son corps et à ses besoins, et non à son cerveau ou à des injonctions extérieures. Par contre, moi j’ai effectivement trié ce qui était utilisable et ce qui ne l’était plus, et j’ai donné à Emmaus ce qui était encore bon. Le reste j’ai bazardé. Voilà, j’espère que mon commentaire aura peut-être un peu éclairé ton chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *