Objectif déco éco-responsable : mes galères

Dans la série "paye tes galères", et après le zéro déchet, place à la déco éco-responsable ! Les propos qui vont suivre sont l’illustration même de mon billet « le questionnement d'une consommation responsable », donc si tu ne l’as pas lu, je t’invite à le faire, histoire de ne pas passer à côté de celui-ci. 

Depuis 4 ans qu'on est dans cet appart, on ne peut pas dire qu'on se soit vraiment activés le tronc question agencement. On a emménagé, on a posé mollement nos affaires puis on les a laissées là. Certains cartons sont même restés en l'état pendant des mois. 

Même si sur le papier, ce logement répondait à nos critères, je ne m'y suis jamais vraiment sentie à l'aise. Impossible de l’arranger à mon goût pour le rendre pratique et ergonomique. Aucune inspiration pour le décorer, rien. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai eu envie de déménager de ce trou. On a bien essayé, on a cherché, visité, mais il y avait toujours quelque chose qui n'allait pas et qui me laissait penser que finalement, on était pas si mal là où nous étions. Difficile de trouver les même prestations pour le même prix.

Ce n'est toujours pas l'appart de mes rêves pour diverses raisons, et ça ne le sera jamais. Cela dit, plutôt que de pleurer sur mon sort comme une pauvresse, je me suis dis qu'il serait peut-être temps de se faire violence et réitérer mes tentatives d'aménagement/déco. Avant ça, j'ai vécu pendant des années dans un F1 de 30 m² où le micro-onde trônait sur la table de nuit. Et même si je manquais cruellement de place pour y stocker mon bazar, je m'y sentais merveilleusement bien. Pourquoi n'arrivais-je donc pas à retrouver ça dans ce fichu 3 pièces ?

Tout ça pour dire que ça fait des mois que je consulte des épingles sur Pinterest, du catalogue déco en veux-tu en voilà à la recherche d'inspirations. Des mois pour être certaine de ne pas partir dans la mauvaise direction pour s'entendre dire au final "ça ne me plait pas". Parce que la déco, chez moi, c'est pas inné. 

Après moult recherches et quelques discussions avec Pépé, on est tombés d'accord sur les couleurs, les formes, l'ambiance général. Des lignes fluides, de l'espace, du bleu canard et du jaune moutarde dans le salon, tout en privilégiant la récup et oublier une bonne fois pour toute le petit tour facile et rapide chez Ikea, Gifi et autre Centrakor. C’en est fini !

Sauf que, je me suis rendue compte que vouloir adopter une déco éco-responsable tout en ayant des idées bien arrêtées sur le style que je voulais attribuer à mon appart n’était pas si facile. Un vrai casse tête !

C’est quoi une déco éco-responsable ?

Je n’ai pas fait de recherches plus approfondies sur le sujet, mais voici comment je vois les choses. Pour moi, adopter une déco éco-responsable, c’est acquérir ce dont on a réellement besoin, et ce, en privilégiant l’achat d’occasion, le fait-main ou le surcyclage. Le surcyclage, ou l'upcycling, c'est l'art de faire du neuf avec du vieux. En gros, tu récupères des anciens matériaux, objets, meubles que sais-je, et tu les transformes pour leur attribuer une nouvelle utilité. Un bon moyen de recycler "par le haut", d'éviter de jeter, de racheter, de faire du bien à la planète, et au porte monnaie.

Et quand ce n’est pas possible, se tourner vers l’achat neuf, mais local avec des matériaux naturels durables. Le tout en composant avec un petit budget, ce qui avouons-le, ne fait pas forcément bon ménage avec le critère pré-cité. Ah ces idéaux...

A lire aussi : le questionnement d'une consommation responsable

A force de me retourner le cerveau depuis des mois, j’en viens à me dire qu’adopter une déco éco-responsable n’est pas si facile. Quand je pense trouver enfin une solution, un autre problème se pose. Alors voici pour toi, mes dernières galères en date (où comment faire une intro de 3 km de long) !

Objectif déco éco-responsable : mes galères

Mon bureau surcyclé

J’ai longtemps essayé de squatter le bureau qu’on avait acheté (chez Ikea) à l’époque où Pépé venait d’acquérir son ordinateur accompagnée de sa big tour de compétition (Monsieur est un gamer). Mais ça ne me convenait pas. Pour bloguer, j’avais besoin d’un bureau rien qu’à moi. Un espace où je puisse laisser mon ordi, mes carnets de notes et mon petit gourbi. 

J’ai récupéré l’immense plateau de notre table basse (ikéa aussi, non ce billet n'est pas sponsorisé) qui prenait définitivement trop de place dans le salon, je l’ai repeint puis l’ai tout simplement posé sur des tréteaux d’architecte trouvés sur le bon coin (qui venaient aussi de chez Ikea à la base, certes). Un montage facile et rapide pour un max d’effets, j’étais plutôt fière de moi.

Sauf qu’aujourd’hui, je ne peux rien poser sur ce bureau sans que ça ne fasse de traces ou que la peinture ne se fasse la malle. Faut dire aussi que le vernis récupéré de derrière les fagots devait être périmé. Qu’à cela ne tienne, ce week-end je vais me faire une nouvelle session peinture, j’ai même investi dans un verni marin, on verra bien ce que ça donne. Pour ce qui est de la compo de l'un et de l'autre, je n'ai même pas préféré vérifier...

Reste le problème de la chaise. Clairement, on se partage une chaise à roulettes pour deux qui avouons-le, fait un peu tâche avec mon bureau bohème. Je ne sais pas trop sur quel type de siège jeter mon dévolu par peur de me retrouver avec quelque chose qui me casse le dos. Stand by donc. Si tu as des idées et autres recommandations…

Lâcher-prise sur la table basse

Du coup, on s’est retrouvés sans table basse. J’ai eu envie d'un assortiment. Des gigognes. Deux, pour être précise. Rondes, tripodes, aux pieds fuselés. Bien entendu, Maison du Monde propose pile poil ce genre de produit, qui plus est, dans des couleurs qui pourraient me convenir, mais. Déco éco-responsable oblige, tu auras compris qu’acheter du neuf n’était pas dans les plans et mettre 100 euros dans de la table basse encore moins, faut pas pousser.

Miser sur l’achat d’occasion quand tu as une idée bien précise en tête peut s’avérer être le parcours du combattant… La couleur ne faisait pas partie des critères certes, au pire, la peinture ça existe. Entre le Bon Coin et le dépôt vente, je n’en ai jamais trouvé. Et c’est pas faut d’avoir essayé. C’est le genre de truc où tu te rencardes tous les jours pour voir si des annonces supplémentaires ont été mises en ligne. Il faut être réactif. C’est un peu stressant mine de rien. J’aurais pu attendre la saison des brocantes et chiner de-ci de-là. Ca aurait pu aussi se solder par du dépareillé tu me diras, ça peut donner un style. Sauf que je n’ai aucune confiance en mes compétences d’assortiment…

Puis on a pensé à réaliser cet ensemble de tables nous même. On avait des planches, de quoi les découper, restait les pieds qu'il n’aurait pas été bien compliqué de fixer. Les pieds. Tant qu'à faire, autant les acheter d'occas eux aussi. Là encore, peanuts. Et acheter 6 pieds neufs chez Leroy Merlin nous aurait coûté encore plus cher que l’ensemble de tables proposées par Maison du Monde… Autre problème, découper des planches en forme de cercle, quand t’es pas un pro, c’est peine perdue. 

Un temps, j’ai pensé me tourner vers ces entreprise qui proposent des meubles surcyclés comme Gentlemen Designers, basé non loin de chez moi. Leurs produits sont juste à tomber, et tu as même la possibilité d’opter pour du sur-mesure. Mais je ne te parle pas des prix, certes justifiés, qui ne cadrent malheureusement pas vraiment avec le contenu de mon porte-monnaie...

Bref, ça fait six mois que je me retourne le cerveau avec cette histoire de table basse. Six mois que je ne sais plus par quel bout prendre ça (six mois qu’on a plus de table basse). J’ai fini par lâcher prise et j’ai commandé un set de provenance inconnu par le biais d’une vente privée sur Internet qui devrait logiquement arrivé la semaine prochaine. Bravo Youpi Tralala.

La connerie du canapé

On a remplacé notre canapé d’angle défoncé par un Gautier made in France accompagné de son fauteuil qui avouons-le, nous a coûté 3 bras. Je te passe l’épisode du « on veut une canap bleu canard mais on trouve pas, alors on se rabat sur un modèle d’expo en solde couleur taupe ».

L’idée était de gagner de la place, les meubles en notre possession sont trop mastoc par rapport aux pièces.  Une fois livrés, on s’est retrouvés avec un monstre de fauteuil sur lequel il est assez facile d’y stocker deux paires de fesses. C’est bien simple, quand tu arrives dans la pièce, tu ne vois que ça ! Résultat, notre porte-fenêtre est quasiment condamnée, on ne peut plus l’ouvrir sans devoir déplacer ce fichu fauteuil, et il m’est désormais impossible d’admirer mon chat prendre ses bains de soleil sur le balcon. Sans compter la mini perte de luminosité qui va avec, oui Madame, c’est à ce point. Dégoûtée. On a appelé pour le renvoyer, impossible.

Pour une fois qu’on achetait sur catalogue, eh bien on ne m’y reprendra plus ! Pas pour un si gros investissement en tout cas. Les trois premiers jours, j’oscillais entre la déception du rendu et la joie d’avoir enfin des assises confortables de qualité (quelle joie de s’y vautrer je te raconte pas). Puis, on a fini par déplacer quelques meubles, pour aérer un peu l’espace. Non sans culpabiliser, on a même viré l’un des deux arbres du chat… Puis je m’y suis faite. Que veux-tu, je sais que ces meubles tiendront des années et peut être qu’un jour, il feront fureur dans notre future palace à la campagne ? Rendez-vous dans quelques décennies… 

Le problème des coussins

On attendait d’avoir le canapé pour s’occuper de la déco du salon. Dans la ligne de mire, des coussins bleu canard (à défaut d’avoir un canap de cette couleur) et jaune moutarde avec rideaux assortis. 

Des coussins, on en a à la pelle. Inutile d’en racheter, donc. Sauf que. Je me suis vite rendue compte que trouver des housses seules, sans les coussins qui vont avec, est compliqué ! L’achat sur le web était proscrit. Non seulement c’est pas écolo (quoi la table basse ?), mais en plus, j’avais peur que les couleurs des photos ne reflètent pas l’exactitude de la chose. Et même quand je trouvais un modèle estampillé couleur « canard » ou « moutarde », soit c’était pas vegan, soit c’était made in Babel Wad. 

Au bout du rouleau, j’ai écumé une grande partie des magasins de Strasbourg, sans succès. Rien non plus en occasion. Faire un tour chez Toto Tissu, apprendre à coudre en 2-2 n’était pas franchement dans les projets. La couture ne s’improvise pas, j’ai pas le matos puis je crois que ça ne m’intéresse pas plus que ça.

Entre temps, je me suis mise au macramé, j’adore cette activité. Du coup, j’ai eu l’idée de réaliser des housses en utilisant cette technique. Même si je n’ai trouvé aucun tuto, je pourrais y aller à l’arrache, je pense que j’ai assez de connaissances maintenant pour réussir à faire quelque chose de potable. Mais… Impossible de trouver des cordons de coton aux couleurs désirées. J’en ai bien trouvé sur Etsy, mais ça coûte un bras, et pour ce type d’ouvrage, il en faut des mètres de fil ! Retour case départ, et pas de solution.

Puis Virginie est arrivée. Une mignonne lectrice qui m’a partagé sa façon de consommer au travers d’un commentaire. Elle m’expliquait qu’elle crochetait elle-même de quoi avoir bien chaud l’hiver et qu’elle allait bientôt se mettre aux éléments de déco type plaids et coussins. Autant te dire que ça a fait tilt là-haut ! Elle a même eu la gentillesse de m’envoyer des tutos par mail, que j’ai compulsé avec acharnement, ce qui s’est soldé par une envie viscérale de m’y mettre moi aussi. Le crochet après tout, c’est un peu comme le macramé : une succession de nœuds.

Je n’avais pas 10 ans quand ma Grand-mère m’a appris à faire des chaînettes au crochet. A l’époque, cette activité n’avait pas dû me transcender plus que ça, vu que je n’ai pas continué. Aujourd’hui, je donnerais n’importe quoi pour qu’elle m’enseigne tout son savoir. Elle savait faire de ces trucs… Depuis que je consulte des ressources sur le sujet, j’en viens à me dire que lorsque tu maîtrises cette technique, t’es le roi du monde. Tu peux faire à peu près tout et n’importe quoi, qu’il s’agisse de fringues, d’accessoires ou d’éléments de déco. 

Qu’à cela ne tienne, à l’heure où j’écris ces lignes, je me suis procurée pas plus tard qu’hier un crochet et du fil de coton (bleu canard of course). Mais après avoir vu le Cash Investigation au sujet du coton le soir même, je me dis que finalement, le problème reste entier… 

C’est dans ces moments où je trouve compliqué de faire des choix justes. Une chose est sûre, les housses de coussins ne sont pas prêtes d’être faites. Au point où nous en sommes…

Mauvais choix sur les rideaux

Je l’ai dit, me mettre à la couture n’est pas dans les plans. Sans surprise, je n’ai pas trouvé de rideaux bleu canard via l’achat d’occasion. Trouver du bleu canard tout court a d’ailleurs été un peu compliqué. Moi qui pensait que cette couleur était à la mode, je dois encore avoir 3 métros de retard.

J’ai fini par en trouver chez Leroy Merlin… J’ai regardé la compo pour m’assurer de leur véganité, mais ne me suis pas attarder sur la provenance. J’avoue que cette succession de prises de chou commençait à me taper sur les nerfs.

La fierté d’avoir enfin trouvé des rideaux bleus canards a été de courte durée. Le fait est que ces pans de tissus assombrissent quelque peu la pièce. A contre jour, tu ne vois pas du bleu canard mais d’immenses masses noires. Dommage. Je vais dès demain essayer de les échanger pour miser sur un bleu plus clair ou du jaune moutarde, à voir. Quand t’es pas douée, t’es pas douée. 

Tout ça pour dire que

Depuis que je tente de consommer responsable, je m’étais surtout penchée sur les cosmétiques et l’alimentation sans me soucier du reste. Aujourd’hui, me confronter à la déco éco-responsable me fait dire que c’est beaucoup moins facile qu’il n’y parait… Surtout quand tu ne sais pas trop bricoler et que tu n’as pas forcément le matos approprié. Et trouver des produits sur le marché qui répondent pour le mieux à tous mes critères est visiblement impossible.
Je dois faire des concessions. Oui, mais lesquelles ? J'en suis à un stade où je ne sais pas si je préfère privilégier la provenance d'un produit (encore faut-il qu'il soit traçable), les matières ou les méthodes de fabrication...

Si tu souhaites suivre mes pérégrinations en matière de déco éco-responsable, n'hésite pas à me le faire savoir, peut-être que ce billet sonnera le début d’une nouvelle catégorie sur le blog après tout ? En attendant, je tenterai de te partager mes avancées sur Instagram tiens (qu'on se le dise, j'ai encore des trucs sous le coude à te raconter).

Pour l’heure, je serais curieuse de savoir si toi aussi tu as rencontré les même difficultés, et si oui, comment tu t’y es prise au juste ? N’hésite pas à partager tes tuyaux, je suis en quête !

Commentaires

cécile

Bonjour,
Je me retrouve un peu dans ton article. Je vois sur les blogs des déco eco-responsable, mais une fois que je consulte les tarifs, je ralentis.
Airs j’ai pris le parti de me dire, on ne peut pas tout réunir en un seul objet: du local, de l’écologique, de l’éthique, et… Donc je me fixe une réglé: j’essaye e suivre au moins un des critères.
J’achète beaucoup d’occasion, pour le neuf, je privilégie le made in France, et si possible les petites entreprises. Pour la papeterie, j’ai opté pour le recyclé, soit par moi même en DIY, soit par une petite entreprie française familiale qui fait beaucoup de création en papier recyclé : maki papier. Sinon, c’est que made in France , pour mon buja, le précédent ( j’ai craqué pour le lechturum,maispas français), j’en ai vu un chez quovadis , pas mal, ça sera mon prochain.
On vient d’emménager ( il y a 3 mois), dans une maison, j’ai meublé, et équipé par la camif ( MIF, et responsable ).
Bref, il faut être raisonnable, et vouloir tout rassembler en un produit c’est parfois impossible, alors , il faut se dire qu’on respecte au moins un ou deux critères.

Mémé

Coucou Cécile,

Oui, c’est aussi la conclusion que j’en ai tiré au final. Il faut savoir lâcher du mou sur certains points, et éviter de trop cumuler de manière générale de toute façon.
Merci pour ton retour ! (j’ai aussi craqué pour le lechturum… Faut dire qu’il est super cool :/ )

Mam Ounette

Coucou Mémé !
Alors chez moi j’essaie de m’orienter sur des produits français, comme le canapé ou la table de salon, sinon j’avoue que je suis du style à foncer chez Gifi lorsque j’ai besoin (ou pas 😉 de quelque chose!
Sinon lorsque je me promène ou visite j’aime bien glaner des idées. C’est comme ça que lors d’un dîner au restaurant j’ai adoré l’expo d’une artiste
https://lecheverny.fr/wp-content/uploads/2017/12/IMG_4400-e1515068346545-804×1024.jpg

J’ai donc eu l’idée de refaire « à la façon de » pour décorer la crèche où je bosse, avec des matériaux tels que le roseau, le bambou, la pâte à sel, des fleurs séchées…… et j’avoue que le rendu est plutôt sympa !!!!
Voilà, j’espère que tu arriveras à trouver des idées, mais il est vrai que le tout écolo, c’est pas facile
A bientôt de te lire!!

Mémé

Merci pour ce partage Mam ! C’est très joli et inspirant effectivement 🙂
Des idées déco, j’en ai plein, à faire au crochet, en macramé, mais tout ça prend du temps, disons qu’il ne faut pas être pressé lol.
Belle semaine !

Sophie

Super article ! Je me reconnais tout à fait dans ce portrait ^^ on en parle du canap repéré sur le bon coin mais qui rentre pas dans la voiture (ni dans l’ascenseur), les housses de coussins jamais dans la bonne taille ni la bonne couleur et les divergences d’opinion sur la forme de la table basse ? j’ai laissé tombé, on verra quand on déménagera…

Mémé

LOL, au moins tu as trouvé une solution « laisser tomber », tu m’as tellement fait rire ! Clair qu’à ce rythme, c’est le festival de dépareillé hein. Arf, pas évident la vie d’écolo j’veux dire 😉
Egoïstement, je me sens un peu moins seule ^^.

GEOFFROY Sylvie

Je rejoins complètement les commentaires précédents. Consommer 100% ecolo/vegan est impossible et ne doit pas pas devenir une source de stress………. surtout si l’on souhaite se créer une déco intérieure agréable et zen.
Il me semble qu’il faut privilégier le style de déco dans laquelle on se sentira bien, ensuite essayer d’y parvenir, autant que faire se peut en consommant responsable……. mais sans prise de tête………… car le résultat serait inverse à celui recherché qui est celui de son bien être.
pour ce qui est du big-fauteuil…………. essaye d’inverser la dispo et de le caser à droite, en entrant dans la pièce ; le canapé à la place de la TV et vice versa…………. la première chose que l’on verra en entrant, c’est ton beau canapé………… bien plus joli qu’une TV………….. reste à trouver une solution pour les branchements de la tv. ………… « çà circulera bien mieux » ………… çà ne te coutera que quelques minutes pour essayer…….. bon courage

Mémé

Coucou ! On y a pensé, mais on ne peut techniquement pas déplacer la télé à cause des branchements qui se situent en réalité dans la pièce à côté (il y a un trou dans le mur derrière l’arbre de Pichu). Et avoir des fils qui courent le long des murs… Bof bof…

Virginie

Coucou Mémé,
D’abord merci pour ce joli clin d’oeil 🙂
Je confirme aussi que la déco écolo s’est vraiment galère. On ne peut pas avoir un contrôle sur toute la chaîne production/fabrication d’un objet, accessoire ou meuble……. même si on préfèrerait !
Alors moi je privilégie l’occasion, le made in france, le local et évidemment l’écologique. Le prix fait également parti de mes critères d’achat. J’ai tel budget pour tel achat et puis voilà. Je pense qu’il est beaucoup plus facile d’avoir un esprit global écologique en cosmétique et en alimentation qu’en déco alors je ne me prends plus la tête et j’essaie de faire au mieux en sachant que dans d’autres domaine je ferai certainement mieux (alimentaion et cosméto). Côté coton je partage ton point de vue évidemment mais j’essaie de privilégier les entreprises françaises pour me procurer mes pelotes. J’aime trop crocheter et faire des cadeaux à mon entourage alors……..
Nous aussi on n’a pas réussi a trouver une table basse qui nous convenait alors on a opté pour l’achat d’occasion sur Leboncoin d’une table-coffre. C’est facilement logeable et en plus on peut y ranger verres et tout se qui va bien pour l’apéro! 🙂 Voilou, belle journée.

Mémé

Coucou Virginie !

Tu as bien résumé la chose, il y a des domaines où consommer « éthique » est plus facile que dans d’autres… Je le découvre seulement maintenant. Je ne suis pas une grande consommatrice de base. A part les denrées, je n’achète pas grand chose finalement, c’est pourquoi je ne m’étais jamais encore confronté à d’autres aspects autres que la cosméto et la bouffe ^^.
Pour le coton, pour l’instant, Phildar est mon nouveau QG. Je suis allée au plus « simple », bien que nous avons pas mal de petites merceries indépendantes sur Strasbourg. Il faudrait que je creuse le sujet davantage pour voir ce que propose les autres. Quand tu parles de petites entreprises françaises, tu fais référence à qui par exemple ? Tu achètes en ligne ce genre de chose ?

Virginie

Coucou Mémé,

Oui pour le coton j’ai trouvé le site: lapeloteparisienne où tu peux acheter en ligne. J’aime bien aussi la marque française Bergère de France, je trouve des pelotes dans ma petite mercerie mais ils ont aussi un site internet si tu n’en trouves pas par chez toi, ou bien il y en a chez Cultura.
Et puis le coton avec lequel j’ai commencé c’est Natura Coton de chez DMC (il est produit de façon responsable sans produits nocifs pour la santé, c’est plutôt pas mal !!!) j’en trouve chez Cultura mais on peut aussi en commander via leur site. Pour commencer le crochet il est super agréable je te le conseille !!!.
Alors il est vrai qu’à la base j’aime bien voir de mes propres yeux la couleur et toucher le coton ou la laine pour me rendre mieux compte du rendu possible donc je préfère toujours acheter en boutique mais si il n’y a pas ce que je cherche et que je ne le trouve pas sur le net, ben, je commande quoi!
Voilà après il faut crocheter avec tous pour comparer et voir les marques qu’on préfère personnellement, mais bon, moi je sélectionne plutôt selon la couleur que je souhaite 🙂

J’espère que ça t’aidera dans tes recherches…..A bientôt!

Mémé

Merci pour ces tuyaux !
Je crois qu’il y a une boutique Bergère de France à Strasbourg, j’irai faire un tour pour mes prochains travaux. Mais je pense que tu as raison, il faut que je teste plusieurs marques pour me rendre compte ! Je crois que j’ai déjà entendu parlé de Natura Coton, pareil, il faut que je regarde plus précisément de quoi il retourne exactement…
En attendant, je dois terminer ma housse de coussin, qui avouons-le, n’avance pas des masses ces temps-ci. En fait, une fois que je maitrise bien le modèle et les gestes, ça m’ennuie lol… J’ai déjà envie de commencer d’autres ouvrages, mais je me freine. Il faut d’abord que je termine ce que j’ai commencé sinon je vais me retrouver avec 36 trucs en attente. Un bon moyen de travailler ma patience cette histoire !

Manikrak

Hello !
Merci pour ton article ! Je me sens moins seule !
J’avais déjà des problèmes avec le « certes bio mais suremballé » vs « zero déchets mais pas bio ou pas frenchy ». Je te rejoins également sur la déco responsable. J’ai la chance de savoir coudre (des trucs simples hein) mais le problème est le même : provenance des tissus et produits colorants pas toujours indiqués/connus… Je suis totalement fan de crochet depuis 4 ans (amigurumi surtout) et suis en train de me faire des lingettes pour mon balai Swiffer mais vu le reportage en lien dans ton article on retombe toujours sur les mêmes soucis (j’avoue… Je ne m’étais même pas posé la question !!!).
Bref… Tout ça pour dire : comme je te comprends et comme beaucoup, je m’adapte en laissant un critère de côté (hélas !). Courage mémé ! Courage ! Continuons le combat !

Mémé

Coucou ! Merci pour ton message. Vu les retours, je me rends compte qu’il n’y a pas vraiment de solutions, à part mettre des critères de côté comme tu l’évoques. En publiant cet article, j’avais un peu l’espoir d’être passée à côté de quelque chose qui m’aurait échappé, visiblement, on a toutes plus ou moins les même interrogations ! Des que tu penses trouver une solution, un autre « problème » apparait. Autant s’y faire :/ Et faire au mieux ^^.

Didou

Bonjour Mémé,

Personnellement, suite à une formation sur la lutte contre la sédentarité avec l’institut Pasteur, j’ai remplacé ma chaise de bureau par un ballon de fitness!
D’une part, c’est meilleur pour la santé: être assis sur le ballon permet d’avoir une posture physiologique optimum, cela relance la circulation sanguine et fait travailler en douceur les muscles du dos et les abdos puisque le corps réajuste sa position en continue. D’autre part, il y a aussi une amélioration de la capacité de concentration: parce que le cerveau n’a pas a se mobiliser pour maintenir une posture « artificielle » imposée par la chaise et parce que le mouvement permet d’avoir accès plus facilement à sa mémoire kinesthésique…
Côté pratique: une fois mon ballon rangé sous mon bureau, il prend moins de place qu’une chaise roulante (mais l’encombrement est supérieur quand je m’assois). Et je ne retrouve pas mes chats sur le ballon quand je veux m’y assoir… C’est toujours un crève coeur de devoir déménager ces petite bêtes! Autre avantage: il résiste très bien aux coups de griffes!
Si je reprend tes critères, je dirai que le ballon s’en sort pas mal: c’est carrément possible d’en trouver un de seconde main, le prix est imbattable et bien que le matériel ne soit pas naturel je pense qu’il nécessite moins de matière qu’une chaise de bureau à roulette…
Et pour améliorer le côté esthétique, je lui ferai une housse de tissus…

Mémé

Coucou Didou,

Merci pour ton message. J’avoue que de la façon dont tu en parles c’est plutôt tentant… D’autant plus que j’ai justement des soucis de dos dû à de mauvaises postures. Toujours un pied sous une fesse, quand je ne suis pas carrément accroupie sur ma chaise…. C’est la cata. J’avoue avoir un peu peur d’investir dans un ballon car je sais pas s’il sera assez haut pour mon bureau. Et le fait de ne pas pouvoir m’adosser me fait un peu flipper. Parfois, je me force à rester droite, et je ne suis pas à l’aise, j’ai également des douleurs… Il faudrait que je puisse tester la chose avant d’investir. Mais en tout cas, ça reste une bonne piste que je vais sans doute creuser…

Merci beaucoup !

Audrey

Hello ! 🙂
je vois que tu as aussi rencontré pas mal de dilemme et soucis !
j’ai eu pas mal de débats de conscience aussi depuis qu’on a déménagé de l’apart en maison… on avait déjà pas mal de choses mais ya toujours des trucs qui manquent, et j’ai constaté avec horreur le nombre de déchets d’emballages et autres s’entasser à la maison. Tout est emballé/suremballé c’est impressionnant !
Alors oui j’ai fait des concessions sur le zéro déchet, le produit local… en essayant d’avoir au moins un des critères de rempli, ou en me disant qu’on investissait dans qch qui durerait : bahut, table et chaises de Crozatier – certes pas donné mais qui devrait durer un moment ! et en regardant les matières, en évitant le plastique (j’ai trouvé un range couvert en bambou, un écumoire en métal …).
Des petites victoires comme avoir cousu des serviettes en tissus pour réduire/limiter l’essuie tout et les serviettes en papier, etc.
Pour les housses de coussin, je vais sûrement utiliser les longueurs des rideaux des chambres (que j’ai coupé car trop longs) pour en coudre et voir ce que ça donne. Après le problème reste l’origine du coton, pas toujours évident… pour mes prochains achats de tissu je vais voir pour prendre du Oeko-Tex. Le problème étant que je n’avais pas trouvé mon bonheur dans les magasins de tissus proches de chez moi ; j’avais commandé sur Etsy la dernière fois..
Après l’achat d’occasion on n’a pas encore passé le pas, pas faute d’avoir regardé pourtant mais jamais rien ne nous plait…
En bref, faut trouver des compromis !

Mémé

Salut Audrey,

De ce que je comprends, tu arrives à la même conclusion que moi : le compromis. C’est un truc sur lequel je travaille encore car par moment, je ne sais pas ce qu’il est préférable de privilégier ou non. « Ce qui est le moins pire ».
Et pour ce qui est de l’achat d’occasion, j’ai le même soucis. Je crois qu’il faut prendre ce qui vient sans avoir d’idée bien précise de ce qu’on cherche. L’art et la manière de se retrouver avec du dépareillé ^^.

Merci beaucoup pour ton témoignage en tout cas ^^.

L-AD

Tu m’as fait tellement rire avec ton article.
C’est vrai que c’est vraiment galère de faire une déco « responsable ».
Et sinon pour info, j’ai pensé à toi au boulot, Alinéa va bien tôt sortir des abat-jour en tissus bleu canard XD, la provenance du matériau je sais pas mais c’est assemblé main en Drôme 😉 .

Mémé

Ah oui ? LOL, manque de bol, je n’ai point besoin d’abat-jour. Je suis toujours sur mes histoires de housses de coussins au crochet, et je dois dire que ça n’avance pas beaucoup lol. Pas prête de l’avoir ma déco. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *