Tenir un journal d’introspection 2.0

journal d'introspection

Suite à ma publication sur Facebook et Instagram, beaucoup m'ont réclamé un article plus complet au sujet de mon journal d'introspection. Je te propose donc de t'expliquer de quoi il s'agit plus précisément, comment je l'utilise, ce que ça m'apporte au quotidien, et enfin, je te partage quelques exercices afin que tu puisses te faire une idée plus concrète sur la chose.

Qu'est-ce qu'un journal d'introspection ?

Journal d’introspection, intime, personnel, de bord, ou carnet créatif, à vrai dire, on peut bien l'appeler comme on veut selon les termes qui nous parlent le plus. Dedans, on écrit, on dessine, on colle, on déchire, on découpe, là encore, aucune règle précise à suivre, tout est censé se faire au feeling. Les médiums peuvent être utilisés séparément ou de façon complémentaire.

Le but : s'explorer soi-même au travers de différentes techniques.  C'est selon moi un outil accessible à tous, puisqu'il est inutile de savoir manier la plume d'une main de maître ou encore d'avoir des compétences particulières en dessin. Le résultat final importe peu, ça n'a pas besoin d'être beau, ce qui est essentiel dans l'histoire, c'est surtout le processus. Le déroulement qui va laisser émerger tes ressentis pour accéder ensuite à tes ressources personnelles bien enfouies.

Cet outil a été développé au fil des années par Anne-Marie JOBIN qui en a fait une "méthode" à part entière. Dans son livre "Le nouveau journal créatif", elle nous indique les objectifs :

  • exprimer et clarifier nos émotions et nos pensées
  • mieux nous connaitre
  • résoudre nos problèmes et nos conflits
  • faire de meilleurs choix et entamer des changements
  • améliorer nos relations envers nous-même et les autres
  • faire le ménage dans ce qui nous encombre
  • donner un sens à notre vie, à nos passions
  • stimuler notre créativité
  • développer notre spontanéité
  • se détendre, diminuer le stress

Ce que ça m'apporte au quotidien

J'ai toujours plus ou moins tenu un journal. On m'a offert mon premier vers l'âge de 11 ans. Un carnet Cacharel avec le bon vieux cadenas censé protéger tous mes secrets. A l'époque, j'écrivais surtout ce que je faisais de mes journées. Ce n'est que plus tard, vers l'âge de 15 ans j'imagine, que mes écrits sont devenus un peu plus introspectifs. Je me souviens encore des bienfaits que l'écriture pouvait avoir sur moi. C'était un exutoire qui me permettait d'y voir plus clair. Et rares ne sont pas les fois où j'arrivais à solutionner un problème toute seule comme une grande en quelques pages d'écriture spontanée. J'écrivais tous les jours, j'étais littéralement accro.

Et puis, l'entrée dans la vie active, le premier appart', l'autonomie, la vie de couple, bref, je crois que j'avais d'autres chats à fouetter (aucun animal n'a été maltraité durant ce laps de temps promis) et j'ai fini par ne plus y penser. J'y pensais plus, mais à certaines périodes, je ressentais comme un manque. Depuis que j'ai remis le pied à l'étrier il y a quelques mois, je me rends bien compte que ce vide venait de là, de cette absence d'expression.

Tu l'auras compris, mon journal d'introspection 2018 est quelque peu différent de ceux que je tenais étant ado / jeune adulte. Une version 2.0 alliant l'écriture certes, mais aussi le dessin et le collage. Ajouter ces deux derniers médiums a été une vraie belle surprise. Et même si je me suis pliée aux exercices sans trop savoir où j'allais, je dois bien avouer que les résultats sont allés au-delà de mes espérances. Des prises de consciences soudaines, des remises en question que je ne pouvais plus éviter, mais aussi des problèmes solutionnés en deux temps trois mouvements, des prises de recul et des apaisements mentaux

Qu'on se le dise, quand tu tiens un journal d'introspection, ça passe, ou ça casse. Soit tu en ressors l'esprit plus léger, soit tu remues le bâton là où ça fait mal, mais dans les deux cas, tu finis toujours par avancer d'une façon ou d'une autre.

Je fais partie de ces gens qui préfèrent se prendre le chou sur des petites choses sans importance, plutôt que de penser au véritable nœud du problème. C'est plus confortable. Autant te dire que là, je n'ai pas d'autre choix que de déterrer le principal, même si ça fait mal, et y faire face !

A côté de tout ça, tenir ce journal me permet de gérer mon stress. Manipuler mon carnet, colorier, découper, coller, plier, faire glisser le stylo sur le papier, bref, un retour aux fondamentaux. A mes fondamentaux. Pas étonnant, j'ai toujours aimé écrire et bricoler le papier depuis toute petite. 

journal d'introspection

Une seule chose à faire : lâcher prise !

Pour que le travail sur soi avance, je pense sincèrement que la clé est de lâcher prise. Se lancer, sans attendre quoi que ce soit, sans réfléchir au résultat qu'on veut obtenir, mais surtout, se détacher du côté esthétique. Au début, j'avais beaucoup de mal à "salir" mon journal d'introspection. Je voulais qu'il soit beau, à l'instar de tous ces bullet-journaux qui fleurissent sur la toile. Je parcourais internet à la recherche de petits dessins faciles à reproduire, de mise en page sympa... J'y allais au crayon à papier, je gommais, je recommençais, jusqu'à ce que le résultat me convienne et que je puisse repasser sur les traits proprement au feutre. Il n'y avait aucune spontanéité là-dedans, ce n'était pas moi. En témoigne cette sublime aubergine sans saveur et vide de sens.

Lâcher prise n'a jamais été inné chez moi, bien au contraire. Contrôler et savoir où je vais me rassurent. J'ai commencé à toucher cette notion du doigt avec le collage spontané, dont le premier a fait émergé des remises en question et envies bien enfouies. Sur l'instant, j'ai pris peur. Avoir sous les yeux un truc que tu ne veux pas t'admettre à toi-même est quelque peu perturbant. C'est à ce moment-là que j'ai pris conscience de la puissance du journal d'introspection. 

Quelques idées d'exercices

Peut-être que mes élucubrations te paraissent encore un peu abstraites. Aussi, je te tenais à te partager 3 exercices que propose Anne-Marie JOBIN dans son livre. Ce sont des procédés dont j'ai pu apprécier la dimension et qui fonctionnent très bien pour moi. 

L'écriture automatique

Appelée aussi "écriture rapide" ou "flots de pensées", c'est la technique qu'on utilise le plus souvent quand on tient un journal d'introspection. Ici, aucune réflexion à avoir, on laisse tout bêtement courir le stylo au fil des pages. On lâche prise sur la syntaxe, sur l'écriture et sur l'orthographe. Ça doit couler de façon fluide et spontanée sans se soucier du fait de former de jolies proses.

L'idée : écrire ce qui nous passe par la tête. On peut sauter du coq à l'âne, peu importe. Anne-Marie JOBIN conseille de se plier à l'exercice pendant 20 minutes d'affilée sans s'arrêter. Ce qui permet de nous obliger à continuer le flot même lorsqu'on pense ne plus rien avoir à dire. Et c'est à ce moment là que de petites choses on ne peut plus révélatrices seront susceptibles de faire leur apparition !

Le dialogue

Cette technique permet d'entrer dans une conversation imaginaire avec une partie de soi, un objet, une personne, un rêve, un dessin ou un collage réalisé en amont. Elle part du principe que nous avons plusieurs petites voix au fond de nous et permet d'entrer en résonance avec elles afin de voir les choses sous un angle différent. Ainsi, tu auras accès à des aspects insoupçonnés de toi-même, oubliés ou négligés.

Pour se faire, tu peux utiliser deux stylos de couleur différentes pour changer de voix, et indiquer les initiales de la partie qui parle. Pour que l'autre partie de toi se manifeste, n'hésite pas à lui poser des questions ouvertement "Qu'as-tu à me dire ?". L'idée étant de converser jusqu'à ce que la voix se taise et n'aie plus rien à ajouter !

Le collage spontané

Il permet de développer sa créativité, de se détendre et se relaxer. En plus d'accéder à son monde intérieur, j'aime particulièrement son processus pour les raisons développées plus haut. De mon côté, je préfère en réaliser de façon très spontanée, sans penser à une question ou un thème précis en amont.

Tu peux commencer par feuilleter des magasines ou publicités, découper ou déchirer des images, photos, ou même des mots qui te parlent et t'attirent, sans chercher à en comprendre les raisons. Je t'invite vraiment à officier sans réfléchir, sans penser au rendu final de ton collage, sans te demander si telles ou telles images seront cohérentes ou en harmonie. Fais jouer ton intuition ! Une fois ta sélection faite, tu peux procéder au collage, sans te soucier de l'agencement au préalable. 

journal d'introspection

Si la lecture de ces énoncés te paraissent farfelus ou vides de sens au premier abord, je t'invite à solliciter ta curiosité et les tester sans préjugés. Vraiment ! Ça a été mon cas pour le dialogue, où je me disais WTF ? Je ne vais tout de même pas causer toute seule ? Crois-le ou pas, m'y plier s'est révélé être super intéressant, révélateur, enrichissant et m'a permis d'aller très loin, au fin fond de ce que j'avais dans les tripes mais que je ne voyais pas (ou que je n'avais pas envie de voir). Je t'avoue que ce n'est pas la technique la plus facile, il faut savoir s'accrocher et la tester à plusieurs reprises jusqu'à ce que ça devienne naturel.

A la fin de chaque exercice, qu'il s'agisse d'écriture, de collage ou de dessin, le livre nous propose d'écrire nos propres réflexions. Ça permet de prendre un certain recul sur notre travail et de pousser plus loin. Je t'avoue que c'est une pratique que je ne fais pas encore systématiquement, mais qui prend tout son sens. 

Si tu veux commencer un journal d'introspection de ce type, je ne peux que te conseiller le livre "Le nouveau journal créatif". Il est pour moi une source d'inspiration quotidienne. C'est LA base. Il passe en revue les différentes techniques, et propose en dernière partie une multitude d'exercices pratiques en fonction des domaines que nous souhaitons travailler. Entre autres : Projets, travail, relations, mental, émotivité, spiritualité, peurs, blocages, sans parler des questions existentielles : Qui suis-je, Où vais-je ? sur lesquelles, avouons-le, j'adore me prendre la tête !

Sortir des sentiers battus

A côté de tout ça, il m'arrive assez régulièrement de sortir de la "méthode" dont j'ai fait l'apologie jusqu'ici et d'y aller à la va-comme-j'te-pousse. Clairement, j'adapte en fonction des outils dont j'ai besoin.

A titre d'exemple, j'y ai aussi des trackers. Le tracker est un outil qu'on retrouve habituellement dans le bullet-journal pour assurer un suivi au niveau de notre organisation. Je les utilise dans mon journal d'introspection pour tout ce qui relève de près ou de loin à mon bien-être personnel ou nouvelles habitudes à mettre en place : humeur, méditation, sport (très peu mis à jour ces derniers temps...), etc.
Il peut m'arriver aussi d'y noter aussi des citations inspirantes, sans oublier les gratitudes, que je fais de manière quotidienne.

Il ne faut pas avoir peur d'y mettre sa sauce. Même si ce billet débute par une "définition" du journal d’introspection, ça reste ma définition. Il n'y a pas de "règles" à suivre.
Alors si tu es plus à l'aise pour écrire tes flots de pensées sur l'ordinateur, ou que le collage ne t'inspire absolument pas, ma foi, grand bien te fasse. Ce qui est important, c'est de prendre plaisir dans le processus et que ça t'apporte quelque chose. Et pour que le travail sur soi porte ses fruits, j'ajouterai qu'il faut bien évidemment s'y plier régulièrement (allez, on se dit une fois par semaine mini ?).

Peut-être as-tu des réticences à te lancer, par peur d'être lu ou de sortir les fantômes du placard, aussi je t'invite à écouter ce podcast, dans lequel j'aborde ces "obstacles".

Puis si toi aussi tu utilises un journal d'introspection avec différents médiums ou tout autre outil pour travailler sur toi, n'hésite pas à nous partager ton retour d'expérience ! Puis si tu as des questions, n'hésite pas, je reste dans le coin 🙂

La Bise,
Marie

Pour aller encore plus loin : le site du Journal Créatif
A lire aussi : 4 outils pour cultiver ses pensées positives

journal d'introspection

 

Commentaires

Sophie

Très chouette, ton article, je me retrouve pleinement dans ta démarche ! Voilà désormais 6 mois que je pratique le journal introspectif et créatif. Il m’a permis d’avancer sur beaucoup de points de ma vie !

Mémé

Merci pour ton retour d’expérience, c’est clair que c’est un outil super puissant ^^. As-tu des ressources supplémentaires à partager sur le sujet ?

Virginie

Coucou,
C’est clair qu’il est très bien expliqué, le livre d’Anne-Marie Jobin « le nouveau journal créatif ». Je l’ai lu il y a à peu près 1 an……..Alors, moi comme je mettais mise à me créer un bullet journal j’y ai incorporé une partie introspection avec des pages pour collages, dessins et écriture car je voulais tout avoir sous la main. Mais ça c’est un choix personnel, toutes les façons de faire sont bonnes du moment qu’on s’y plie régulièrement :)!!! Je te conseille aussi un autre livre d’Anne-Marie Jobin « Créez la vie qui vous ressemble » dans ce livre elle nous explique comment optimiser les capacités de notre énergie créative. Là encore elle propose des exercices simples à mettre en pratique. C’est super intéressant. Et puis comme j’ai remarqué que le dessin est quelquechose qui m’apaise plutôt bien j’ai suivi la méthode du livre « détente express en deux coups de crayon, 10min par jour pour apprendre à relâcher la pression » aux éditions prisma. C’est ultra-ludique et permet de travailler sur soi. Côté gratitudes, que je fais aussi régulièrement, je me suis plongée dans le livre « 3 kifs par jour » de Florence Servan-Schreiber. J’ai trouvé la lecture très accessible et très instructive. Peut-être que tu connais déjà ces livres sinon tu peux y aller les yeux fermés je les ai tous adoré ;)) Belle journée 🙂

Mémé

Coucou Virginie ! Le livre d’Anne-Marie Jobin dont tu parles est sur ma liste d’envies depuis hier mais je sens qu’il ne va pas y rester longtemps avant de se téléporter jusqu’à mes mains ^^. En revanche je n’ai jamais entendu parlé de celui sur la  » détente express », je vais voir de quoi il retourne tiens. Faut dire qu’il y en a un paquet d’ouvrages de ce type, au moins je saurais vers lequel m’orienter merci !
Quant aux 3 kiffs par jour… Un de mes grands classique. J’ai la versions audio et je l’écoute au minimum 1 fois par an. Cette piqûre de rappel me fait toujours un bien fou. D’ailleurs, je ne m’y suis pas encore attelé cette année, allez je prévois ça semaine pro 🙂 je vais t’appeler mon « petit pense-bête pas bête » hihi, bibi :*

Virginie

Lol, je n’avais jamais encore entendu un tel surnom 😉 Si un jour je l’entends dans la rue c’est forcément que tu es dans le coin :)) Pour le livre « détente express » je viens de faire un petit post sur instagram histoire que tu vois la couverture (il en existe un d’ailleurs pour apprendre à méditer mais je ne le connais pas, pas encore lu). Une astuce perso que j’ai oublié de te dire c’est que je me suis fais une page « liste d’envies d’escapades » où je note les destinations, châteaux, parcs, villages, expos……..que j’aimerai découvrir ou visiter dans l’année. Ca m’oblige à ne pas être tête baissée dans le boulot et à penser faire des breaks au cours de l’année même si je n’ai pas de GRANDES vacances dans l’année, hein…….tu vois ce que je veux dire……..;) Pour avoir des idées d’escapades ça peut être après avoir vu une émission type « des racines et des ailes » ou bien après avoir lu un article dans un magazine ou un retour de vacances chez mes proches bref je ne cherche pas forcément ça me vient et me fait tilt !;) Voili voiloù. Bises 🙂

Mémé

Coucou !

Je viens de mettre ces deux livres dans ma liste d’envies ^^. Est-ce que celui pour crayonner fait partie de ces livres/ cahier où tu dois/peux faire les excercices directement dedans ?
Pas mal du tout ton idée page d’escapade. Il faut dire que je ne sors pas assez la tête de l’eau, et j’ai tendance à être très casanière. Ce qui est bête vu que j’ai la chance de vivre dans une région où il y a à voir plein de choses… J’en prends bonnes notes ! MERCI Virginie !

Virginie

Coucou,
Oui oui tu dessines directement dans le livre !
C’est ultra pratique !
Bon samedi 😉

karine

hello Mémé
je me tatillonne depuis pas mal de temps pour mon « journal intime  » j’ai peur de faire ressurgir de très vieilles blessures ; mais bon , l’avenir est devant moi . Je pense que de tout mettre à plat régulerait ma vie et surtout d’avancer , de guérir . je n’avais jamais penser de coller de gribouiller, de dessiner c’est une façon peut ètre de cacher ses mots que l’on ose pas écrire
Merci Mémé Je m’y mets As tu un cahier spécifique ou un normal bon Week-end ensoleillé bisou

Mémé

Coucou Karine,
Je comprends ta peur et elle est légitime. J’avais moi-même cette crainte, mais je pense qu’il faut entrer dans une dynamique d’affrontement ! Je sais qu’enfouir des choses est confortable, je suis experte en la matière ^^. Mais comme tu le dis justement, les déblocages, même s’ils ne font pas plaisir, permettent d’avancer 🙂 Donc même si tu y vas à reculons, n’oublie pas de la raison qui t’a poussé à t’y mettre ^^ . Pour le matériel, j’ai un simple carnet pour le moment mais je pense m’orienter vers un cahier à pages plus épaisses la prochaine fois car j’aime travailler aux crayons aquarellables et là, ce n’est vraiment pas adapté. Tout dépend de ce que tu veux faire dedans ^^. Mais pour le moment je n’ai pas de référence spécifique à conseiller 🙂
J’espère que tu nous tiendras au courant de ton avancé ^^. Belle aprèm !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *