3 objets écolo qui ne m’ont pas convaincue

Des objets écolo, j'en ai testé pas mal. Certains font désormais partie intégrante de mon quotidien, d'autres ont été abandonnés en cours de route et en ce qui concerne les derniers, je n'ai même pas pris la peine de les tester tant je juge le concept inutile.

Depuis que Béa Johnson a sorti son livre, le zéro déchet déchaîne les passions. Une excellente chose à priori, mais qui à mon sens à vu naitre quelques travers. Certains se sont emparés du phénomène pour concevoir et vendre des produits alternatifs aux habitudes de consommation traditionnelles. Je salue ces projets qui ne peuvent que faire avancer les choses, mais l'écolo-relou que je suis aime à croire que dans certains cas, ces objets écolo restent de simples gadgets accessoires dont on pourrait très bien se passer.

Ma pensée sur le sujet rejoint pas mal celle que j'évoquais dans mon billet "non, fabriquer ses cosmétiques n'est pas compliqué !", où j'expliquais que le risque quand on débute était de vouloir à tous prix reproduire les produits de beauté du marché (odeur, toucher, texture, aspect) et de se retrouver inévitablement avec des ingrédients complètement inutiles et superflus. 

Je crois que tout dépend de où on met le curseur. Je l'ai dis dans le billet : "mon questionnement d'une consommation responsable", quand je cherche à minimiser mes impacts sur l'environnement, je regarde en premier lieu si je ne peux pas tout bêtement me passer de l'habitude en question. Mon but, éviter de racheter un gadget supplémentaire, qui encombrera mon antre et qui nécessitera de l'entretien. Depuis quelques mois, je cherche à simplifier ma vie au maximum, en avoir le moins possible sans pour autant renoncer à mon petit confort.

objets écolo

3 objets écolo qui ne m'ont pas convaincue

Les disques démaquillants réutilisables

Navrée pour les adeptes, mais les disques réutilisables figurent au premier rang de ces objets écolo que je trouve on ne peut plus inutiles. Ils illustrent parfaitement la tendance qui est de calquer sur le mode de consommation conventionnel
A l'époque où j'utilisais des cosmétiques traditionnels, j'optais par la même occasion pour des disques de coton jetables. Ils faisaient partie intégrante de mon quotidien, tant pour me démaquiller que pour m'appliquer des lotions sur le visage.
Quand je suis passée à une routine basée sur des produits naturels et bruts, je les ai tout bonnement abandonnés. Non pas pour l'aspect environnemental, vu qu'à l'époque, je ne me sentais pas encore spécialement concernée par la chose, mais parce que je n'en avais plus besoin. J'ai appris à me démaquiller à l'huile végétale avec mes doigts, et à appliquer mes lotions (les eaux florales en l'occurrence) directement sur mon visage à l'aide de flacon spray. Des gestes que j'ai adoptés assez facilement et pour lesquels je ne voyais que des avantages.
En ce qui concerne mon petit confort personnel d'abord, je trouve que se démaquiller directement avec les doigts est plus doux, minimise les effets de frottements, et permet au passage de s'octroyer un petit massage facial non négligeable. L'application des lotions par vaporisation quant à elle, tonifie davantage, le geste en lui-même est super agréable. A côté de ça, moins de perte de produit, inévitable quand tu imbibes quel coton que ce soit. Pas de déchet lié aux cotons jetables, pas d'investissement ni d'entretien lié aux réutilisables, pas de stockage, bref pas de prise de tête !

L'oriculi

J'ai également eu l'occasion de tester ce fameux "cure-oreilles", alternative au coton-tige, qui avouons-le franchement, cause pas mal de dégâts pour la planète rapport à ces gens qui préfèrent les balancer aux chiottes pour s'en débarrasser. Fait de matière durable (bambou, boix, inox) donc réutilisable, le cas échéant compostable, l'oriculi fait partie de ces objets écolo ingénieux. Je t'en avais d'ailleurs vanté les mérites dans mon article "Comment se nettoyer les oreilles naturellement ?", mais je dois dire que j'ai fait machine arrière depuis.
Malgré des gestes ont ne peut plus délicats, je me suis rendue à l'évidence que de se racler l'escargot à sec avec un morceau de bambou n'était pas si agréable que ça. C'est dur, ça fait mal et ça irrite dans certains cas ! 
Méthode à l'ancienne oblige, et au risque de passer pour la dégeulasse de service, j'utilise un cure-oreilles intégré : mon petit doigt. A la réflexion, s'il s'appelle "auriculaire" celui-là, ce n'est peut-être pas pour rien ? Je l'utilise au même titre qu'un oriculi, et ce, sous la douche, en principe quand je me lave les cheveux, lors du rinçage. Il fait le job, l'entretien est facile, et l'avantage est de toujours l'avoir à portée de main. 

objets écolo

Le tawashi

C'est une alternative à l'éponge. On peut en acheter ou en réaliser soi-même à l'aide de chutes de tissus en coton. Alors pour le coup, j'avoue ne pas pouvoir me passer de ce type d'objet en soi. Sans pour autant avoir tenté l'expérience, je ne suis pas certaine que laver ma vaisselle avec le plat de la main ou récurer les commodités avec mes ongles, soient un bon plan.
J'ai fabriqué trois tawashis avec d'anciennes chaussettes trouées ayant appartenue à Pépé et un vieux drap récupéré de derrière les fagots. J'étais plutôt fière de mon coup. J'avais recyclé des morceaux de tissus dont je ne savais que faire, ils avaient plutôt une bonne tête, semblaient résistants et surtout, j'avais réussi à faire ça sans passer par la fastidieuse étape qui consiste à fabriquer un métier à tisser (si un tuto t'intéresse, fais-le moi savoir).
Cependant, l'utilisation même a été une véritable déception. Disons que pour nettoyer des petits trucs pas trop cra-cra et éponger ça passe. Mais dès qu'on fait face à des dépôts récalcitrants qui nécessitent d'être "grattés", c'est peine perdue. Pour palier à ça, les adeptes utilisent de la poudre d'oeufs. Manque de bol, nous n'en consommons pas. Autre problème, dû peut-être à la façon dont je les ai tissés, ils ne sèchent pas très bien, ce qui dégage à la longue de l'odeur nauséabonde de toute beauté...

Du coup, pour la vaisselle, le préposé Pépé a adopté le louffa. Une éponge végétale compostable et "très économique" nous précise l'intéressé puisqu'une seule pompe de produit vaisselle suffit pour chaque séance de plonge. Pour la salle de bain et les sanitaires (ça c'est ma partie), je continue pour le moment d'utiliser la bonne vieille éponge, faite en matériaux recyclés certes, mais qui finira de toute façon à la poubelle. Qu'on se le dise, quand tu as l'habitude d'utiliser des poudres de plantes et autres argiles, mieux vaut avoir quelque chose de costaud pour récurer ta baignoire après utilisation. 
Cela dit, j'ai peut-être trouvé une autre alternative. Il faut juste que je prenne le temps de la fabriquer et de la tester. Si ça vaut le coup, je reviendrais bien entendu t'en parler !

Si pour toi l'un de ces trois objets écolo fait partie de ton quotidien et que tu en es satisfaite, n'hésite pas à nous dire pourquoi ! A contrario, si toi aussi tu trouves que certains gadgets estampillés "zéro déchet" sont finalement superflus et inutiles, exprime-toi !

La Bise

Marie 

objets écolo

Commentaires

Nanou

Je n’ai pas été hyper convaincue par la Tawashi non plus ^^ mais je crois qu’on en fait une mauvaise utilisation 🙂 J’ai lu que c’était très bien pour la poussière sur les écrans par exemple. J’ai toujours les miens que je lave très souvent et laisse en permanence « pendu », ils sèchent plutôt bien.
Du coup j’ai adopté une brosse en bois avec un long manche avec tête interchangeable pour la vaisselle et une éponge lavable achetée dans un magasin en vrac. (à bien faire sécher et à laver à la machine). défaut? même en l’essorant bien, elle laisse pas mal d’eau sur les surfaces donc je passe un coup de chiffon ensuite.

> disques lavables : Je pense que ça dépend des routines. Mais je suis surprise qu’avec la tienne tu n’ai pas besoin de disques lavables (tu enlèves comment le surplus?). Moi c’est presque pareil mais c’est du liniment, donc comme pour l’huile, j’enlève le surplus au coton + psicht d’eau florale (avec enlevage du surplus au coton). Je vois mal comment faire sans? Je n’en utilisais pas quand je lavais mon visage avec un gant micro-fibre ou juste du savon mais avec le liniment, ils sont de retour.

> Oriculi. haha tu as celui de Lamazuna? Je me suis pas trop cassée la tête : je suis allée à la pharmacie et j’ai demandé un « cure-oreille ». C’est en inox et je pense donc que c’est plus doux 🙂 Et je le fais toujours après la douche donc oreille toute humide. Du coup, j’ai eu aucun souci de mon côté.

En tout cas de mon côté, ces 3 objets ne me choquent pas et je trouve qu’ils ont toute leur place.
Pour moi, l’objet « gadget » de ouf c’est les pailles en inox. Ben je peux boire sans paille non? ^^ Il suffit juste de demander sa boisson sans paille au bar. Et sinon, à la maison je ne bois jamais à la paille. Enfin je comprends l’idée de proposer une alternative mais clairement, c’est du pur gadget pour moi. Mais je suis team #sansenfant donc je peux comprendre les parents qui en achètent pour leurs enfants.

Je suis sur que j’aurais d’autres exemples mais là de suite ça me vient pas en tête !

Bonne journée 😀

Mémé

Salut Nanou,

Oui, sans doute qu’on en fait une mauvaise utilisation de ce tawashi mais pourquoi donc bon nombre de ressources arguent le fait que ce truc est génial pour la vaisselle ? On a aussi la brosse dont tu parles, pas convaincue non plus, du coup je m’en sers pour nettoyer mes légumes lol…

Pour en revenir aux disques, je vaporise mon visage et je laisse sécher le temps de me brosser les dents par exemple. Donc je n’enlève pas de « surplus », il n’y en a pas ^^ ou alors il s’évapore de lui-même.

En ce qui concerne la paille en inox, je suis de ton avis à 100%… J’ai bien failli l’ajouté à cette liste puis je me suis ravisée. On a eu un grand débat avec Pépé là-dessus. Il me soutient que certaines boissons se boivent à la paille, type cocktails. Perso, c’est pas le genre de truc que je bois, et encore moins chez moi. Comme je n’y connais rien, je laisse planer le doute, à la rigueur… Mais clair que ceux qui en vantent les mérites pour boire des jus de fruits et autres smoothies me font doucement rire… ^^

Si tu as d’autres exemples d’objets inutiles qui te viennent en tête, n’hésite pas à revenir par là hein, ça m’intéresse ^^.

Juliette

Pour les tawashi j’avais testé avec les leggings troués de mes filles et je n’ai pas été convaincue, j’en ai refait avec des vieux bas épais, c’est nettement mieux et ça sèche vite donc pas de mauvaises odeurs. Et ma grande a appris à tisser …

Mémé

Je n’ai pas tenté la tawashi avec des bas, mais j’ai des vieux collants qui pourraient faire le boulot je pense. La matière me parait un peu rugueuse par rapport au coton, du coup question : est-ce que ça gartouille bien ?

Juliette

J’utilise aussi des debarbouillettes lavables, avec des vieilles chemises aux cols troués et de l’éponge (recup et un petit morceau acheté) j’ai pu faire la taille qui me convenait pour un prix vraiment riquiqui utilisation : les p’tites fesses des bébés, le visages et les mains pour les grands et les petits, et ca sèche plus vite que les gants de toilette.
Ce qui me dérange pour certaines choses estampillées zéro dechets c’est finalement la consommation … Ou surconsommation ? On cherche à s’équiper ZD ok mais pourquoi ne pas trouver chez soi ce qui peut faire l’affaire. Je suis convaincue des lingettes mais pas du tout de l’essuie tout que je n’ai pas encore testé. Soit j’utilise une lavette soit,pour ce qui est vraiment gras, de l’essuie tout « eco » ( 2 rouleaux par an)

Mémé

Salut Juliette !

C’est exactement ça, ces objets nous amènent finalement à consommer davantage. Ces jolis sacs à vrac par exemple…. Qui n’a pas un vieux draps ou Tshirt pourris chez soi qui pourraient faire l’affaire ? Il faut savoir coudre, je l’accorde, mais je suis sure qu’avec quelques techniques de noeuds et de pliages ça serait possible sans. Faut que je bosse sur le sujet tiens… Perso, j’ai récupéré de vieilles taies d’oreiller. Super en guise de sacs à patates ! C’est loin d’être glam, mais je m’en tape un peu lol ^^.

« L’essuie-tout zéro déchet » est typiquement le genre de produit que je n’ai même pas envie d’essayer. Je n’y ai pas pensé mais j’aurais pu le mettre dans cette liste. Chez nous, les torchons ayant appartenus à ma grand-mère font très bien l’affaire, et nous servent également de serviettes de table par la même occasion. Faut dire qu’on a le stock !

Krystel

Bonjour Marie,
Je suis d’accord avec toi pour les disques lavables, je ne les utilise pas plus que ça au final. Dans ma routine, je démaquille à l’huile puis je lave au savon d’alep. Ensuite j’hydrate avec une petite crème. Et le matin je pschitt juste un peu d’hydrolat pour me réveiller puis j’hydrate à nouveau . Du coup j’utilise juste mes doigts ^^
L’oriculi je l’ai essayé mais pas adopté, je trouvais ça désagréable mais je vais tebter de faire comme Nanou et de l’utiliser juste après la douche.
Enfin les tawashi. Ma maman m’en a fait un en coton bio et un autre dans un tissu plus rêche pour mimer une gratounette. Les deux passent à la machine du coup aucun souci de mon côté. Je les utilise tous les jours depuis plus de 6 mois.
Je me permeys de te demander ton tuto pour en faire sans métier à tisser, ça m’éviterait d’embêter ma maman la prochaine fois 🙂

Bonne journée

Mémé

Coucou Krystel,

Merci beaucoup pour ton retour 🙂 Elle utilise quel tissu ta maman exactement stp ?

Pour le tuto, je vais voir si j’ai des chaussettes trouées en rab (ce qui ne devrait pas poser de problème rapport à la dernière lessive que j’ai étendu ce week-end, misère misère lol) et je prépare ça !!!

Carole

Bonjour Marie, je fais suite au post de Nanou concernant l’utilisation des disques lavables. Perso lorsque je me démaquille j’utilise l’équivalent d’une petite cuillère d’huile végétale que j’ai besoin de rincer puisqu’elle est remplie de mon maquillage (pas de fond de teint mais une poudre minérale, blush et mascara). Le gel moussant fait partie de mon alternative aux disques mais trop de rinçage à l’eau déshydrate ma peau. Dans tous les cas je ne vois pas comment ton huile peut disparaître après ta lotion 🙂

Mémé

Coucou Carole !

Pour répondre à ton interrogation, il y a une étape intermédiaire dans ma routine visage que je n’ai pas mentionné ici. Mais à la réflexion, ça peut effectivement prêté à confusion je te l’accorde !
Entre le démaquillage et la lotion, je me nettoie le visage avec ma mousse nettoyante que je rince, donc pas de résidus d’huile. Ça permet d’enlever les résidus de maquillage, même si avouons-le, je n’utilise rien mise à part du mascara. Et seulement ensuite, sur une peau propre et sèche j’applique mon eau florale au spray.

Pour ton histoire de déshydratation, es-tu certaine que ça vienne de l’eau elle-même et pas plutôt du calcaire ??? Utilises-tu un hydrolat pour finir ta routine (ça permet d’enlever les résidus de calcaire justement, ce truc m’a changé la vie).

Leroy

Moi aussi, j’ai fait consciencieusement mes tawashis, avec des bandes découpées dans un vieux haut de pyjama de mes enfants… j’avais planté des clous dans une planchette de bois pour faire mon métier à tisser… et à l’usage, j’ai aussi été déçue, pour les mêmes raisons que toit. Résultat, mes tawashis s’ennuient au fond du placard. Pour la vaisselle,j’utilise une brosse à vaisselle conventionnelle (la même depuis au moins 10 ans) et une éponge conventionnelle. Même pas honte, la fille.
Pour me démaquiller, je passe du lait sur mon visage avec les doigts en massant le visage, et je rince à l’eau en mettant de l’eau sur mon visage avec mes mains. Je préfère ça à l’usage des cotons (jetables ou non), je trouve que la peau est plus nette quand on rince le lait plutôt que d’enlever simplement le surplus avec un coton.
Quant aux oreilles… jamais essayé les auriculi, c’est coton-tige ou jet de la douche !
J’en profite pour revenir sur ton précédent article sur les mouchoirs en tissu : je suis un dinosaure, et je n’ai jamais cessé d’utiliser les mouchoirs en tissu. Cela n’a rien d’extraordinaire. Ceci dit, j’ai toujours un paquet de mouchoirs en papier dans mon sac.

Mémé

Coucou,

Tu as bien raison de ne pas avoir « honte », ce n’est pas la peine de se mettre la rate au court-bouillon non plus…
Pour ce qui est des mouchoirs, effectivement, ça n’a rien « d’extraordinaire » et on a rien inventé. Mais plus j’avance, plus je découvre des façons de consommer qui finalement se rapprochent de ceux d’autrefois que je n’ai pas connu. J’ai été élevé dans une société de consommation, je n’ai connu que ça. Donc je trouve toujours utile et interessant de le rappeler. Pas d’innovation, mais pas de régression non plus !

Audrey

Hello 🙂
Hé bien moi j’ai adopté le tawashi à la maison ! J’ai acheté le mien sur le site de mamie Colette, en maille tricoté je crois, du coup ça en fait une éponge dure qui permet de frotter pour nettoyer. Et avec un crochet qui permet de le suspendre. Bon monsieur n’est pas convaincue, mais moi je l’ai adopté^^ on a aussi une brosse pareille que Nanou, la brosse est remplaçable. Ainsi qu’une petite éponge en cuivre pour les casseroles adaptées et plats qui permet de bien frotter les résidus.
Pour les disques lavables, adoptés aussi, ça fait des années que j’en utilise ! Au début certes c’était pour arrêter de jeter des disques coton, et quand j’ai simplifié tout ça ils m’étaient utiles aussi vu que l’huile et le maquillage faut bien les enlever.. j’ai même convaincue ma mère ! Mais pas besoin d’en avoir quinze mille.
Pour l’oriculi, j’en ai un en inox que je trouve bien, même si je complète en nettoyant avec un mouchoir après car ça n’enlève pas tout. J’étais une grosse adepte des cotons tiges donc ça réduit les déchets quand même !
Sinon pas d’exemple là d’objets « écolo inutiles » ..
au plaisir de te lire !

Mémé

Donc en gros, tu utilises tous les objets que je « démonte » dans cet article hihi. Merci pour ton retour, ça montre bien que ce qui peut convenir / être utile aux uns, ne l’est pas forcément pour d’autres, même quand il y a un objectif commun. Vive la diversité !

Merci beaucoup pour ce retour qui ne fait qu’enrichir le post !

A bientôt ^^.

Unbrinverte

Hello !

Je suis complètement d’accord avec toi sur certains points !
Les cotons lavables, je ne pourrais jamais m’en passer ! J’utilise également au max mes doigts pour mes soins mais pour rincer les masques, j’ai besoin du coton lave ! 😉
Concernant l’oriculi, je dois faire partie des rares Nana qui en utilisent pas ! Je lave mes oreilles (le pavillon quoi) avec de l’eau ! Voilà ! Rien de plus simple ! Doigts + eau ! Il y a rien de pire que les cotons tiges ! Et pour la planète et pour les oreilles !
Quant au tawashi, je les ai fabriqué moi-même également mais au tricot ! Un avec du coton recyclé, l’autre en acrylique ! Le premier a été inefficace, le 2ème j’aime bien ! Je le fais sécher grâce à une petite cordelette que j’ai rajouté. Après je te rejoins sur le fait que ça ne peut pas tout retirer ! Pour ça j’ai 2 brosses spéciales vaisselles à base de fibres de coco ! Elles sont top et dégomment bien les saletés récalcitrantes ! 🙂

Merci pour cet article car ça change de toute la positivité du naturel/zéro déchet ! Parfois c’est pas top top donc il faut le dire ! 😉

Virginie @unbrinverte

Mémé

Salut Virginie !

Merci à toi pour ton retour ^^. Tu n’es pas la seule à me dire que le tawashi en acrylique est pas mal du tout. Maintenant que je me suis mise au crochet, pourquoi ne pas tenter également. Pfiou j’ai tellement de projets dans le viseur, ça ne sera pas pour tout de suite, mais je me le note !

Merciii !

Carla

Bijour !
Trop dommage pour l’orriculi ! J’aime bien. Je m’en sers après la douche comme ca ce n’est pas sec et ça fait pas mal.

Je voulais tester les tawashi mais déjà que j’m’etais prise une brosse et que Ca m’a saoulé de fou car …. J’trouve ça inefficace. Donc j’ai réfléchis à plusieurs avant d’acheter les tawashi. Et j’ai passé mon chemin !

Mémé

Salut Carla,

Pas fan non plus de la brosse. Comme évoque (je ne sais plus où, sur le blog ou Facebook), je m’en sers pour nettoyer mes légumes du coup ! Du coup tu utilises quoi, l’éponge classique ?

Elodie

Je n’ai pas encore testé les tawashis pour me faire une idée. Par contre cela fait plusieurs années que j’utilise mes lingettes faites en vieux tee shirts et je ne m’en passerais pas. Je me nettoie /demaquille au liniment impossible sans et très agréable donc pas de soucis.

Mémé

Salut Elodie !

Oui tu es la deuxième qui me parle du combo lingettes + liniment. J’avoue que c’est quelque chose que je n’utilise pas, et que je n’ai jamais testé pour tout dire. Il faudrait quand même que j’essaye un jour ^^. Qu’est-ce que ça apporte de plus par rapport au démaquillage à l’huile végétale ?

Cecile

Salut ! Article intéressant, juste une précision, moi j’ai fait des tawashi mais au crochet, avec de la laine 100% acrylique, il paraît que ça sèche mieux et évite le développement des bactéries. Ça marche très bien ! Et je n’ai pas encore testé, mais j’ai lu que pour récurer sans rayer, on peut doubler l’Afrique de tulle. À tester 😉

Mémé

Hum hum, tu m’inspires avec ton histoire de tulle, merci Cécile !!!!! 😉

steph.d

Bonjour bonjour,

Pour le tawashi je peux vous apporter une partie de réponse (je monte mon entreprise dans ce domaine)… Ben c’est la matière utilisée. J’ai mis des semaines a trouver the matière pour la vaisselle; depuis nickel nous n’utilisons plus que ça. Par contre oui pour la vaisselle bien cracra le trempage est votre ami 😉

Bon dimanche

Mémé

Salut Stéph !

Et du coup, quelle est cette fameuse matière ? Secret défense ou bien ? hihi :p

Beaucoup de succès pour ton entreprise ! 🙂

Marie Lou

Pour ma part je n’ai pas encore testé les cotons lavables mais je pense que je vais tenter. Pour ce qui est de l’oriculi, chez nous c’est adopté ! La tawashi, je n’ai jamais eu le courage de me lancer dans la fabrication et j’avoue que ça ne me donne pas trop envie, je pense qu’il faut quand même un côté qui « gratte ».

Mémé

Coucou Marie Lou,

Pour en revenir au tawashi, ça ne me tentait pas plus que ça pour les même raisons que toi. Mais ayant des chaussettes à recycler, je m’y suis mise ! Mes préjugés se sont finalement confirmés, m’enfin, je suis entrain de réfléchir à une solution que je vous partagerai si jamais elle s’avère concluante ^^.

Dom

J’ai vu qu’un bar en Angleterre utilise des pâtes creuses genre cannelloni en lieu et place des pailles. Ils n’indiquent pas s’ils les cuisent en fin de journée en revanche 😉

Mémé

AH BON ! Lol, c’est quoi cette histoire ? Je me demande ce qu’ils en font effectivement…

Minimoo

Bonjour, pis ça se nettoie bien la paille en inox? J’imagine un biofilm et des mycoses s’y développer, brr.
Sinon ça fait des ridules.

Du luffah pour la vaisselle ça coûte combien? 😮

Mémé

Coucou !

Va savoir comment on nettoie une paille en inox… Mais j’avoue que je me suis également posée la question. M’enfin, n’étant pas concernée je vais te dire…. hihi

Le Luffah coûte à peu près 4 euros si mes souvenirs sont bons. On en a acheté un il y a un an qui n’est toujours pas terminé (il faut le couper en tranches). Super économique ! Il faudrait que j’en fasse également un article d’ailleurs ^^.

Mémé

Coucou Minimoo !

Ma cuisine est dans un désordre pas possible tellement nous avons accumulé trop d’ustensiles. Mais nous comptions faire un tri justement pour ne garder que l’essentiel. Du coup, tu me donnes la super idée de documenter tout ça ^^. Merci ! Je le note dans ma liste d’article à rédiger ^^.

lauraleen

De même, je me démaquille avec une huile lactée puis je savonne mon visage pour tout retirer. Il me reste alors du maquillage autours des yeux alors j’utilise une serviette démaquillante que je passe juste sous l’eau.
Après je n’ai jamais été tentée par l’oriculi ou le tawashi. J’avais de sérieux doutes sur leur efficacité ou l’hygiène ! Je continue à utiliser un coton tige mais parfois j’utilise un gant savonneux sous la douche ou un spray à l’eau de mer après la douche. Pour la vaisselle, j’utilise des carrés éponge et une brosse à vaisselle de la marque La Droguerie Écologique. Voilà voilà, merci pour cet article car c’est bien aussi de dire quand les produits ne conviennent pas 😉

Cécile Fagot

Bonjour Mémé.
J’ai tenté aussi ces objets, mais pas convaincu non plus.
J’ai longtemps hésité pour l’oriculi, ça ne m’exitait pas de me gratter les oreilles avec un bout de bois. J’utilisais aussi mon prit doigt et j’avais opté pour les cotons tiges recyclables
J’en ai reçu un lors un pic nique zéro déchets. Utilisé 3 fois il est resté dans un tiroir. Je suis revenue à mon prit doigt. Monsieur étant plus tatillon, j’achète les cotons tiges recyclables.
Pour le tawashi, j’ai testé celui recyclé, mais très vite abandonné.
A Paris en appartement, pas facile pour les luffa. On a opté pour la brosse en bois, puis j’ai vu un Tito pour faire au crochet avec une laine qui gratte. Et la c’était beaucoup mieux. J’en ai fait plein: des sombres pour les trucs sales, des en forme de gants pour la vaisselle, des ronds. Et depuis cet article, comme on vit en maison avec jardin maintenant , j’ai commandé des graines de luffa.
Pour les cotons démaquillant, je n’ai pas craqué, car n’étant pas fan de maquillage, juste pour les occasions, je me suis dit que ça me servirai pas tant que ća, et les fois ou je me maquille, je fais aussi avec mes doigts et à l’huile.
Par contre pour remplacer, le coton pour les soins, j’ai fait quelques ronds en coton doux, au crochet.
Chacun trouve ce qui lui convient, je pense il faut faire en fonction de ses habitudes et son confort et non la mode.

Minimoo

Bonjour, on peut donc faire pousser du luffah ?? 🙂

Mémé

Apparemment oui ! D’ailleurs, tu me donnes trop envie de tester lol. Visiblement, fallait s’y prendre en avril pour les mettre en godets puis les faire pousser en pleine terre en mai, pour une récolte en automne !

Minimoo

Sérieux ? 🙂 Alors on se retrouve l’année prochaine pour en faire pousser et sécher lol.

Cécile fagot

Oui, elles ont besoin de chaleur, mais je vais essyer de semer en juin qques unes pour tester. Nous sommes en Loire atlantique, il devrait faire bon§

Lénou

Bonjour Mémé,
Je suis fan de ton site, mais là, je ne suis pas d’accord avec toi pour les lingettes démaquillantes : je comprends mieux depuis que tu as complété ta routine, mais, lorsque j’utilisais encore des cotons, bien blancs, il y avait quand même des résidus après leur passage. Donc, j’ai supprimé les cotons qui me posaient un réel problème, mais je continue les lingettes, au moins pour le matin, histoire d’enlever les traces de la nuit avec une eau florale.
En ce qui concerne les oreilles, voila bien longtemps que j’emploie un cure-oreille en métal, très hygiénique, et qui a l’avantage de pouvoir se gratter les oreilles quand ça démange 😉
A bientôt pour tes prochains articles,

Mémé

Coucou !

Eh bien on a le droit de ne pas être d’accord namého ! Tout dépend de la routine adoptée finalement. Dans la mienne, les lingettes sont vraiment inutiles, mais je peux concevoir que pour d’autres ça l’est. Et c’est toujours mieux que le coton, ça, il n’y a pas photo !

A très vite et merci pour ton retour !

Didou

Hello,

Je suis assez d’accord pour dire que cela dépend des routine de chacun (pis peut-être de la composition familiale)!

Alors de mon côté, je me sers des disques démaquillant/ lingettes pour 3 trucs: mettre de l’alcool à 70° pour désinfecter les petits boutons que je transforme en cratère (oui, je sais que c’est pas bien) ou le thermomètre et le mouche bébé, le liniment pour ma Kitsunette et hydrolat pour moi (j’aime pas la vaporisation, j’ai besoin de la sensation gommage que m’apporte le coton).

Pour l’oriculus, il y a chez nous 2 écoles. Perso, je m’en passe sans problème, je lave mes oreilles avec mes ongles au moment du shampoing. Par contre Monsieur (qui fait du psoriasis dans ses oreilles) ne se passerai plus de son oriculus en bambou! IL s’en sert quotidiennement! Du côté de la puce, j’ai beaucoup ri en imaginant mes très longs ongles, pourtant fins, dans ses petites oreilles de bébé de 5 mois! Le verdict est clair, ça passe pas! Donc la aussi, l’auriculus est nécessaire, surtout que j’ai l’impression que la cérumen des bébés est plus susceptible de former des bouchons que celle des adultes…

Pour le Tawashi, j’ai jamais sauté le pas: pas le temps de tisser et surtout trop peur d’avoir un truc qui ne sèche pas et qui pue! Là encore, 2 écoles chez nous: je lave à la lingette micro-fibre pour les plats et avec mes doigts tout le matos du tire-lait. Mon amoureux lui, utilise l’éponge classique parce qu’il a horreur de la lingette! Et c’est lui qui fait le plus de vaisselle!

Coté autre objet inutile, c’est pas tant les objets que les opérations marketing qui m’agacent! Leroy merlin met en avant des produits de base pour faire ses produits ménager à des tarif démentiels? Je crois que c’était du genre plus de 3€ le litre dee vinaigre blanc!

Mémé

Salut Didou et merci beaucoup pour ces illustrations pourquoi pour / pourquoi contre 🙂 Je trouve ça très interessant et comprends tout à fait le choix des uns et des autres.
Pour Leroy Merlin, je n’ai pas vu passé l’info au sujet des produits ménagers, mais faudra qu’ils m’expliquent où ils cherchent leur vinaigre blanc lol…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *