Ma transition vers le végétarisme

transition vers le vegetatisme

Ma transition vers le végétarisme ne s'est vraiment pas faite du jour au lendemain, si bien que lorsqu'on me demande depuis quand je suis végétarienne, je ne sais jamais quoi répondre. 3 ans, 4 ans ? Va savoir. 
Beaucoup ne comprennent par comment il est possible de ne plus se souvenir de la date exacte à laquelle on a mangé son dernier morceau de barbaque. Comme si c'était un événement marquant, comme s'il fallait faire le deuil, comme si cette "décision" impliquait forcément une privation. Il n'a jamais été question de tout ça pour moi.

Ca fait un bout de temps que je voulais te partager ma transition vers le végétarisme mais je n'arrivais pas à trouver les mots pour exposer ce qu'il s'était passé dans ma tête durant toute cette année de transition. Parce que justement. Je crois qu'il ne s'est rien passé de particulier. Tout s'est fait, tout seul, sans que je décide quoique ce soit. Ca travaillait en tâche de fond sans que je m'en aperçoive, si bien que j'ai longtemps cru à une "lubie passagère".

transition vers le vegetarisme

Une "expérience" difficile à détailler, c'est donc le format audio que je choisis aujourd'hui. Je me suis dis "allez, allume ton micro et explique-leur, comme si tu le faisais à un pote". Sauf que l'exercice ne s'est pas révélé si facile que ça. J'ai dû oublier des choses, j'ai dû faire preuve de maladresse, d'un manque de subtilité évident, mais qu'à cela ne tienne, après moult essais, il fallait bien que ça finisse par sortir ! Et puis bonjour la spontanéité après 50 enregistrements foirés...

Il faut dire que c'est un sujet dont je ne parle quasiment jamais, sauf quand on me pose des questions, et encore, j'ai tendance à couper court à la conversation. Mais je trouve toujours intéressant de voir comment des personnes ayant un mode de vie similaire (tant au niveau de l'alimentation, de la consommation, du sport etc.), y sont parvenus via des raisons, des manières et des déclics différents. Aujourd'hui, en te partageant ma transition vers le végétarisme, j'avais un peu envie d'ajouter mon grain de sel 😉

N'hésite pas à nous partager toi aussi, la manière et les raisons qui t'ont poussé à changer ton mode d'alimentation "naturel" 🙂

Ressources :

Le site de Gilles Lartigot 
EAT : Chroniques d'un fauve dans la jungle alimentaire - Gilles LARTIGOT
Le lait et les vaches - EPPC

Et pour le petit clin d'oeil :
Laits végétaux faits maison, l'art de traire une cacahuète !

Commentaires

CamillesEthic

Peur de l’engagement, de la privation, dégoûts… ça me parle tant puis j’ai également cette conscience qui me poursuit et me rappelle toujours à l’ordre. Où j’en suis ? Je mange toujours de la viande (beaucoup beaucoup moins et uniquement du boucher) avec des alternatives (genre nuggets et steaks bjorg) Je me reconnais tellement dans tes dires… et un chéri viandard ça n’aide pas… Attention ce n’est pas une excuse mais un réel constat !!! Sinon bravo je suis admirative de ton parcours !!! Merci pour ce partage.

Mémé

Coucou Camille,

Je pense qu’il faut laisser faire le temps tout simplement. Si un jour tu dois devenir végé, eh bien tu le deviendras un point c’est tout. Ca sera comme une évidence, et tu ne te poseras même plus de questions.
Pour le chéri, le mien aussi mangeait de la viande, mais il comprenait complètement ce que je vivais et il l’a toujours respecté (avec une soeur végé, il était plus familier que moi de ce mode d’alimentation). Au tout début de ma transition, il y a eu une période où on mangeait des plats similaires, sauf que lui avait la viande en plus dans son assiette et ça allait très bien comme ça. Jusqu’au jour où, je n’arrivais même plus à cuisiner ce type d’aliment. Je ne pouvais plus le sentir, le toucher… Bref, ça s’est terminé qu’à la maison, c’était veggiefood. Je n’ai rien imposé, c’est lui qui m’a dit d’arrêter d’acheter de la viande si ça me dégoutait à ce point. En revanche à l’extérieur, il faisait ce qu’il « voulait » (notamment le midi où on ne mange pas chez nous). Mais c’est pas quelque chose qui lui « manquait » puisque finalement, de la viande, il en mangeait quand même tous les jours, le midi.
Et puis il y a quelques semaines… Il m’a annoncé qu’il passait végétalien. Promis j’y suis pour rien lol. Il n’a pas tergiversé, ça été comme ça du jour au lendemain. Comme quoi, chaque cas est différent ^^.
Mais pour en revenir à toi, beaucoup de couple omni/veggie cohabitent ensemble, et ça se passe très bien, c’est possible 🙂 Le mode d’alimentation qui s’impose à nous à un moment est très personnel, donc finalement, que ton chéri soit « viandard » ou pas, ne doit pas venir en ligne de compte 🙂 Disons que ça ne doit pas te « freiner » dans ta démarche en quelques sortes.

Merci pour tout cas pour ton retour 🙂

Bon week-end !

CamillesEthic

Merci c’est très intéressant l’expérience de ton chéri aussi 🙂 C’est uniquement moi qui fait les courses pour tout le temps (midi et soir) et il m’en réclame, après c’est uniquement lui qui cuisine la viande car ça me donne des hauts le cœur… Je mange rarement tout mon morceau d’ailleurs… Après ce n’est pas que je n’aime pas le goût mais c’est ma conscience qui me rappelle à l’ordre… et c’est lui qui fini ! Ceci dit je pense que c’est assez psychologique car il aime les nuggets et les steaks bjorg par exemple. Je vais m’acheter un livre de recettes pour me renseigner plus 🙂 Bon week-end.

Mémé

Oui n’hésite pas ! Je te conseille plus particulièrement les livres de Marie Laforêt qui sont vraiment top. Hormis le fait de te donner des recettes simples pour la plupart, elle explique également la nutrition. Par contre, elle propose une alimentation végétalienne et non végétarienne donc je ne sais pas si ça te branchera.
Tiens-nous au jus !

résé

bonjour Mémé !
moi aussi ça doit faire environ 4 ans également !!
et moi non plus, je n’ai pas de date précise !
et mon déclic est venu suite à une invitation reçue pour le salon de l’élevage, invit pour professionnels ..
et là, quand je suis rentrée dans la halle je n’ai vu que des croquettes de toutes les couleurs, toutes matières, toutes formes possibles et imaginables… j’ai fait demi-tour assez rapidement (i y a une dizaine d’années je m’étais déjà posé des questions mais pas le temps, bcp de boulot à l’époque … ) et là, vu que je ne bossais pas, j’ai allumé l’ordi et il a bien chauffé pour trouver comment je pouvais faire pour me nourrir « autrement » j’ai commencé avec Antigonexxi (je ne sais pas si tu connais?) donc, autant te drie que j’ai débuté par du haut de gamme XD , ensuite Pigut et pas mal d’autres, la Fée Stéphanie également, la France Végétalienne (je vais pas tous les citer haing !! )
et si tu veux tu peux aussi aller voir ce blog ! ça pourrait peut être t’aider !!
https://leculdepoule.co/2017/10/27/equilibrer-une-alimentation-vegetale-sites-referents/
merci pour ton témoignage
et chacun avance à son rythme! petit à petit l’oiseau fait son nid !
bisous et bon wend !! ♥

Mémé

Merci pour ton retour ^^. Comme quoi, chaque déclic est différent.
Je connais Antigone XXI effectivement, une référence dans le domaine ! En revanche, je vais aller voir ce que font les autres personnes que tu cites car pour le coup, je n’en ai jamais entendu parlé :/ Sans oublier de faire un tour chez toi hihi.
Bon Dimanche !

Magali

Je me retrouve pas mal dans ton témoignage, les mêmes questionnements aussi, et devoir faire face à la dissonance cognitive qui nous amène sans cesse à remettre tout en question pour être en paix, ce qui fait qu’au moment où cette prise de conscience nous assomme, elle nous habite pour toujours et nous fait réaliser qu’on a emprunté un chemin probablement interminable et fort sinueux mais qui nous élève de manière intime aussi, puisque ce qu’on fait ne se « voit pas » (même si évidemment plus il y aura de végétariens et végétaliens plus les choses évolueront de manière concrète).
Pour ma part le déclic s’est fait en lisant un témoignage d’un vétérinaire sur une vache qui avait eu 2 petits et avait sciemment caché l’un d’entre eux pour ne pas qu’on lui vole (d’où les questionnements de l’agriculteur ne comprenant pas pourquoi elle n’avait jamais de lait pour la traite puisqu’en réalité elle allaitait son petit caché dans les sous bois). Et c’est là que j’ai compris et réalisé la douleur que pouvait ressentir cette vache qui savait qu’on lui prenait ses petits et qui a donc mis en place un stratagème pour ne pas à revivre ça en en sacrifiant un pour cacher l’autre, comme toi je ne m’étais pas posée de questions sur l’industrie laitière.
En tout cas ça a été le déclic (assez curieusement car je ne suis pas vegan: je consomme des oeufs, du lait et du fromage) vers une alimentation sans viande, on peu dire que je suis toujours en transition car même si je n’ai pas mangé de viande depuis 11 mois il m’arrive encore de manger du poisson, mais j’ai de plus en plus de mal.
Le plus compliqué pour moi n’est pas de ne pas manger des animaux, mon corps n’en a pas besoin et je n’en éprouve aucune envie (aucun manque) mais plus de l’assumer, surtout quand on a l’habitude de se faire inviter à manger à droite à gauche car comme toi je ne veux pas imposer ou embêter, on m’a toujours considérée comme facile à vivre et sociable, j’ai l’impression que ça en devient autrement à présent car on devra désormais prendre en compte mon régime pour les choix collectifs.
Alors plein d’encouragements et d’amour à toutes les bonnes personnes qui se remettent en question et agissent à leur échelle, c’est chez les amoureux des animaux qu’on retrouve aussi le plus d’humanistes, car qui aime les animaux aime les hommes.

Lily

Merci Mémé de me rappeler qu’on peut y aller à son rythme et sans privation!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *