Réduire les déchets organiques de la cuisine

reduire les dechets organiques de la cuisine

Réduire les déchets organiques de la cuisine ne s’avère pas si compliqué que ça pour un peu qu’on s’en donne la peine ! Quand tu sais qu’ils représentent 32% du contenu de nos poubelles pour se voir finir la plupart du temps dans les incinérateurs, alors qu’il s’agit pour beaucoup, de denrées comestibles et compostables... Ca donne à réfléchir ! Nan ?

Avant de commencer, sache que ce billet fait partie du Carnaval d'articles organisé par Bouchées Doubles, et dont le thème ce mois-ci est "MANGER UTILE, qu'est-ce que c'est ?". Nous serons 5 blogueurs et blogueuses de différents horizons à tenter d'y répondre dans les prochains jours. Je t'invite donc à te trimballer par ici pour accéder aux différents sujets 🙂

Pour en revenir à nos moutons donc, et après mon billet “Faire ses courses en mode zéro déchet” qui aura eu le mérite de te donner quelques astuces pour éviter de faire le plein d’emballages, je reviens en force pour te proposer quelques tuyaux qui je l’espère, t’aideront à

Réduire les déchets organiques de la cuisine

Petite précision avant de commencer pour de bon, si tu te trimballes sur Wikipédia, on te dira que "La matière organique  est la matière fabriquée par les êtres vivants (végétaux, animaux, champignons et autres décomposeurs dont micro-organismes).Elle compose leurs organes (tige, coquille, muscles, etc).". 

Ayant une alimentation végétarienne (quasi végétalienne pour dire la vérité), je ne te parlerai pas des déchets liés aux restes de chair animal type couenne, peau de poulet ou que sais-je, ni aux os et tout ce qui en découle... Parce que je ne me suis jamais penchée sur la question, j'y connais trop rien à vrai dire. Mais si toi en revanche, tu as des choses à dire et des astuces sur la réduction de ce type de déchets, n'hésite pas à agrémenter ce billet via les commentaires. 

Sur ce, j'en viens enfin à la question qui nous intéresse : Comment réduire les déchets organiques de la cuisine. 

Les recettes anti-gaspi

Dans un monde parfait, on achète, on cuisine, on consomme… Dans le mien, il m’arrive encore de laisser pourrir quelques fruits et légumes oubliés au fond du frigo pour cause de non vigilance, elle même motivée par ma flemmingite aiguë qui me pousse à ne pas cuisiner certains soirs de la semaine. Notons tout de même que je me suis pas mal améliorée ces derniers temps #meufquiassumequamoitie

Plutôt que de jeter les fruits et les légumes qui commencent à tirer la trogne, n’hésite pas à en faire des jus, des soupes, des smoothies, des purées, des ratatouilles voire des sauces, selon ce que tu as sous le coude. Et rien ne t’empêche de congeler pour un peu que tu en aies une quantité astronomique. Qu’on s’entende bien. Tout ça dépend du niveau de décomposition de la chose. N’hésite pas à couper les parties endommagés, et si vraiment c’est critique, ben laisse tomber et composte si tu peux !

Pour le reste, je suis persuadée qu'en réfléchissant un peu, chaque denrée a son alternative, comme le quignon de pain dur qui pourra faire office de chapelure une fois passé au mixeur par exemple. Si tu as des astuces du type, n'hésite pas à les balancer dans les commentaires 🙂

La gestion des épluchures de fruits et légumes

Mangez-moi, Mangez-moi

Si tu achètes des fruits et légumes bio, inutile de dégainer ton économe à tout bout de champs. La peau se mange dans beaucoup de cas et contient tout un tas de vitamines et minéraux, alors pourquoi s’en priverait-on ? Bien entendu, avant on lave, on gratte, histoire d’éviter de mordre la poussière !

Pour réduire les déchets organiques dans la cuisine et aussi, avouons-le, par fainéantise, je n’épluche mes fruits et légumes que si et seulement si, la peau ne se prête pas à la recette que je souhaite faire (type purée, gnocchis etc).

reduire les dechets organiques de la cuisine

Recycler les épluchures

Quand je n’ai pas d’autres choix que de me retrouver avec quelques pelures, il m’arrive de les “recycler” voire les “cuisiner”, en piochant des idées dans le livre “les épluchures tout ce que vous pouvez en faire” de Marie Cochard. Ce livre est une pépite, il regorge d'astuces, je te le conseille. Ainsi mes épluchures de patates deviennent des chips pour l’apéro, la peau du concombre, un masque hydratant,  les fanes des carottes se retrouvent dans une quiche, bref, j'en passe et des moins bonnes.

je commande

Composter les épluchures

Autre alternative pour réduire les déchets organiques de la cuisine, le compost bien évidemment ! Si tu as un jardin, tu as de la chance, et si tu es en appartement, t’as plus d’excuses !

  • le compost collectif. Certaines communes en mettent à disposition. Renseigne-toi auprès de ta mairie, il se pourrait bien qu’on t’annonce une bonne nouvelle !
  • le compost de cuisine ou de balcon. Si tu veux la jouer perso, tu peux très bien t’équiper toute seule comme une grande. Plusieurs modèles sont sur le marché, tu as l’embarras du choix. Ca fonctionne avec un activateur de compost me semble-t-il. Si tu en utilises, n’hésite pas à nous faire un retour sur le sujet dans les commentaires car je ne saurais m’avancer sur l’efficacité du truc.
  • le lombricompost. Ici, ce sont les vers qui mangent tes déchets !  Attention,  il ne faut pas faire n’importe quoi et tout n’est pas compostable ! Je reviendrai probablement t’en reparler d’ici quelques temps étant donné que je me suis enfin décidé à me lancer dans l’aventure !

Avant de composter tes épluchures, n'oublie pas l'étape intermédiaire qui consiste à les faire mijoter avec un peu d'assaisonnement histoire d'obtenir un petit bouillon de légumes fait maison 😉 

Bref, tu l’as compris, pour réduire les déchets organiques de la cuisine, le must est d’être bien organisé pour palier au gaspillage alimentaire, de cuisiner ses fruits et légumes avec les pelures autant que faire se peut, si cela n’est pas possible, les recycler, et enfin, trouver de quoi pouvoir composter depuis chez toi ou pas loin !

J’espère avoir pu éclairer ta lanterne, si toi aussi tu as des astuces, n’hésite pas à nous les partager dans les commentaires !

Bisous bisous

Commentaires

Isabelle

Un très bel article en phase avec notre planète que l’on doit, tout à chacun avec nos petits gestes, garder en bonne santé. Nos déchets sont un des grains de sable qui dérègle la mécanique.
Loin d’avoir un comportement exemplaire (mais je me soigne ) j’apporte juste au passage une petite idée de « recyclage » du pain plus frais du tout pour compléter ta très bonne proposition de chapelure. Donc nous y voilà: couper des tranches, les frotter d’ail et les arroser légèrement d’huile d’olive. Passer au four doux pour rassir le tout. Et ça fait des croutons à l’ail pour une salade ou même un apéro … hum… un régal!

Mémé

Coucou Isabelle,

Avoir un « comportement exemplaire » est un idéal certes, mais partons déjà du principe que chaque petits gestes comptent, et ça serait déjà pas mal effectivement 🙂
Merci pour l’astuce des croutons de pain, pas mal pas mal !!!

valerie 123degustez

Bonjour, merci pour ces idées et ces recettes anti-gaspi. Je découvre aussi avec plaisir l’existence de ce livre « les épluchures » qui m’a l’air top. A bientôt. valérie

nathpeb

Bonjour, merci pour cet article très intéressant. Pour le pain rassis, n’oublions pas le pain perdu 😉 et pour les carnivores comme moi, la carcasse de poulet pour faire un bouillon (on récupère encore de la viande en la faisant bouillir et ça fait un bon bouillon de volaille), ou dans une soupe de légumes ça fait un petit truc en plus. L’ail, l’oignon et les pommes de terre qui commencent à germer et bien je les plantes, voilà mes petits trucs en plus.

Mam Ounette

Coucou Mémé !
Pour ce qui est des restes carnés, les poules mangent tout!! Pas le poulet hein, question d’éthique !!!
Bon week-end !!!

Mémé

Merci pour ton passage Sophie, je vais de ce pas me trimballer chez toi tiens.
Bon week-end !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *