Tu galères avec le zéro déchet ? Moi aussi !

galeres avec le zero dechet

L'heure est aux confessions l’amie. Aujourd’hui je te partage mes galères avec le zéro déchet parce que j’ai désormais le recul nécessaire pour te dire là où les difficultés persistent, et parce que c’est ça aussi la réalité #lavienestpasungag.

Ca fait quelques mois que je te sers des billets sur le mode de vie zéro déchet, te bassinant d’astuces en tout genre et d’arguments à l’appui, pour autant, ne va pas croire que chez moi la poubelle s’est faite la malle. Elle est encore là, et bien là.

Quand j’ai décidé de mettre mes poubelles au régime il y a quelques mois, j’avais bien conscience que j’allais devoir changer beaucoup beaucoup beaucoup de mes habitudes, mais je ne pensais pas que le processus serait si long et que j’allais faire face à autant de galères avec le zéro déchet !

“Une chose après l’autre”, “chaque petit geste compte”, “la patience est la clé de la réussite” (c’est de qui déjà ?), ça, c’est la théorie, pour éviter l’overdose et l’envie de tout envoyer valser #faiscequejedispascequejefais.  Dans la pratique ? Il m’est arrivée d’être sur plusieurs fronts à la fois, donc de cumuler les échecs, donc de me décourager quitte à vouloir me jeter par la fenêtre en désespoir de cause.

Comme évoqué, le plus gros du boulot pour moi se passe dans la cuisine, là où la poubelle se remplit à vue d’œil. Et je te dis pas le chantier… J’ai toujours été une piètre cuisinière. En voulant réduire la teneur de mes poubelles, j’avais bien conscience qu’il allait être préférable que je me sorte les doigts une bonne fois pour toutes. Fini les pizzas et autres croquettes de fromages surgelés, les galettes de légumes et gnocchis tout prêts, les pains burgers Jacquet, les pâtes feuilletées Herta, j’allais devoir tout me taper moi-même !

Mes galères avec le zéro déchet

Apprendre à cuisiner

Mes galères avec le zéro déchet ont commencé avec le fait de devoir apprendre à cuisiner tout simplement. Une chose anodine pour certains, un vrai challenge pour moi et la BASE quand tu veux à tout prix réduire la teneur de tes poubelles ! Puis je vais te dire un truc, la cuisine ne m’a jamais passionnée outre mesure… C’est dire si je pars de loin.

A côté de ça, j’avais besoin de rééquilibrer mon alimentation qui pour rappel, s’avère végétarienne, et comme si ça ne suffisait pas s’est vue devenir à tendance végétalienne ces derniers mois…

Les livres de Marie Laforêt sous le coude H24, j’ai été prise par une frénésie de tests culinaires en tout genre et je crois que je me suis un peu perdue, voulant incorporer bien trop d’aliments inconnus au bataillon en même temps, sans apprendre à les apprivoiser en amont. Parallèlement à ça, il va s’en dire que je n’ai peut-être pas misé sur les recettes les plus simples dès le départ…

Ajoute à ça, qu’il m'arrivait de croiser des ingrédients indisponibles en vrac (poudre de gluten, farine de pois-chiches, tofu soyeux, entre autres). J'oscillais donc entre améliorer mes recettes et découvrir des nouvelles saveurs tout en causant des déchets ou éviter les déchets tout en consommant des basiques insipides et pas franchement tordants. #dilemme.

galeres avec le zero dechet

Qu’on se le dise, je ne suis pas entrain de te dire que si tu es végétalienne, tu feras forcément face à des galères avec le zéro déchet hein. Mais disons que lorsque tu pars de zéro côté cuisine, que tu tentes de jouer sur plusieurs tableaux, ça te monte rapidement au ciboulot parce que t’as moult à apprendre en même temps, tu fais pas forcément le tri, et qu’il peut arriver un moment où tu te sais même plus comment tu t’appelles !

Autre critère dont il fallait que je tienne compte : Le Pépé. A satisfaire gustativement et pour qui la simple vision de légumes verts dans son assiette lui donne des envies d’aller voir ailleurs si j’y suis.

Mes galères en matière de zéro déchet se sont donc illustrées par tous ces plats que j’ai pu rater, les week-end entiers passés en cuisine à essayer de faire quelque chose d’à peu près potable, les prises de chou, les dépenses d'énergies inutiles, sans oublier le gaspillage alimentaire et la culpabilité qui l’accompagnait. J’ai beau suivre une recette à la lettre, ça finit toujours par foirer à un moment ou à un autre #jesuismaudite.

Mon découragement motivé par la peur d’un nouvel échec m’a littéralement bloquée, me poussant à ne plus vouloir ne serait-ce que mettre un orteil en cuisine. C’en est suivi une période où les soirées et week-ends étaient à base de “on mange quoi ce soir ?” “pffff je sais pas”,  pour se solder par “on commande une pizza?” “Ouaip vas-y”. Foutu pour foutu après tout...

On a toujours eu l’habitude de se faire livrer des bonnes petites choses avec Pépé. Aaah les burgers du vendredi soir devant Koh Lanta ! Un petit rituel qui sonne le début du week-end et dont nous aurions bien du mal à nous défaire. Il y a aussi le tunisien du mercredi (faut bien fêter le milieu de la semaine nan ?), mais n’est-ce pas me tirer une balle dans le pied que de t’avouer que nous optons pour la bouffe en livraison/ à emporter deux fois par semaine ? Je tente. Je rajouterai même qu’on ne cherche même pas à s’en défaire en réalité. La question ne s’est même pas posée. C’est  l’entorse.

Sauf que. Durant ma période : je-tente-de-tout-faire-moi-même, je-foire-je-ne-me-régale-pas-ma-vie-est-tragique, j’avoue que nous avons un peu abusé des livraisons et autres commandes à emporter qui se sont avérées quasi-quotidiennes. Et là, je te raconte pas la tronche des poubelles… Alors oui, beaucoup de ces déchets étaient à base de cartons, de sachets papiers, et de canettes, mais je considère que le recyclage ne doit pas se soustraire au zéro déchet. Sans oublier les petites capsules de sauces individuelles, les serviettes en papier, les emballages en polystyrènes dans certains cas… Madre quelle honte ! T’es encore là ?

galeres avec le zero dechet

Aujourd'hui, je commence tout doucement à maîtriser quelques recettes standards que je ressors toutes les semaines et tant pis si je dois acheter un paquet de poudre de gluten pour faire du seitan ou une barquette de tofu soyeux pour réaliser des sauces. Je me mets moins de pression, je fais au mieux pour être plus indulgente avec moi-même.

Malheureusement, il suffit encore que je sois crevée, ou que j'aie passée une sale journée pour que ma flemminginte reprenne le dessus et nous poussent encore à commander à emporter certains soirs… N’oublions pas que pour moi la cuisine reste une semi-corvée, alors, il ne suffit pas de grand chose... Est-ce que je te déçois ?

Ne pas avoir de solution pour les matières organiques

Mes galères avec le zéro déchet ont continué avec le fait que je n’ai toujours pas trouvé de solution pour éviter que les matières organiques ne se retrouvent à la poubelle, et ce, malgré mon article sur le sujet et tout l'enthousiasme que j'y avais mis. Il commençait comment déjà ce billet ? "Réduire les déchets organiques de la cuisine ne s’avère pas si compliqué que ça pour un peu qu’on s’en donne la peine !" Ai-je besoin de préciser que je me sens bien péteuse à l'heure qu'il est ?

Bien que je cuisine les peaux de légumes le plus possible, il reste malgré tout des reliquats. Je vis en appart, et les composts partagés sur Strasbourg sont soit trop loin de mon quartier, soit très prisés et refusent les nouveaux adhérents.

Le compost de cuisine quant à lui ne m’attire pas franchement. Parce que 1)  je n’ai trouvé que des modèles en plastique, 2) j’ai peur que mes épluchures stagnent et n’aient pas le temps de se composter vu la petitesse de la chose, et 3) je ne vois pas l'intérêt s’il faut encore acheter un activateur de compost pour que ça fonctionne. Si tu en utilises, dis-nous ce que ça donne dans les commentaires stp et je pourrais sans doute revoir mes préjugés.

Finalement, je me suis orientée vers le lombricompostage qui s’est avéré être un vrai fiasco ! Un an à tergiverser avant d’en commander un. Réduire mes déchets organiques oui, mais de là à faire entrer des vers chez moi et cohabiter avec… Je peux te dire que la décision n’a pas été simple.

Une fois qu’ils étaient là, j’ai pris le soin de laisser Pépé les installer. Et c’est à ce moment là que je me suis rendue compte que ça allait être coton de m’en occuper, parce que j’avais vraiment du mal à passer outre le dégoût.

Le lendemain de leur installation, quelle n’a pas été ma surprise en découvrant de multiples évasions dans la carrée… Nous étions samedi, il était 6h du mat’,  et bien que mon chat faisait son possible pour assurer la circulation, je n’ai pas eu d’autres choix que de réveiller Pépé pour qu’il fasse le nécessaire tellement j’étais en panique ! Tu penses bien que je lui ai laissé le droit de me haïr pendant quelques jours...

Une fois qu’ils étaient bien chez eux, j’arrivais quand même à les nourrir (toujours assisté du chat, c'était notre rituel) tous les deux jours comme il est de bon ton de faire au début. Je consignais tout dans mon bullet journal, je relevais le PH de la chose pour vérifier l’acidité, bref, c’était du sérieux ! L’une de mes galères avec le zéro déchet était enfin solutionnée.

Il s’est passé 2 semaines, avant que je ne les suicide complètement par négligence, les laissant dans une pièce où le soleil donnait l’après-midi. Le temps que je m’en rende compte, c’était trop tard. Je te passe l’épisode des “je suis nulle”, “j’ai tué des êtres vivants”, “je culpabilise”...

J’ai fini par racheter 500 gr de vers quelques semaines plus tard, j’ai changé le lombri d’emplacement, pour faire face à un nouvel échec restant encore à ce jour, sans explication aucune.

Autant te dire que j’ai préféré arrêter les frais que d’envoyer des innocents au casse-pipe. Je te passe évidemment les détails quant à la somme dépensée pour le lombricomposteur (que je n’arrive pas à revendre) et les vers… Ca me fait encore mal aux fesses tiens.

galeres avec le zero dechet

Malgré mes galères avec le zéro déchet, je n’ai pas l’impression d’avoir atteint mes limites. Je continue de me faire la main en cuisine même s’il y a encore des loupés, et je me dis qu’un jour, j’aurais probablement une solution pour mes déchets verts. En ce qui concerne la bouffe en livraison à raison de deux fois par semaine en revanche, je donne mon véto...

Si toi aussi tu galères avec le zéro déchet, j’espère ne pas t’avoir découragé pour de bon car là n’était pas le but. N’hésite pas à nous partager tes difficultés histoire que je me sente moins seule et qu'on rigole un peu, peut-être pourrions-nous avancer ensemble !?

Et si toutefois, tu as une solution à mes “problèmes”, bien évidemment, balance, je prends !

Bisous bisous

Mes compagnons de route :

Commentaires

COME

Ma fille m’a prêté le livre de Béa Johnson, un livre bien épais pour du zéro déchet!!!.
Beaucoup de bla-bla, avec des propositions parfois un peu loufoques.
Tout ça, on peut le trouver facilement sur internet.

Mémé

Disons que Béa Johnson a initié le mouvement, enfin, je pense, en France du moins. Après je suis d’accord, beaucoup d’astuces se retrouvent sur internet aujourd’hui. Je trouve l’ouvrage de la Famille ZD beaucoup plus digeste, ludique, et rigolo !

Gwen

Hello! je viens de découvrir ton blog par ce post et quel soulagement… quel bonheur pour ma culpabilité enfouie!
J’ai commencé dans mon appart’ lyonnais il y a quelques mois un grand tri dans notre vie, en commençant aussi par le livre de B.Jonhson! Et j’ai tiré pas mal de choses de ce livre, avec en parallèle un livre sur la vie minimaliste + la méthode de tri Marie Kondo. Clairement j’avais besoin de me lancer à corps perdu dans cet ensemble de nouvel horizon.

Aujourd’hui, ma sdb est complètement « safe »! Produits pour la douche ok, poubelle vide (hormis emballage médicament chéri et rouleau papier toilette). Encore quelques médicaments malheureusement, mais on c’est astreint à notre minimum indispensable. Ah, et je tangue encore entre deux démaquillant (un Clinique et l’huile de coco qui malheureusement me brûle les yeux).
Je suis passée aussi à un énorme tri depuis 10 mois dans l’armoire commune, finalisé il y a 2 mois et quel soulagement. J’ai fais un rangement par catégories « chemises/vestes/pantalons/robes… » et dans une malle tous nos manteaux afin d’avoir d’un coup d’oeil nos vêtements. J’ai aussi listé ce qu’il me manquait en basiques vestimentaires!
Ensuite, gros tri dans nos livres: les on adore/on apprécie et utiles; et les j’ai aimé mais je n’y touche plus. Cette dernière catégorie est partie dans les différentes bibliothèques partagées de Lyon afin de trouver de nouveaux lecteurs.
Pour les transports: vélo, transports en communs, et pour les longues distances covoiturage.
Côté produits ménagers, lessive, vaisselle, tout est enfin ok! Je fais tout moi même (grosse galère pour la vaisselle et la lessive – qui doit être sans odeur forte pour chéri-) avec 4 produits seulement !

Malheureusement, notre gros problème reste encore les courses. Pas de marchés à proximités, magasins bio avec un choix très réduits de légumes et fruits de saisons… et 5e étages à monter sans ascenseurs :(! Du coup pour le moment on continue de se faire livrer nos courses « non périssables » pour un mois, et on va faire des courses quand on peut de frais (généralement en sortant du boulot) au bio avec évidemment sachets tissus! De plus, je suis à la recherche d’une bonne alternative aux éponges (je ne sais que trop penser des tawashis)..

Bref, encore pas mal de choses mais je sais que d’ici un an on aura notre propre jardin donc ça sera un grand pas!
Merci pour cet article!

Mémé

Salut Gwen !

Quel chantier ! C’est clair que faire un bon tri permet de se rallier à l’essentiel, de moins posséder, donc, de retrouver les choses plus rapidement, ce qui libère l’esprit. Je comprends 100% tes « quel soulagement! ». J’ai eu aussi de grosses période « ménage par le vide », et je me souviens, hormis le fait d’y voir plus clair chez moi, que mon moral allait beaucoup mieux aussi.
J’ai essayé la méthode Konmari (j’ai d’ailleurs fait deux billets sur le sujet), mais je crois qu’avec le recul, ça ne me convient pas franchement. En tout cas, c’est toujours autant le désordre chez moi. Faut dire que je suis très conservatrice, et je garde « au cas où », « ça peut servir ». Au début, j’ai vraiment essayé de me détacher de ça et de jeter / donner des choses coûte que coûte. Résultat ? J’en aurai bien eu besoin quelques mois après…
Entre temps, je me suis de plus en plus penchée sur le recyclage, la réutilisation, le zéro déchet, donc autant te dire que Marie KONDO et ses idées sont vite allées se rhabiller ! De tout le bouquin, j’ai dû garder le technique du pliage des t-shirts c’est dire… Je conserve les objets que j’ai en double au cas où l’un se casse, je garde certaines boites en carton des fois que je voudrais y ranger des choses, bref, tout ça pour dire que oui, j’accumule. Et en ce qui concerne les objets à valeure sentimentale, c’est peine perdu… JE GARDE !

Pour ton « problème » de courses, n’y-t-il pas des producteurs locaux vers chez toi qui proposent des paniers de fruits et légumes à la semaine (AMAP)? Parfois ils livrent également.
N’hésite pas à jeter un oeil, ça peut être une piste : https://www.mon-panier-bio.com

En ce qui concerne la vaisselle en revanche, je n’ai pas encore tenté le tawashi, il faudrait déjà que je trouve une bonne âme qui pourrait me prêter de quoi faire un métier à tisser. Nous utilisons depuis peu des morceaux de luffa (c’est une plante). C’est pas trop mal pour faire la vaisselle, mais c’est clair que c’est peine perdu pour éponger ou passer un petit coup sur un plan de travail par exemple.

En tout cas merci pour ton message, et de nous avoir partagé ton expérience et parcours, tout ce que tu fais est déjà beaucoup !

Belle soirée !

David

Bonjour,
l’avantage d’être en campagne est que le compost ne fait pas poser de question.
Par contre, le seau en plastique avec couvercle est incontournable pour stocker les épluchures avant direction du compost.
Car dedans, c’est assez agressif ce qu’on y met (les oranges moisis, c’est plutôt acide comme contact par exemple)

Sinon, en plus des déchêts de cuisine, on utilise les toilettes sèches, donc en détourne d’autres déchêts du réseau.
Par contre à ce niveau là, le volume est impressionnant : environ 50 litre par mois et par personne!
Je compte en litre car le composteur est en litre, mais la sciure prend beaucoup moins de volume que l’eau! (entre 6 et 12 litre par chasse, ça va encore plus vite)

Sinon pas moyen de congeler les épluchures et de les amener a de la famille, connaissance qui ont un composteur ?

Pour les recettes, effectivement, il vaut mieux commencer par faire simple!
Par exemple un gratin pdt/courgette est rapide à faire, calle bien et satisfait tout le monde!
La pizza en congelant la pate d’avance, et en agrémentant de produit du moment.
Là, c’est bientôt l’été, barbecue (ou four en appartement), avec légume grillés (maïs, courgette, tomate, aubergine, …) fait un repas sympa et conviviale.
En fait, je reproche à quasiment tout les livres de cuisines de faire compliqué!
A tel point que j’en ouvre plus, car ça me semble toujours infaisable !

Mémé

Salut David !

On a déjà évoqué l’idée de mettre nos déchets dans les composts de nos proches, mais on a été freiné par l’idée de les laisser pourrir en attendant, alors ton idée de les congeler n’est vraiment pas bête du tout ! A méditer. Après, je n’ai pas non plus envie que les autres se retrouvent avec un surplus de déchets et un compost ingérable.

Pour ce qui est de la pâte à pain, à quelle étape peut-on la congeler ? Je m’explique. Quand j’en fait, je la laisse reposer d’abord une heure le temps qu’elle lève, je dégaze, et je laisse à nouveau reposer une heure afin qu’elle lève à nouveau… Est-ce que congeler ne va pas casser le processus ? Je suis toute ouïe car si je pouvais en faire la masse d’avance, ça m’arrangerait fortement !

Certains livres de cuisine sont effectivement trop compliqués, mais je t’assure que ceux de Marie LAFORET sont assez bien foutus. Les recettes tiennent en de petits paragraphes. C’est moi qui ne suis pas douée, je vois que ça lol. Il y a la question du temps aussi. Disons que quand tu te lances à rouler des neems toi-même, ou faire des gnocchis, un par un, ça prend du temps… C’est clair…

Merci pour ton message et bons tuyaux en tout cas !

david

Pour le pain, on le congèle cuit, donc aucun idée pour la pate.
Par contre, la pizza, on fait des boule correspondant à une pizza, et on les congèle.
Une fois décongelé, reste juste à étaler garnir et mettre au four.

Pour le compost, je vous garanti que les déchets de cuisine sont négligeable!
Là je suis en partie freegan, alors les déchets d’épluchure, c’est rapidement volumineux.
Et ces déchets me permettent d’équilibre le ratio azote/carbone des composts (je les utilise dans les compost de TLB,donc compost long).
Donc sont totalement transparent pour moi! 😉

Mémé

Bonjour David,

Merci pour ces précisions ! Je tenterais la congélation de la pâte à pain la prochaine fois 🙂
En revanche, qu’est-ce qu’être « freegan » ? C’est la première fois que j’en entends parler.
Et compost de TLB ?
Navrée mais je suis complètement paumée sur ce coup là ^^.

David

Salut,
freegan, c’est ceux qui font les poubelles pour récupérer les invendus.
Je fais des poubelles de magasin bio et récupère beaucoup de légumes, par contre, y a forcément de la perte. Genre les feuilles extérieur de la salade qui sont défraîchi, des fruits un peu abîmés, …

Sinon TLB, c’est Toilette à Litières Biomaitrisé, c’est le nom des toilettes sèches non séparé.
Donc pas mal de volume (environ 1 m3 pour 2 par ans), et compostage long, 2 ans par sécurité.

Donc un seau de légume, c’est pas grand chose!

Camille

David, un plat en céramique et un couverce suffisent à remplacer le bac plastique du compost.
Pour le compost, passer par une petite culture sur le balcon en permaculture et on supprime le compost en épandant les épluchures au pied des semis. Bonne journée !!

jolichahut

Oh que c’est chouette d’entendre un peu de confidence sur la galère et les loupés ! Merci Merci de me faire me sentir moins seule devant les imperfections de mon nouveau mode de vie ! Si jamais tu as la possibilité, le compost de quartier couplé à la congélation des matières organiques, c’est juste le bonheur du compost ! Je ne culpabilise plus d’oublier, j’y vais quand le tiroir est plein ;… ^^ Pour la cuisine, devant le défi quotidien, je me contente de plat végétarien et de conserver les oeufs et le fromage. Marmiton reste donc mon meilleur ami, ça me paraît encore le plus simple ! A très vite

Mémé

Et bim, tu es la deuxième personne qui me cause de congeler les déchets, pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?
Allez, viens galérer avec moi, je t’invite volontiers ! Sur quoi tu pêches toi ?

Emmanuelle

Je me suis mise au zéro déchet, enfin j’essaie au maximum, mais quand je vois la taille de mes poubelles, parfois, j’ai l’impression (enfin ce n’est sûrement pas qu’une impression…) de mal me débrouiller !
Pour ce qui est des plats à emporter/se faire livrer, j’ai du mal à m’en passer, surtout mon japonais du weekend 😉 mais je m’arrange pour préciser lors de la commande que je veux ni serviettes, ni couverts, ni baguettes (j’utilise celles qu’une amie m’a offertes). Ca réduit déjà le nombre de déchets.
Pas encore sauté le pas du compost. J’attends patiemment que la mairie de Paris rajoute un bac pour les déchets organiques. Ils l’ont déjà mis en place dans le 12e arrondissement je crois, j’espère que ça va rapidement se généraliser.
Ah oui, et j’ai aussi commencé à acheter en vrac avec mes petits sacs en toile, c’est un pas de plus vers le zéro déchet !

Mémé

Coucou Emmanuelle,

On tente aussi lors des livraisons de demander, sans ceci, sans cela, mais quand arrive la commande… Ben on s’aperçoit qu’ils nous ont quand même collé la panoplie 🙁

Allez courage !

la Fourmi Elé

JE suis loin d’être une béa johnshon mais elle m’a beaucoup inspiré et a sans doute permis de réfléchir à la question et changer certaines habitudes. Cela fait du bien même si j’ai toujours des déchets. J’en ai moins, moins de plastiques, moins d’emballage, moins de produits de beauté et d’entretien ! si tout le monde amène sa petite pierre ça sera déjà beaucoup !

Mémé

100% ok avec toi ! Le zéro déchet est forcément lié au minimalisme, enfin, à mon sens ! Cela nous pousse à privilégier la qualité à la quantité et revoir complètement notre mode de consommation. Ce billet faisait référence uniquement à la cuisine, car c’est là où j’ai le plus de difficultés, mais c’est vrai que côté salle de bain, les choses se sont faites toutes seules, et ce, naturellement. Pour ce qui est des produits d’entretiens, je suis encore en transition, vu qu’il me reste encore des stocks de « ma vie d’avant » que je compte bien utiliser. Mais petit à petit, je remplace, jusqu’à désemplir ce fichu placard qui a tendance à déborder !

Anne FERDANT

Bonsoir Mémé, eh bien moi j’ai la chance de vivre en très rase campagne, je suis végétarlienne, je composte tout ce qui est compostable, j’incinère tout ce qui est incinérable sans cracra (pas de plastique évidemment), les escargots sont mes meilleurs amis au jardin (oui, je dois être une rareté mais je les nourris sur un tas exprès pour eux donc ils dédaignent mon potager paillé)… et je m’arrache les cheveux car je croule sous les déchets plastiques. C’est simple: comme je ne fais pas les courses tous les jours, et même si je cuisine beaucoup (je n’ai pas dit que c’était compliqué comme plats, n’est-ce pas), j’ai besoin de stocker. donc: ma fille, qui est petite encore, boit encore du lait, mes chats aussi. Nous n’avons pas le temps le matin de presser des fruits: donc les bouteilles, donc les briques, même si j’en recycle comme moules à savon ou comme pots de fortune pour la germination. Les emballages autour des produits, même bio; je choisis de préférence les barquettes en carton quand il n’y a pas de vrac, mais elles sont entourées de plastique… Je n’en peux plus, du plastique. Il y en a partout, même chez l’adorable dame qui me vend les steacks bio de ma fille au marché local… Au secours! Le moindre petit produit est entouré de trois tonnes de cette matière affreuse… J’ai le vertige quand je pense que ce n’est, en plus, pas issu du recyclage: quel bel argument de vente, sinon…

Célia

Bonjour Anne,
Petite piste de réflexion au passage : avez-vous envisagé de ne plus utiliser de jus de fruits au petit déjeuner, et de le remplacer par un fruit frais entier ? Niveau déchets et qualité nutritionnelle c’est un gain complet 🙂
Pour réduire la quantité de lait et les déchets allant avec, peut-être limiter son usage à ta puce ? Mes chats sevrés n’en ont jamais bu et sans soucis 🙂

Maryline

Nous avons 3 sacs de tri dans notre commune dont un pour les dechets organiques. Perso je ne pourrai jamais avoir de vers chez moi. Ma fille et moi en avont la phobie. Mais je fais d autres choses pour reduire mes dechets.

Mémé

Quelle chance d’avoir ce genre de bac à disposition ! Espérons que ça se développe de plus en plus…

Marine

Wow tu t’es vraiment pris la tête avec les calculs de PH etc pour ton compost… Je pense que tu les as trop nourris au départ en fait.
J’ai commencé il y a 3 semaines en leur donnant  » à manger » une fois par semaine l’équivalent de leur poids. Tout à l’air de bien aller même s’ils ont pris un petit coup de chaud pendant la canicule ^^’ Je pensais les avoir décimé en laissant trop sécher le compost mais après humidification ils ont réapparus, je pense qu’ils s’étaient enfouis au max pour fuir la chaleur.
Pour la suite je suis sensée les nourrir 2 fois/sem les 3 prochaines semaines.
Puis 3fois/sem en augmentant la quantité pendant encore 3 semaines.
Ce n’est qu’à partir de 3 mois que tu peux donner quotidiennement 50% du poids de tes vers, soit 250g:j pour toi si j’ai bien suivi ^^
Et perso je suis pas sur que le composteur en bois soit très judicieux à l’intérieur, le bois va absorber l’humidité et peut potentiellement provoquer des fuites ou finir par tomber en morceau (expérience vécue par la personne qui m’a donné des vers pour commencer).
J’étais moi aussi réticente au plastique mais j »ai finallement opté pour la version City Worms en plastique recyclé tout ça tout ça. (surtout parce que ma ville propose des formations compost où l’on peut acheter le tout pour 35€ !)
Voilà voilà si jamais tu veux tenter ta chance un 3ème fois 😉
Courage et persévère, t’inquiètes moi aussi je galère bien pour réduire tous mes déchets, je passe mon temps à faire un pas en avant et deux en arrière ahah

annie

Salut ! Merci pour ce petit post rafraîchissant ! moi aussi cela fait quelques années que je me suis mise au minimalisme, puis au zéro déchet. Il y a pleins de bénéfices ! mais comme toi, je t’avoue, des fois que je « pète mon câble ». Genre je me fais livrer des plats deliveroo, mon compost, je l’ai fait un été et je l’ai lâché en hiver, et désormais, j’ai peur d’aller le voir (lol).
Pareil pour les courses, j’ai réussi à éliminer à 80% les déchets pour les fruits / légumes / vrac, mais il y a encore pleins de choses que j’ai abandonné. Par exemple, le fromage, j’allais chez mon fromager et j’avais de fromage. Mais c’est plus pratique de prendre du fromage tout emballé au monoprix…. et je culpabilise….

Bref, merci pour ton article qui m’a bien fait rire, car je m’y suis retrouvée pas mal de fois ! on avance beaucoup, et parfois, on recule (je n’ai pas pu résister à ce savon en pain…emballé dans du plastique lol).

En tout cas, je me dit qu’on doit être fières du chemin parcouru et arrêter de se flageller. J’arrête aussi de donner des leçons, car je sais que c’est extrêmement difficile de consommer zéro déchet dans notre société !

bises et à bientôt sur ton blog 🙂

Mémé

Coucou Annie !

Allez, on prend son courage à deux mains et on va voir ce qu’il se passe dans ce fichu compost ! Pourquoi as-tu lâché dis-moi ? Et le fromage ? Par confort ? Flemme ?
Après c’est clair qu’il faut relativiser, se faire violence et changer ses habitudes oui, mais si ça devient trop contraignant au quotidien, on aura rien gagné non plus… Eliminer 80% des déchets c’est déjà énorme, tu t’en rends compte j’espère !?

Yaju

Perso, je prépare ma pâte à pizza en 10min chrono, je prélève une petite boule de pâte que je mets dans un peu d’eau, elle tombe au fond et j’attends que la petite boule remonte ce qui indique que la levure a fait son action. Ça prend 30min à peu près et je n’attends pas devant le verre comme une couillo… Donc ça ne prend pas tant de temps que ça. On en est parfaitement satisfait, elle est ni trop fine ni trop épaisse ;).
J’ai trouvé que faire mes cosmétiques n’était pas chose aisée. J’ai voulu me mettre à faire des savons mais quand tu vois les bouteilles en plastique que j’allais jeter et la quantité de production à chaque fois, je n’en ferais que 2 fois par an donc je préfère les acheter à des petites artisans qui font ça en grande quantité et doivent avoir des contenants plus appropriés. J’ai donc un petit emballage papier autour (Louise Émoi). Les shampoings solides et après shampoing des savons de Joua sont bien et peu emballés (film étirable compostable) et leur déo me fait 4 mois et marche du tonnerre. Je me dis que c’est toujours moins de déchets que ceux des supermarchés (bouteille plastique ou alu ou déo bille).
J’ai pas mal foiré et donc gâché dans les cosmétiques que l’achat raisonné me parait le mieux.
Pour la cuisine, les mozzarella sans emballage ne courent pas les rues (y en a au marché mais j’y vais peu souvent pcq j’ai mon livreur attitré mais qui ne ramène que les fruits mais pas trop le produits frais), le gruyère déjà rapé c’est tellement plus facile, enfin pas mal de petits trucs quoi…
Le 100% est difficile mais nos petits gestes comptent quand même, nous faisons notre part de colibri. Si les colibris se multipliaient, ce serait déjà un gros plus pour la planète 😀

Magali

C’est pareil par ici. J’ai voulu avancer sur tout les frond en même temps et du coup j’ai l’impression de stagner.
On achète les fruits et légumes en vrac, j’essaye d’aller chez day by day. Je fais le déo, la lessive, le gel douche et quelques produits d’entretien mais le plus dur reste encore les gouters pour l’école et la cuisine. Même si j’aime cuisiner, c’est le temps qui manque.
Mais la chose sur laquelle je porte le plus d’attention c’est de montrer à mes enfants ce qui peut se composter, se recycler et les inciter à utiliser les produits en vrac et les cosmétiques que je fabrique en leur expliquant l’intérêt de la réduction des déchets.
Aller on se motive !!!! C’est difficile mais regardons déjà tout ce qu’on a déjà mis en place … c’est super encourageant !!!

Mémé

Coucou Magali !

C’est génial de sensibiliser tes petits déjà très tôt comme ça. Ca sera une habitude déjà bien ancrée pour eux 🙂
Bref, ravie de voir que je ne suis pas un cas à part et que je ne suis pas la seule à galérer dans mon coin, sachant que j’ai oublié de préciser une chose : je n’ai pas d’enfants. A moins qu’un Pépé peut-être considéré comme tel ? hihi.

Bref, RESPECT et BRAVO la madre !

prettylittletruth

Je suis un peu comme toi. Il y a des moments ou je suis trop fiere de moi et d’autres ou franchement, je galere vraiment avec le zero dechet. Pour le compost, j’ai de la chance car on a des poubelles special compost en Angleterre qui sont ensuite versees dans des compost geant donc c’est cool 🙂

Mémé

Ah c’est génial d’avoir ça !
De mon côté, je n’ai toujours pas trouvé de solution. A part déménager à la campagne avec un jardin dans lequel je pourrais faire mon compost, je vois pas, et je dois dire que ce n’est pas au programme non plus…

lauraleen

Je me retrouve dans ton article ! J’a moi aussi testé pleins d’ingrédients inconnus et certains n’ont pas été validés… J’ai eu qq plats foirés, j’ai pas mal donné aussi lol. De même pour les produits d’entretien, je ne suis pas entièrement satisfaite car pas très efficace…
Pour le compost, je garde mes déchets dans une boite en plastique puis je vais les déposer en forêt à côté de chez moi chaque dimanche… Pas sur que ça soit légal mais c’est pratique !
Aaah c’est pas simple le zéro déchet ! Pourquoi ? Parce que ce n’est pas un automatisme chez nous et qu’on ne nous a pas éduqué comme ça… Alors on test, on test… 😉

Mémé

LOL Lauralenn qui nous fait du compost à la sauvage maintenant ! C’est une idée remarque… A méditer.
Pour compléter ce que tu dis à propos du ZD, effectivement ce n’est pas simple et pas très naturel pour nous. Ca n’a pas fait partie de mon éducation en tout cas, tant à la maison qu’à l’école. Mais ça encore, je dirais que tout est une question d’habitudes. Et de changement.
Le problème, c’est qu’on est victime de cette société, et on ne nous donne pas forcément les moyens de réduire nos déchets. Certains n’ont pas la chance d’avoir des épiceries en vrac prêt de chez eux, et quand bien même comme évoqué plus haut, tout n’est pas toujours dispo sans emballage… Alors tu as beau résister, au bout d’un moment be, si t’as vraiment besoin d’un truc en particulier, ben tu l’achètes même si emballage il y a…

christiane

merci, pour le fou rire. plus sérieusement, il n’y a pas d’associations de jardins partagés autour de chez toi. pour ma part, j’habite en appartement et je n’ai pas pu me résoudre au lombricompostage et ce ne sont pas tes galères qui vont m’encourager. ma solution provisoire pour l’instant c’est de déposer chaque semaine ma poubelle de « futur compost » à la déchetterie. c’est pas top. Après il est aussi possible d’avoir un composteur pour un immeuble (mais quand je vois comment le tri est respecté dans mon immeuble, je baisse les bras).

Mémé

Ah Christiane si tu savais ce que je trouve dans les poubelles de mon immeuble… ! Les gens doivent penser qu’il s’agit d’une déchèterie c’est pas possible. Ca me rend folle de rage quand je vois ça, et j’évite de vérifier le contenu des bacs jaunes parce que je pourrais hurler de colère. A croire que le simple fait de trier est très compliqué.
Je comprends que tu baisses les bras dans ces circonstances, même si finalement, ça serait l’occasion de sensibiliser certaines personnes qui ne le sont pas (et pour ceux qui en ont rien à fiche, ben je suis d’accord, c’est peine perdu, j’ai à faire à des cas tous les jours au travail…).

christiane

et sinon je fais mes cosmétiques (finalement c’est très simple un baume à lèvres, une crème pour le visage, et un lait vite fait pour le corps, quelques hydrolats et c’est tout). pour l’entretien de la maison c’est savon noir, bicarbonate, vinaigre. pour le linge, savon de Marseille, vinaigre, bicarbonate et percarbonate quand c’est très sale. j’essaie d’acheter au maximum en vrac (mais sans me mettre la pression car certains commerçants refusent). si seulement j’avais un petit jardin mais à Paris et proche banlieue c’est quasiment mission impossible ou alors il faut une sacrée chance. Et aussi je suis en train de coudre mes petits sacs à vrac.

melmelboo voyage

Ah ah ! Ça me parle totalement 😀 En ce moment nous sommes en plein tour du monde en camping-car pour deux ans alors pour les courses et les repas dehors… et bien… on galère ! le bio, le végétarien, le zéro déchet… quand tu es dans un pays dont tu ne maîtrise aucun code, c’est compliqué ! On fait du mieux possible avec les moyens du bord mais j’apprends à lâcher prise là où je culpabilisais énormément lorsque nous vivions en France, et rien que pour ça nous avons bien fait de prendre la route 🙂

Mémé

Ah bah c’est clair que toi pour le coup, tu mets le levé côté difficultés lol. J’ai déjà eu du mal à prendre mes marques à Strasbourg quand je me suis lancée dans l’aventure. J’ai testé plusieurs épicerie où faire mes courses, puis le marché, bref, j’ai dû prendre de nouvelles habitudes et avoir une nouvelle « routine ravitaillement ». Et toi qui bouge tout le temps… Ben tu m’étonnes… lol !

T’as bien raison, faut lâcher prise, et arrêter de faire un fixette. Aujourd’hui c’est comme ça, ben demain ça sera autrement et puis basta !

Le plus important dans tout ça, c’est la prise de conscience. Certains ne comprennent même pas les enjeux, alors t’inquiète, tu es sur la bonne voie ^^.

Sur ce, bonne route ! Un tour du monde en camping car, ça doit être juste génial…

annso

Super ton article, d’autant plus que c’est pas toujours évident de se remettre en question. Bravo à toi. Je pense qu’il faut être réaliste sur le zéro déchet et faire en fonction de où on vit et puis sans parler des trucs qui pour moi ne pourrons jamais être zéro déchet (comme le papier toilette).

Mémé

Salut !

Je suis d’accord, on vit dans une société où il est très compliqué de ne pas produire de déchet. Je pense sincèrement que nous pouvons militer en fuyant les grandes surfaces le plus possible et montrer aux industriels qui nous créent des besoins de toute pièce que finalement, on pourrait s’en passer ! Si tout le monde s’y met, ils changeront forcément leur fusil d’épaule.

J’ai la chance de vivre à Strasbourg, une grand ville donc, qui offre ce qu’il faut en matière d’épicerie en vrac donc je peux me permettre de le faire autant que possible. Mais je sais aussi que tout le monde n’a pas la chance d’avoir ce type de boutique à côté de chez soi. On fait quoi en attendant ? La grève de la faim ?
Il faut juste croiser les doigts pour que le « phénomène » vrac se répande le plus possible et que ça devienne une habitude pour tout le monde. En attendant, chacun peut faire ce qu’il peut avec moyens du bord…

La papier wc, peut être zéro déchet, certains collent ça au compost, d’autres optent pour des morceaux de tissus lavables, donc réutilisables… Mais sommes-nous tous prêts à ça ? Personnellement non. Comme quoi, j’ai mes limites…

Puis je crois qu’il faut tout simplement mettre moins de pression sur le terme « zéro déchet ». C’est le but ultime, c’est clair, j’en rêve… Je sais que certains y parviennent, reste à savoir comment exactement, parce qu’effectivement, il y a des choses introuvables sans emballage, ne serait-ce que la levure de boulanger. Ils font comment les gens pour faire leur pain burger sérieu’?

Beautes-terrestres

coucou 🙂 après de long mois loin de toute vie sociale ou blogesque je reviens, et je suis ravie de te relire 🙂
Cet article, je l’ai adoré. Merci pour ta sincérité. Tu as peur de nous décevoir? au contraire, je te trouve d’une ténacité exemplaire, car moi j’adore cuisiner et je ne sais pas si j’aurai eu ton courage de commencer à zéro sans savoir cuisiner ni même aimer ca. Bref, un grand et sincère BRAVO.
Je commence le zéro dechet depuis juste un mois, et j’ai les mêmes doutes que toi: le tofu soyeux, la farine de chataigne, les pâtes feuilletéééééés ahhhhhhh ….
bon courage à toi et merci pour ce chouette retour. Ca me donne un bel exemple de persévérance dans ma quête du zéro déchet.
gros bisous

Mémé

Coucou !

Merci pour ta bienveillance et tes encouragements. C’est sur qu’en partant de zéro, je dois me faire violence, et ce n’est pas facile tous les jours, j’ai pété pas mal de câbles avec mes plats ratés mine de rien.
Parallèlement à ça, c’est clair que je ne me verrais pas non plus revenir en arrière sous prétexte de retrouver mon petit « confort » (entendons par là, les choses toutes prêtes et compagnie). Je ne suis pas maso non non non lol. Je garde en tête que tout est une question d’habitude, et je me dis qu’un jour, tout ça sera « naturel », je n’y réfléchirai même plus.

Etant donné que tu viens de te lancer (bravo à toi et merci pour la planète), le seul conseil que je pourrais donner (même si tu ne m’as rien demandé mais je le place quand même hihi), c’est de ne pas se mettre la rate au court bouillon. On vit dans une société de consommation où il est compliqué de ne pas produire de déchet, c’est un fait. Alors une chose après l’autre, et puis tanpis pour la barquette de tofu soyeux, il faut continuer de se faire plaisir ! Je dis ça, car à un moment, j’en étais rendu à me priver de certaines choses sous prétexte que ça n’existait pas en vrac… Je ne pense pas que le zéro déchet doit passer par la privation…

Allez, sur ce, bonne route zéro déchet et tiens nous au jus !

Bisous bisous !

beautes terrestres

merci pour ta réponse toute choupie <3 🙂 je connaissais pas l'expression de la rate au court bouillon xD j'en peux plus 😀
au plaisir de te lire 🙂

Mémé

Ah bon ? Rholàlà mais c’est la BAAAAASE !!!!
Bibi et merci d’être passée !

jen

kikou ! merci pour cet article tout à fait instructif ! Non seulement ça nous permet de voir et ben qu’il n’y a pas que nous qui galérons que ce soit dans le zéro déchet, le manger mieux, consommer mieux etc… mais en plus cela nous permet également de chiper des idées que ce soit dans ton article ou dans les coms huhuhu…. Rien que le fait que les gens aient une prise de conscience quant à la destruction massive de nos ressources naturelles exploitées sans vergogne par des arrivistes assoiffés de fric c’est déjà un bon départ car petit à petit nos habitudes changent non sans mal, non sans accros mais l’envie est là, et c’est en partageant nos points de vue, nos idées, nos coup de gueule que les choses changeront alors à mon gout pas très vite, quand je vois autour de moi à quel point les gens se fiche royalement de ce que nous faisons subir à notre planète il m’arrive parfois de me dire que cela ne changera jamais… et c’est en lisant des articles comme les tiens que je me dis que cela peut peut etre changer !

Donc merci ! et félicitation pour ton courage est ta persévérence ! Pour ce qui est de la nourriture pas de culpabilité, tu ne kiffes pas faire à bouffer ?! Part sur du simple des produits bruts, frais évite les plats sophistiqués, en plus c’est l’été faisons péter les salades de légumes en tout genre !

Bonne continuation

Yza

Super ton article, tu m’as fait beaucoup rire. Au Québec dans la ville de Montréal (arr. RDP) le compost est assuré par la ville. Tu mets tes restants de table dans un bac (nous en avons deux, un petit à l’intérieur et quand il est plein, un plus grand à l’extérieur), tu portes le grand bac au chemin une fois par semaine et la ville le ramasse. Au printemps, la ville t’offre de venir chercher ton compost gratuitement. C’est génial et tout le monde est content ! Cela serait peut-être une idée que tu pourrais soumettre à ta mairie…
Yza
P.S. Tu ne me déçois pas, tu me soulages 🙂

Myrtille

Merci pour ce retour, étrangement encourageant d’une certaine manière.
De mon côté, j’essaie aussi d’entrer en décroissance depuis quelques temps et j’ai des accrocs.
Là je viens de bouffer du pain trop salé pendant deux semaines parce que je l’ai loupé, (mais je suis arrivée au bout du stock, ouf), bis j’ai acheté des grands bocaux « pas cher » dont je me suis rendue compte seulement après coup qu’ils n’étaient pas hermétiques…
Voilà pour ma part de galères récentes, mais je dois avouer que globalement je me prends pas tellement le chou. Comme mes études ont la grosse priorité, je teste pas grand chose de neuf en période scolaire, en maintenant juste les habitudes que j’engrange en vacances et cela me permet de les caler dans la durée. Après cela veut aussi dire que les améliorations sont lentes à venir et c’est pas mal frustrant, même si cela laisse le temps au cher et tendre de s’habituer.
Bon courage pour la suite de ton bout de chemin ^^

Aurelle

Bonjour !

Merci pour cet article.
J’aurais une question qui vaut des millions de dollars ^^
Par rapport au compost, je garde un seau sur mon balcon mais vaut-il mieux ouvert ou fermé ? Sachant que cela met des mois parfois avant que j’aille le vider (rue Louise Scheppler, véloparc tram Montagne Verte à Strasbourg, ya trois bacs depuis octobre 2016, si mes souvenirs sont exatcs).
Le fait de garder ouvert, avec le soleil et l’air ça sèche bien et ça réduit de quantité mais quand je le déverse, ça sent fort mais on ne m’a pas dit que c’était trop pourri pour être versé dans les bacs sur la place.
Ca attire les mouches à melons à fond dès que c’est sucré et même les grosses mouches mais ça va encore.

Sinon, fermé, c’est anaérobique, que se passe-t-il au juste dedans ? Comment ça se décompose et ya pas de vers, non, puisque pas d’oxygène pour qu’ils respirent ?

Vaut-il mieux que je garde le seau ouvert ou fermé avant de le déverser et quelles différences observerais-je concrètement, dans le détail ?
Merci beaucoup !

Mémé

Salut Aurélie,

Tu viens de me retourner totalement le ciboulot pour le coup ah ah ! Je ne suis pas une pro du compost, donc je vais laisser les autres répondre. Ceci étant, quand j’étais dans mes histoires de lombicompostage, ils préconisaient de garder les déchets dans une boite hermétique pas plus de 2 ou 3 jours avant de verser le tout dans le bac.
La ville de Strasbourg organise des stages de compostages, je crois que ça ne nous ferait pas de mal lol…

Désolée pour le manque de contenu, j’espère vivement que les autres sauront te répondre « dans le détail » 😉

Bises

Emilie

Comme toi, je visais un Zero dechet presque parfait quand j’ai décidé de m’y mettre, puis je reconnais j’ai lâché la bride…c’est très dur quand on habite en appartement, et qu’on est limité niveau du temps, d’avoir une vie sans déchets…
Maintenant niveau salle de bain j’ai changé pas mal de produits pour limiter les déchets et ca se passe bien. Et pour la cuisine, je me suis procurée un lombricomposteur (oui c’est vrai en plastique, mais si un jour je n’en ai plus besoin je chercherai quelqu’un qui le veuille, je ne le jetterai pas), et sincèrement ça aide pas mal… (Voir ici : https://unefillesanschichis.wordpress.com/2016/02/09/les-aventures-du-lombricomposteur-larrivee/ )
Merci pour ton article déculpabilisant en tout cas 🙂

Mémé

Merci à toi pour ton retour et partage 🙂 Clair qu’il faut se laisser du temps, mais qu’on soit en appart ou pas, je pense que chacun peut apporter sa petite pierre, ne lâche pas ! Je reste persuadée que c’est aussi une question d’organisation ^^

Laurine

« Nous étions samedi, il était 6h du mat’, et bien que mon chat faisait son possible pour assurer la circulation » XD
ça me rappelle une nuit où je me suis levée, ai descendu l’escalier pour voir un de mes chats jouer avec « un truc ». Ce « truc », c’était un ver qui s’était échappé et était tombé de l’escalier, et surtout qui n’était pas tout seul à se faire la malle. J’ai remonté l’escalier et j’ai vu le « carnage ». J’avais meme l’impression d’entendre les vers crier « au secours, sauve qui peuuuut »! (tout ça à cause d’un aliment qui a du fermenter, qui a tué quelques vers qui eux même ont commencé à fermenter, causant la fuite de leur congénères rescapés..)
Bon, cette « mauvaise expérience » ne m’a pas traumatisé, ça fait déjà deux ans et demi qu’on vit avec eux; on les garde, même si on a désormais un vrai composteur dans le jardin.

Sinon y a pas quelqu’un dans ton entourage, proche physiquement, qui pourrait s’occuper du lombricompost, et toi tu amènes tes déchets régulièrement? :/ un peu galère mais bon .
C’est vraiment dommage qu’il n y ait pas davantage de composteur en ville…
c’est là qu’on comprends que la politique appliquée dans les communes a quelques trains de retard, car toute cette matière pourrait être revendue aux agriculteurs alentours, ce qui permettrait de baisser ensuite les redevances d’ordures ménagères. mais bon, pour ça, faudrait qu’on vive dans un monde où c’est le bien commun qui prime. Quelle utopiste je fais moi..
(désolée pour cet étalage^^)

Pauline

Chère Mémé,
je te suis depuis un moment et cet article là, quand je l’ai relu ce matin, m’a fait à la fois rire et pleurer. Bon je rigole hein… mais réagir en tout cas! et je prends juste ma plume électronique pour te raconter 2/3 trucs….. Voici ma vie.com ^^ Bon moi je vis à Bordeaux, j’ai un jardin avec un tas au fond que j’appelle compost. Ça aide… Pour le zéro déchet, depuis quelques mois, courses en vrac pour fruits/légumes/fromages/beurre/oeufs au marché (ma crémière fait même du fromage blanc et de la crème, non testés). Et aussi : pâtes fraîches farcies, olives, fruits secs, pain…. toujours au marché! Avec mes tuptup et sacs en tissu. Pas de viande ou poisson, je suis veggie^^ ça aide… Puis nous allons à Bio C Bon, La Recharge ou Day by Day. Le second magasin si tu peux jette un coup d’oeil sur leur site, c’est une merveille. J’ai banni la grande surface! Youpi! Et les courses maintenant j’adore: 1. j’ai l’impression de jouer à la marchande; 2. je fais du bien à ma planète; 3. je sais d’où viennent les produits, je fais vivre de VRAIS gens, pas des actionnaires; 4. j’économise 40% dans mon porte monnaie et plus dans ma poubelle! Eh oui, je n’ai pas pu tout bannir non plus! Les tofus divers et variés (amandes-sésame…basilic…fumé T__T miaaaam), les yaourts (souvent en petits pots… même si souvent en gros contenants de verre…. ou en consigne à la recharge….), les brioches de Monsieur (on doit essayer d’en faire une maison mais comme les gosses, je sens qu’il va me dire que « c’est pas pareiiiil »)….. On ne peut pas TOUT régler d’un coup. Ni TOUT faire en une semaine! La salle de bains ça m’a mis des mois à tout régler, et c’est pas encore tout à fait fini… tout est solide ou sans superflu (exemple: huile végétale pure sur le visage matin et soir, j’ai une peau au top! Un savon saponifié à froid pour la douche: plus de crème ou lait pour le corps j’ai la peau super douce et hydratée!! parfois une lichette d’huile végétale et c’est bon!). Je fais plein de petites recettes (mes cop’s me surnomment affectueusement la druidesse, Merlin ou la sorcière lol… mais adorent mes sticks à lèvres, déos, etc… 😉 ).
Donc ceci pour dire qu’il faut prendre son temps ma petite mémé… je me permets juste quelques conseils:
– quand je vois ce que tu fais en cuisine pour une débutante, bah…t’es une malade en fait!! débuter pour moi c’est faire des salades ou des purées!! Pourquoi faire si compliqué?? Prends un ingrédient « chelou » et approprie le toi tranquillou! Les graines de chia c’est pas des graines de lin, ou de sésame, ou de sarrasin… faut apprendre, comprendre, respecter le produit (phrase de grand chef probablement). Le pâtisson, j’ai fait la maligne y a deux semaines en l’achetant, je connaissais pas, bon. J’ai tapé sur internet « que faire d’un pâtisson »: bim, recette à la vapeur, en purée et en soupe il a fini le truc!!
– Et le GROS point positif c’est quand tu t’es fait ch*er (oups vulgarité!) à faire tes cookies bah tu les engloutis pas! tes amis et ton chéri te complimentent, ils kiffent et c’est top!! *Fière comme un paon*
– point noir: la livraison de sushis, pizzas, burgers…. La vie quoi!! Mais on s’est dit avec Monsieur que 1. vu les conditions de taff des p’tits livreurs, fallait peut être quand même arrêter ça…. 2. on prend nos pieds et on y va, beaucoup moins de déchets, sensation d’une vraie sortie… s’il pleut? bah on fait des pâtes chez nous au pire lol ^^ 3. on réfléchit pour de vrai à un système pour récupérer les pizzas chez le pizzaïolo au coin de ma rue (oui 2 min à pied même sous la pluie j’exagère c’est carrément jouable!!). La boîte en carton ça dure 5 min…. et ne se recycle pas. Couper la pizza dans un tuptup? sacrilège pour Monsieur… alors on cherche…. veux tu venir passer un week end sur Bordeaux pour bouffer une pizza?? Euh… parler de zéro déchet, visiter la recharge (http://www.la-recharge.fr/), et papoter?? Je t’invite!
merci de m’avoir lue 😀
–message le plus long du monde de la mort qui tue– ^^

Fanny

En apprentissage zéro déchet. La vaisselle avec un savon solide, brossé en bois et tawashi.
Légumes de mon jardin, par contre faut que je trouve une solution pour les congelé, parce que je les met dans des sac de congélation plastique bof bof…
Pateil la viande j’achete en gros et congélateur.
Vous avec une alternative au sac plastique pour congeler? (les bocaux prendrais trop de place.)

Les cosmétiques je finis tout ce que j’ai… Je doit encore en avoir pour une année !!pfiou.

Je n’achète plus de vêtements, et pour mes bibous c’est surtout de seconde main.

Pour la lessive, je prend en poudre ecolo dans un emballage en carton donc recyclables.
Et autrement mon homme avait acheté un bidon « Pam’s » pour le ménage donc je rempli mes contenants avec et fait presque tout avec. (j’en ai encore pour 30 ans je pense) Sinon vinaigre et bicarbonate, font bien l’affaire….

Voilà mes poubelle s’encrasse avec le plastique des pâtes, riz, barquette de viande du supermarché, et plastique des légumes et viande mis au congélateur. Et des yogourts pour les gourmands pourtant j’ai une yaourtière…
Les fruits je prend mes sac en voille et j’achète aussi au supermarché.
Et quand je vois que le magasin en vrac de chez moi les pâtes et légumineuses me coûte 7x plus cher que en supermarché, ben je deculpabilise…. Mon budget de 5 à la maison me permets pas.

Sinon pas de repas tout fait en barquettes uniquement en conserve. Quand la flemme s’installe sinon je cuisine le soir et réchauffe les reste à midi.

A tester les pâtes fait maison et quand j’aurais finis mes shampoing et gel douche ben on passera au solide.
Et aussi faudrait que je fasse des goûter en avances pour éviter de les acheter en anballage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *