4 outils pour cultiver ses pensées positives

pensees positives

Parce que le début d'année se prête bien à ce genre de sujet, aujourd'hui, je te partage les outils que je compte bien utiliser pour cultiver mes pensées positives !
N'aie crainte, ce blog n'a pas vocation à faire un virage à 180° vers le développement personnel. Bien que. Je m'y suis toujours intéressée plus ou moins, sans vraiment aller franchement au fond des choses. Je l'ai annoncé sur Facebook, cette année, je compte bien faire un travail sur mon état d'esprit. Du coup, il est possible, qu'au détour de quelques billets, je te partage quelques notions apprises ici et là.

Crois-le ou pas, nous ne naissons pas tous égaux face au bonheur. Selon une étude de Sonja Lyubomirsky, notre capacité à être heureux se divise en 3 morceaux :

  • 50% de prédisposition génétique au bonheur. Elle serait dû à la longueur d'un gène, le 5HTT qui influerait notre façon de ressentir les choses. C'est un peu la loterie puisqu'elle peut s'avérer forte, moyenne ou faible.
  • 10% est conditionné par les facteurs extérieurs : le temps qu'il fait dehors, l'argent que nous possédons, nos relations avec les autres etc.
  • Et 40% qui dépendent intégralement de notre comportement et de notre façon de voir les choses face à un évènement. 

Si nous n'avons aucun moyen de lutter contre notre prédisposition génétique et les facteurs extérieurs, en revanche, charge à nous de bichonner les 40% restants ! Et c'est ce sur quoi je compte bien essayer de m'atteler cette année et ainsi arrêter de me retrancher derrière les 50% de "c'est pas ma faute, je suis née comme ça, c'est la fatalité".

Qu'on se le dise, je fais partie de ces personnes qui voient toujours le verre à moitié vide. Prédisposition génétique. Il me suffit de peu, une journée pluvieuse par exemple, pour avoir le moral dans les chaussettes et n'avoir envie de ne rien faire, procrastiner à outrance et laisser les choses à vau-l'eau. Facteurs extérieurs. Et quand vient le soir, j'ai encore plus le moral en berne face à mon manque de productivité et cette perte de temps. Bienvenue dans ma vie !

Le but pour les gens comme moi, c'est de chasser le négatif et cultiver l'optimisme au maximum. Un peu comme une gymnastique. Au bout d'un moment, ça deviendra naturel voire inné. Il parait.

A lire aussi : La Routinologie de Raphaëlle GIORDANO

4 outils pour cultiver les pensées positives !

Le journal, ou le bocal de pensées positives 

Début 2017, j'avais pour objectif de tenir un "journal de gratitude" quotidiennement, à savoir, noter 1 à 3 pensées positives qui m'avaient traversé l'esprit dans la journée. J'avais pris connaissance de cet exercice lors de la lecture du livre "3 kiffs par jour" de Florence Servan-Schreiber, que je ne peux que te conseiller au passage. Elle appelle ça "le journal des kiffs". L'idée étant de se recentrer sur les aspects positifs d'une journée et de laisser filer les pensées négatives.
J'ai tenu les 15 premiers jours de janvier, puis, plus rien. Le fait est que je ne pensais tout bonnement pas à ouvrir mon bullet journal pour compléter ma "collection" tous les jours. Tu sais ce que c'est, le tourbillon du quotidien, tout ça... Pourtant, je reste persuadée que cet exercice ne peut qu'être bénéfique.

Du coup, j'ai eu envie dans un premier temps de réitérer l'expérience, mais cette fois-ci sous forme de "bocal de pensées positives". Le principe est sensiblement le même, sauf qu'au lieu de noter des mots dans un carnet, tu les notes sur des petits papiers que tu déposes ensuite dans un bocal. Je me disais que le fait d'avoir ce bocal sur mon bureau, "un objet physique" posé à l'endroit où je vais passerai le plus clair de mon temps cette année, aurait le mérite de me rappeler de jouer le jeu. Et psychologiquement, voir le bocal se remplir jour après jour ne pourrait que m'encourager à continuer. Le positif amène le positif.

Puis j'ai fait machine en arrière, en me disant que je n'avais finalement pas envie de cumuler un objet supplémentaire sous peine de me retrouver avec des centaines de petits papiers volants qui se seraient de toute façon retrouvé collés dans un carnet à l'arrivée.  J'ai besoin de simplicité, de vide, d'avoir les idées claires et de faire place nette.

A la réflexion, le bullet journal que j'utilise depuis plus d'un an de manière périodique sera à partir de maintenant le seul outil qui me permettra de m'organiser. Autant dire que je l'aurais constamment sous le coude, donc techniquement...

Qu'il s'agisse d'inscrire ses pensées sur des morceaux de papier ou sur un carnet, l'exercice est le même, le tout est de ne pas oublier de le faire de manière quotidienne... Finalement, tout est une question de routines à mettre en place. Et c'est ce qui est beaucoup préconisé en développement personnel. Mettre en place des habitudes pour atteindre ses objectifs

Le processus de pivotement

Et c'est là que devra intervenir mon changement face à ma façon de voir les choses. Prendre conscience de mes pensées négatives (encore faut-il l'être), les attraper, et les transformer en pensées positives : "Il pleut. Ca va encore être une sale journée. C'est cool, les cultivateurs auront de bonnes récoltes !". 

Les études démontrent que même si on a l'impression de se forcer au début, et de ne pas vraiment croire ce que l'on pense, notre cerveau fini par s'en persuader à un moment donné. Une sorte de méthode Coué en somme. J'ai toujours été dubitative face à ça, mais j'aime tester de nouvelles choses et me mettre en position de cobaye, alors, allons-y gaiement.

Le tableau de visualisation

A côté de ça, j'ai commencé un tableau de visualisation. Cela consiste à sélectionner des images, photos, dessins ou citations qui t'inspirent et qui illustrent ce vers quoi tu souhaites aller. Tes objectifs dans la vie. Tu peux épingler ces images sur un tableau en liège, les coller dans un cahier, t'en faire un fond d'écran, ou encore te créer un tableau du Pinterest ; c'est d'ailleurs l'option que j'ai choisie.

Par exemple, parmi mes objectifs se trouve le fait de m'améliorer en photographie et de voyager. Ainsi, j'ai ajouté une image d'un appareil photo et d'un avion qui décolle. Avoir ce type d'outil permet de nous rappeler ce pourquoi nous faisons les choses et ainsi rester focaliser sur nos objectifs, donc rester dans un mood positif. J'aime beaucoup.

pensees positives

3 ans de pensées positives, le journal à compléter

Entre le moment où j'ai rédigé ce billet et sa date de publication prévue, j'ai reçu un joli cadeau dans la boite aux lettres, qui collait pile poil au thème à savoir, le journal à compléter "3 ans de pensées positives". C'est drôle les coïncidences... Je ne pouvais pas ne pas en parler.

Laetitia, son auteure, et l'investigatrice de cette jolie attention (que je remercie beaucoup au passage ^^) tient la chaine Youtube "Le Corps, La Maison et L'esprit", et propose un contenu varié autour de la consommation responsable, de l'écologie, du bonheur et du voyage, entre autres. Si tu veux ta dose de bonne humeur quotidienne, je t'invite vivement à voir l'étendu de son travail !

Pour en revenir au journal. Il te pose une question par jour. A la fin de l'année, tu reprends le livre au début et tu réponds aux mêmes questions, et ce, pendant 3 années de suite. Je trouve cet exercice super interessant. Certaines questions te poussent à réfléchir, ou à te souvenir de choses auxquelles tu n'auraient même pas pensé naturellement et à mettre en lumière les aspects positifs. A court terme, cet outil te permet là encore de rester focalisée sur les jolies choses qui te sont arrivées dans la journée. A plus long terme, de constater ta propre évolution et de faire le stock de précieux petits souvenirs

Je mets un point d'honneur à le compléter depuis quelques jours, et ça ne prend pas plus de 2 minutes, autant dire que cette petite habitude peut facilement s'ancrer dans un emploi du temps même surchargé ! Je ne te cache pas que certaines interrogations méritent réflexion. J'ai personnellement un peu de mal avec les questions qui amènent à m'auto-complimenter, type "Pourquoi je suis une bonne personne ?" Dans ces cas-là, je les lis en amont et j'y réfléchis au court de la journée pour ensuite retranscrire mes réponses le soir. Le but étant aussi de sortir de sa zone de confort, sinon, ça ne serait pas drôle !

Qu'on se le dise, il y a du boulot avant que je ne tombe complètement dans le monde rose des bisounours tant ma nature profonde en est éloignée. Rédiger et publier ce billet me permet également de prendre une sorte "d'engagement" et de m'y tenir. Ainsi, dans quelques mois, voire l'année prochaine même jour, même heure, je pourrais te faire part de mes conclusions sur ces exercices !

Le plus dur je pense, sera de m'y atteler même les jours où j'aurais passé une sale journée de m****. Dans ces cas là, j'ai tendance à tout envoyer bouler et à remettre tout en question. Mais n'est-ce pas là que doit intervenir toute la puissance des pensées positives ?

Quoi qu'il en soit, si toi aussi tu as des outils du genre, ou des livres à conseiller sur le sujet, n'hésite pas, je suis toute ouïe !!! 

La Bise.

Marie

Pour aller plus loin :
"3 kiffs par jour" de Florence Servan-Schreiber
"Comment être heureux et le rester" de Sonja Lyubomirsky

Commentaires

Manon

Je me reconnais tellement dans ton article.. et plus le temps passe moins les choses s’arrange ! Je vais devenir vieille et aigri… Ou je vais faire comme toi et prendre des résolutions à ce niveau

Mémé

Mais non mais non, pas de vieille aigri 🙂
Quels outils vas-tu utiliser du coup ?

Jenny

Merci pour ton article. Ça tombe j ai comme un des objectifs fixés au boulot de noter mes actions positives menées car on se focalise le plus souvent sur ce qui ne va pas. Je vais voir quelle option je prend : carnet, liste à la Prévert, un PowerPoint et voir combien de temps ça dure.

Mémé

Oui c’est surtout la question, combien de temps va-t-on s’y tenir ? Par expérience, il arrive un moment où j’oublie complètement de faire mes « exercices » jusqu’à ne plus y penser du tout… Comme je l’évoque, faut absolument essayer de faire en sorte que tout ça devienne une « routine », un truc qui fait partie intégrant du quotidien.

Allez, go ! Tu me diras ce que ça donne hein 🙂

GEOFFROY Sylvie

Très intéressant………… le bocal me tente bien………. comme tu dis le plus dur c’est de s’y mettre quand çà ne gaze pas très fort, moment crucial où a tendance à tout envoyer aux orties (sans mauvais jeux de mots).
un coaching perso serait il envisageable??? çà m’irait bien tiens!!!
Madame Soucieuse

Mémé

Lol, un coaching en dev perso, moi ? hihi
Commence par récupérer un bocal et glisse y une première pensée, right now !!!

Elisabeth H. Suisse

Très bien rédigé et parlant aussi pour moi.
Je vais commencer par commander ce livre avec l’idée de démarrer un cahier. Découper et coller des images/phrases me tente bien pour son côté ludique.

Mémé

Super !
Je pense que le fait de découper / coller / mettre en forme est également une activité bénéfique. Il faut d’ailleurs que je me trouve aussi quelque chose de « manuel » à faire, ça me ferait du bien pour faire le vide ^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *